Pline est de retour en manga !

On pourrait passer à côté de l’annonce de la sortie de l’histoire de Pline l’Ancien en manga (chez Casterman), mais heureusement ce billet du blog de la Bibliothèque des Sciences de l’Antiquité de Lille 3 sait nous la rappeler !

Je note que la mangaka (Mari Yamazaki) s’attachant entre autres aux points de convergence culturelles avec la Rome antique, semble avoir particulièrement été attentive au traitement des poissons dans l’oeuvre plinienne. Il me tarde de voir comment l’auteure a identifié et dessiné les espèces décrites par Pline…

 

pline-casterman-annonce

Avancées et mystères persistants : la Rota

Pline décrit cet animal, toujours inconnu et souvent identifié comme une méduse (notamment par Cuvier cité dans l’édition anglaise de John Bostock en 1855), en 9,8. On va le voir, les mentions d’un ≪ moyeux ≫, des ≪ yeux ≫ et surtout sa classification comme un ≪ maximum animal ≫, peuvent nous rendre sceptiques quant à cette proposition.

Apparent et rotae appellatae a similitudine,

quaternis distinctae radiis, modiolos earum

oculis duobus utrimque claudentibus ≫

≪ On voit aussi paraître des roues, ainsi appelées

par ressemblance : elles se divisent en quatre

rayons ; leurs moyeux sont encastrés entre leurs

deux yeux ≫.

 

Nous savons que cet animal se trouve ≪ in Gaditano oceano ≫ (l’océan Atlantique qui fait face à Cadix) comme le suggère la structure du texte plinien : la rota suit en effet la mention de larbor dans cet océan. De grande taille, elle ressemble a une ≪ roue ≫, ou du moins à un levier de type cabestan. La rota est en effet  également un outil de médecine vétérinaire romaine, chargé de redresser les épaules luxées des chevaux et utilisé pour aider les juments à vêler, comme le signale Marie-Thérèse Cam dans son intervention « Nom de maladie ou terme d’anatomie ? Un problème d’identification, d’interprétation et de traduction dans le traité de médecine vétérinaire de Végèce (IVe-Ve siècle) » (in Contribution au lexique anatomique du cheval , colloque international Interprétation(s) le 16 février 2008 à l’Université de Brest, UBO). Les rayons ne sont ainsi pas nécessairement déployés en rond et à plat : on peut d’ailleurs rappeler que la corona radiata des monnaies romaines présente justement des rayons dressés de part et d’autre d’un axe.

Deux hypothèses

Une hypothèse sérieuse est celle de la baudroie, ou Lophius piscatorius . En effet, ce poisson téléostéen, très aplati, presque rond, présente un axe le long de la colonne vertébrale sur lequel se dressent plusieurs radii, et de part et d’autre duquel viennent se placer les yeux de l’animal. La baudroie peut dépasser les 20 ans de vie et atteindre alors la taille impressionnante de 2 mètres, ce qui permettrait bien de la ranger dans les animaux de taille impressionnante décrits ici Pline en 9,8.

la baudroie et ses radii.
la baudroie et ses radii.

Cependant, cette espèce a jusqu’ à présent été identifiée comme la rana , la grenouille marine, de Pline, dont il décrit en 9, 143 la technique de chasse à l’aide de ses ≪ sub oculis cornicula ≫, « ses petites cornes sous les yeux ». La baudroie n’a cependant qu’un seul appendice qui lui sert d’appât, et au-dessus des yeux, justement le premier radius (voir image ci-dessus).

 

Si cette hypothèse de la baudroie semble bien à explorer plus loin, on ne peut ignorer qu’ un autre animal aquatique formidable pourrait être notre rota : la mole, ou Mola mola.

Dessin de la môle, profil.
Dessin de la môle, profil.

Ce poisson osseux géant peut atteindre les 3 mètres et peser 1 tonne. Il est doté d’un corps rond, de deux nageoires dorsales et anales, et de deux petites nageoires pectorales et ses yeux sont répartis sur chacune de ses faces. On pourrait la décrire comme une sorte de pièce de monnaie aquatique. Il est courant en Méditerranée et dans l’Océan Atlantique, mais ne semble pas décrit ailleurs dans le livre 9.

la môle, un géant.
la môle, un géant.

 

Ainsi, bien que doutant de la proposition d’identification de la rota avec une méduse, nous n’avons pas encore suffisamment d’éléments pour déterminer avec certitude si notre rota est une baudroie ou une môle, et ces deux hypothèses sont encore à explorer. Le texte plinien seul ne peut nous aider à  trancher et il faudra certainement s’intéresser à Elien ( XIII, 20) dont le « trochus » a souvent été assimilé à la rota de Pline, mais l’avancée d’autres travaux, notamment sur la rota vétérinaire pourrait également nous éclairer.

Tableau des espèces relevées dans le livre IX

Vous trouverez ci-dessous un lien vers le tableau des espèces recensées dans le  livre IX de l’Histoire Naturelle de Pline l’Ancien, avec leur nom latin, la catégorisation proposée par Pline (lorsqu’elle existe) les passages où l’espèce est mentionnée, la traduction de Saint-Denis, la traduction du Gaffiot (édition de 1934 et celle du Grand Gaffiot), l’identification proposée par Cotte, le nom commun de l’espèce, son nom scientifique, sa classification dans la thèse de Cotte (d’après Linné),  un lien vers des fiches DORIS ou Wikipédia, la classification phylogénétique et la localisation de l’espèce.

Ce tableau réalisé dans le cadre de mon master 2 recherche en sciences antiques (sous la direction de Marie-Thérèse Cam et de Hervé Ferrière à l’UBO) peut notamment être utilisé dans le cadre des EPI pour des projets croisant la SVT, le latin et l’ Histoire-géographie. Ce travail est en cc-by-sa, ce qui signifie qu’il est librement réutilisable et modifiable, en citant l’auteur et en partageant vos propres travaux qui en seraient issus sous licence CC.

https://cloud.woelkli.com/s/gGcSvWM2PchtjIF

Le CEPAM nous informe que se tiendront les 27 et 28 octobre prochain, à Sienne, les journées d’études Zoomathia 2016, consacrées à la recherche en sciences de l’antiquité et sciences médiévales sur les animaux non humains. Le programme est particulièrement fourni et j’y note particulièrement :

– Jacqueline leclercq-Marx (ULB-Bruxelles) – Arnaud Zucker (CEPAM-Univ. Nice) : Les zoonymes pluriels dans la faune médiévale. Expressivité du nom et impact des images dans la genèse des monstres marins

–  Jean Trinquiez (ENS, PARIS) – Christophe Vendries (CREAAH-Rennes) : Jeux de mots, jeux d’images : décrypter l’animal dans la Rome ancienne

ou encore :

– Thorsten Flégende (Durham University) : Lives in Interaction: Animal ‘Biographies’ in Greek and Latin Texts (esp. Funerary Inscriptions) ?

A suivre, quand les actes de ce colloques seront sortis !

L'affiche des rencontres Zoomathia 2016
L’affiche des rencontres Zoomathia 2016

Le Canicula

Le canicula est la raison d’être de ce travail sur l’identification des animaux aquatiques chez Pline. En effet, c’est en lisant les passages 9,151 à 9,153 qui décrivent des plongeurs, cueilleurs d’éponges, aux prises avec cet animal, que j’ai pour la première fois eu l’intuition d’un problème d’identification dans la traduction. 

Pline nous y dit que « canicularum maxime multitudo circa eas urinantes gravi periculo infestat » (9,151)1 et le passage qui suit est épique :

« Cum caniculis atrox dimicatio. » « Contre les chiens de mer, la lutte est acharnée”
« Inguina et calces omnemque candorem corporum appetunt. » « Ils s’attaquant aux aines, aux talons, et à toutes les parties blanches du corps. »
« Salus una in aduersas eundi u<l>troque terrendi, pauet enim hominem aeque ac terret, et sors aequa in gurgite. » « Il n’y a qu’un moyen de salut, et c’est d’aller droit à eux et de prendre l’offensive, car la bête a peur de l’homme autant qu’elle lui fait peur, et dans les profondeurs la partie est égale. »
« Vt ad summaaquae uentum est, ibi periculum anceps adempta ratione contra eundi, dum conetur emergere, et salus monis in sociis » « Mais lorsqu’on est revenu à la surface de l’eau, la situation est critique, parce qu’on a plus la ressource de faire front, quand on s’efforce de sortir de l’eau, et les compagnons du plongeur peuvent seuls le sauver. »
« Funem illi religatum ab umeris eius trahunt ; hunc dimicans, ut sit periculi signum, laeua quatit, dextera adprehenso stilo in pugna est » « Ils hâlent le cordage attaché à ses épaules ; au cours de la lutte, le plongeur, pour signaler le danger, secoue ce cordage de la main gauche ; de la droite, qui a saisi le poignard, il combat »

 

Le tableau est saisissant, et on note l’absence de références à des auteurs, ou à des « on dit que ». Pline semble nous décrire une scène vue, familière en tout cas, et l’une des plus vivantes de tout son livre IX. Immédiatement, le lecteur visualise une scène angoissante d’attaque de requin.

 

Saint-Denis ne s’engage pas et traduit canicula par « chien de mer ». Interrogé, le Gaffiot nous en donne comme traduction « chien de mer, roussette ». C’est tout à fait surprenant, car, sous ce nom de roussette, on trouve deux espèces : la « grande » roussette, Scyliorhinus stellari (qui peut mesurer jusqu’à 2 mètres) et la « petite roussette », Scyliorhinus canicula, un très petit requin. Dans les deux cas, il s’agit de requins qui ne sont pas dangereux et loin de l’image de lutte acharnée pour la vie des plongeurs qui nous est décrite ici. On voit que nous nous trouvons à nouveau avec un nom scientifique, canicula, attribué en référence à un animal visiblement mal identifié, même si nos sociétés modernes appellent effectivement la roussette « chien de mer » dans différents idiomes.  Il va donc falloir chercher, « enquêter », pour proposer une autre identification que la roussette pour ce dangereux animal.

 

Tout d’abord, nous allons chercher des indices chez Pline lui-même, au livre IX et au livre XXXII. En 9, 34, à propos d’un autre animal, il nous signale que :

« Delphinorum similitudinem habent qui uocantur thursiones. » “ Aux dauphins ressemblent les animaux nommés« thyrsions »”
« Distant et tristitia quidem aspectus – abest enim illa lasciuia-, maxime tamen rostris canicularum maleficentiae adsimulati » « Ils en diffèrent toutefois par leur aspect morose -ils n’ont pas en effet leur enjouement- et leur groin rappelle tout à fait par sa malfaisance celui des chiens de mer.

 

Au livre 32, au paragraphe 137, il nous mentionne un remède fait à partir de dents de canicula (en alternative à l’utilisation de dents de dauphin, cet odontocète décidément bien utile) pour soigner les poussées dentaires des petits. Nous avons confirmation d’un animal doté de dents suffisamment remarquables pour être désignées dans la pharmacopée romaine qui propose souvent des recettes basés sur la similarité entre le remède et le mal.

 

Ces indices sont faibles,mais ils confirment bien que nous n’avons pas affaire à une roussette. H-J Cotte propose deux hypothèses : le lamie (requin-taupe, Lamna nasus) ou le grand requin blanc (Carcharodon carcharias). Le lamie est peu dangereux et le grand requin blanc, bien que vu comme mangeur d’homme, n’est pas sédentaire et ne vit pas spécialement près des récifs. Sans écarter complètement cette dernière proposition, nous allons poursuivre notre recherche.

Cette enquête est aussi l’occasion de se demander si les naturalistes et autres compilateurs du Moyen-Age, qui le citent abondamment, identifiaient mieux que nous ces animaux. Nous trouvons en effet plusieurs occurrences du canicula dans l’Historia de Gentibus Septentrionibus d’Olaus Magnus2.

«alii vivos fœtus de corpore suo edant, vt mustelæ caniculæ, ceti, delphini, phocæ, seu vituli marini. » p 761 De la reproduction du canicula comme vivipare.
« Sed caniculæ mannæ morsus maxime periculosus est in ipso attractu, quo se eximere solet, atque hominem secum attrahere in mare devorandum. » p 761 Le danger du canicula lorsqu’il faut sortir de l’eau
« Ita sub aquis cum eis atrox oritur dimicatio. Inguina enim hominum, & calces, omnemque candorem corporum hæ beluæ appetunt. Hujus caniculæ cutis in asperitate ad expolienda ligna & ossa, candem naturam cum cute raiarum habet » p765 Un passage presque entièrement repris à Pline, mais qui apporte une indication sur la peau très rugueuse de l’animal.
« Homo apparet hic natans in aquis salsis, quem piscis de Boloma piscis genere canicularum marinarum Boloma Italice, & Haafisck Norvagice dictus »( p764) Une traduction du canicula comme le boloma italien ou le haafisck norvégien.

 

Ce dernier indice est éclairant : après avoir repris Pline dans sa description de la dangerosité du canicula, Oleus Magnus nous l’identifie. Le boloma ou haafisck (en danois) est un aiguillat, appelé en France « chien de mer » et « dogfish » en anglais. Le Squalus acanthias est un petit requin, très pêché, dont la peau est effectivement très coupante. Cependant il est ovipare et non vivipare, et sa petite taille -qui le rapproche de la roussette- est incompatible avec le passage de Pline qui nous décrit l’entraînement du plongeur malchanceux par le canicula : “Modicus alias tractus; ut prope carinam uentum est, nisi preaceleri ui repente rapuit, absumi spectant. Ac saepe iam subducti e manibus auferuntur, si non trahentium opem conglobato corpore in pilae modum ispsi adiuuere3. Oleus Magnus ne semble ainsi pas mieux avancé que notre Gaffiot sur l’identification de notre canicula. Il semble que l’erreur induite par la proximité des noms vernaculaires (du « petit chien » au « chien de mer ») soit déjà ancienne.

Les informations dont nous disposons sur le canicula sont donc essentiellement liées à son habitat (lieux de vie des éponges) et à sa dangerosité (agressivité et taille devant lui permettre de happer un plongeur). Il nous faut donc explorer les espèces de requins de récifs, nombreux, de grande taille et réputées pour leurs attaques contre les plongeurs.

Le requin gris de récif ou Carcharhinus amblyrhynchos (Bleeker,1856) semble un candidat intéressant : vivipare, agressif, grégaire et sédentaire, il vit près de récifs et est présent en Méditerranée. Ce carcharhinidé est connu pour agresser les plongeurs, et sa peau est particulièrement coupante. Il n’est pas très grand (2mètres) , mais sa rapidité (jusqu’à 48 km/h) et sa puissance en font un prédateur impressionnant. On notera, avec toutes les précautions nécessaires lorsqu’il s’agit du nom scientifique des animaux, que son nom Carcharhinus amblyrhynchos vient du grec [karcharhos] = aux dents aigües, et amblyrhynchos du grec [ambly-] = émoussé et [rhyncho-] =museau de chien.

 

Notes

 

1 « C’est l’abondance des chiens de mers qui fait surtout courir de grands risques aux plongeurs en quête d’éponges ». traduction Etienne de Saint-Denis.

disponible en version numérisée : http://runeberg.org/olmagnus/

3« On le [le plongeur] tire d’abord lentement ; mais quand il s’approche de la coque du bateau, si on ne l’enlève pas brusquement à toute vitesse, on voit la bête l’engloutir ; et souvent, lorsqu’il a déjà émergé, il est arraché de leurs mains, s’il ne seconde pas lui-même l’action des haleurs en se pelotonnant »

 

Nouvelle identification : l’aries.

L’Aries

En 9,10, Pline nous décrit un évènement marquant d’échouage massif en Saintonge, avec 300 animaux recensés : « in Santonum litore interque reliquas elephantos et arietes ». Ces « arietes », béliers, font partie des animaux marins nommés à partir d’animaux terrestres, ces contreparties marines du monde terrestre dont nous a parlé Jacqueline Leclerc dans son intervention « Les contreparties marines d’animaux terrestres, avant Thomas de Cantimpré. Traditions textuelles et iconographiques » lors de la journée d’étude à Caen. Les hypothèses sont nombreuses sur ces animaux (« sorte de grand dauphin », ou même « orque »…). Pour tenter d’identifier l’espèce, nous allons donc partir de ce que nous savons.

1/ c’est une espèce que l’on retrouve en côte de Saintonge, et qui s’échoue en groupe

2/ c’est un animal marin de grande taille que Pline classe dans les « beluae ».

3/ c’est un animal qui a un comportement d’espionnage des navires, et de plongée.

La « tâche blanche » simulant des cornes (« candore tantum cornibus adsimulatis » (9, 10)) peut effectivement faire penser à celle ornant les côtés de la tête des orques. Cependant identifier l’aries comme telle alors que Pline nous décrit quelques lignes plus loin (9,12) et très longuement l’orca, l’orque, serait à mon avis une erreur. Les commentateurs de Pline, lorsqu’ils sont confrontés à la difficulté d’identifier une espèce n’hésitent en effet pas à assimiler deux descriptions de Pline, arguant que celui-ci se serait « trompé » ou aurait « confondu » les espèces. Je pose au contraire comme hypothèse que si Pline distingue les espèces, à la fois dans le livre IX puis dans son récapitulatif du livre XXXII, les y citant même l’une après l’autre, c’est qu’il s’agit pour lui de deux espèces différentes quoi qu’en dise Cotte : « Mais cette liste est de Pline. Quelle importance faut-il lui accorder ? »1. Notre chercheur, tenant à son identification, va jusqu’à tordre la réalité pour faire accepter cette idée que le bélier serait l’orque : « Si l’Aries est vraiment l’Orca, c’est par antiphrase qu’une telle dénomination aura été faite. Il y aurait eu là, peut-être, une applicaiton de cette méthode demi-magique, qui interdit de prononcer le nom d’un animal ou plus généralement d’un être dangereux, ou de parler de lui autrement qu’en le désignant par des noms très bénins ou des épithètes louangeuses (…). Il y a donc de grandes probabilités pour que l’Aries redouté ait été l’épaulard ». Je tiens au contraire qu’il y a de grandes probabilités pour que l’aries ne soit pas l’orca, notamment devant une justification aussi légère, qui choisit de donner tort à celui-là même qui nous décrit l’animal. Si, au contraire de Cotte, on reprend les éléments livrés par Pline, et qu’on les compare aux données récentes des échouages dans l’actuel Golfe de Gascogne2, la Saintonge des Romains, on peut repérer deux espèces qui peuvent être, elles, des hypothèses crédibles de notre aries.

Une première hypothèse : le dauphin bleu et blanc ou Stenella coeruleoalba (Meyen 1833). Cette espèce se retrouve parmi celles qui s’échouent en grand nombre sur les côtes concernées. Elle se caractérise par une longue tâche blanche qui s’enroule sur les flancs de l’animal et peuvent faire penser aux cornes enroulées de béliers. C’est une espèce que l’on retrouve également en Méditerranée, mais de taille plus modeste3.

Dauphin bleu et blanc
Dauphin bleu et blanc

Si cette espèce me paraissait être une hypothèse des plus valables, on peut tout de même s’interroger sur le fait que cette espèce, visuellement très proche du dauphin et de taille tout de même raisonnable (dans les 2 mètres à l’âge adulte) fasse partie des belua.

Une seconde hypothèse : le globicephale noir, ou Globicephala melas (Traill 1809). C’est un cétacé, odontocète, de grande taille (« Le globicéphale noir est un des plus grands cétacés à dents (odontocètes) : les mâles mesurent de 5,5 m à 6,2 m (jusqu’à 7,2 m dans le Pacifique Nord) pour 1,5 à 3,5 tonnes, et les femelles 4,5 à 5,5 m pour 1 à 2,5 tonnes. A la naissance, les petits font déjà 70 à 80 kg pour une longueur de 1,7 à 1,8 m. » source Doris4), pouvant rentrer dans la catégorie des belua.

C’est également une espèce connue pour un échouage massif et spectaculaire sur ces mêmes côtes (96 individus en 1963). Le globicéphale noir se retrouve en Atlantique et en Méditerranée. Il se caractérise par une tâche blanche sur le ventre, simulant un W (on l’appelle « ancre ») et proche également du dessin des cornes du bélier.

Gobicephale noir, sur le dos.
Globicephale noir, sur le dos.

Il nage régulièrement sur le dos, exposant ainsi cette tâche aux regards humains. L’animal est également connu pour une attitude très particulière et correspondant exactement à celle décrite par Pline : « nunc elato extra aquam capite piscantium cumbas speculatur »5. Cette attitude est qualifiée par les zoologistes de « spy-hooping », de l’espionnage.

Spy-hooping
Spy-hooping

De plus, le globicéphale noir est un animal qu’on trouve en grand nombre, vivant en troupeau, relativement familier des eaux méditerranéennes et décrit pourtant nulle part ailleurs dans Pline (la recension des espèces est ainsi aussi significative dans ses manques : ce qui n’est pas décrit mais qui devrait l’être parce qu’il est forcément connu a peut-être simplement été mal identifié ailleurs). Toutes ces données nous amènent à penser que nous avons là un candidat sérieux pour l’aries.

Si l’aries n’est pas l’épaulard ou l’orque, il semble raisonnable de proposer une nouvelle traduction au passage décrivant son comportement (HN, 9,145). On rappelle que nous partons du texte latin tel qu’il est édité par les Belles Lettres. On notera que cette nouvelle proposition de traduction ne demande pas d’effort particulier, notamment parce que les termes sont alors à prendre au sens propre et non pas au figuré, contrairement à la traduction imposée par l’identification de l’aries par l’orque. Nous mettons ici d’abord la traduction de Saint-Denis, et ensuite (et en gras) notre proposition.

Grassatur aries ut latro Le bélier attaque comme un brigand, Le bélier rôde comme un brigand,
et nunc grandiorum nauium in salo stantium occultatus umbra, si quem nandi uoluptas inuitet, expectat, tantôt caché à l’ombre des grands vaisseaux ancrés au mouillage, il attend le baigneur que le plaisir de la natation peut tenter ; Et tantôt, caché à l’ombre des plus grands navires au mouillage, il attend que la volupté invite quelqu’un à se baigner;
nunc elato extra aquam capite piscantium cumbas speculatur occultusque adnatans mergit. tantôt la tête élevée hors de l’eau, il épie les embarcations des pêcheurs, et s’approchant en tapinois, il les coule. Tantôt la tête élevée au dessus de l’eau, il observe les barques des pêcheurs, et il plonge, nageant caché à leurs côtés.

1 op. Cit. p28

2 Voir les données nombreuses proposées par les différents observatoires des mammifères marins, par exemple : http://www.cistude.org/images/Documents/CNature/T3_Atlas_Mammiferes_bq.pdf

3 Voir le site : http://www.cetaces.org/cetaces/mediterranee/dauphin-bleu-et-blanc/

4 Voir le site : http://doris.ffessm.fr/Especes/Globicephale-noir3

5 «  tantôt la tête élevée hors de l’eau, il épie les embarcations des pêcheurs »

Résultats : le Thynnus.

Le Thynnus.

Le dauphin nous a livré un exemplaire du travail de Pline (utilisation des sources pour valider des faits extraordinaires, focalisation sur le comportement, logique linéaire dans la description…). Nous allons nous pencher à présent sur un autre animal aquatique dont l’identification n’est pas à revoir : le thynnus, le thon rouge de Méditerranée : Thynnus thynnus L. Ce « poisson » va nous amener notamment à regarder de plus près la relation qui existe entre les textes de Pline et ceux d’Aristote.

En effet, cet animal, cité par Pline en 9,5 ; 9,44, 9,47 ; 9, 49 ; 9, 53 ; 9, 54 ; est également bien décrit dans l’Histoire des Animaux d’ Aristote. On peut trouver des parallèles dans la forme même des mentions faites par Pline avec les écrits d’Aristote. On rappelle qu’on ignore encore par quel biais Pline a eu accès aux textes d’Aristote (source directe ou par l’intermédiaire des écrits de Trogue). Nous avons mis en regard les citations de Pline et d’Aristote afin de montrer leur proximité. Nous avons pour cela utilisé l’édition disponible en ligne de l’Histoire des Animaux, traduite et commentée par J. Barthélémy-Saint-Hilaire (Paris, édition Hachette, 1883).

Pline Traduction Saint Denis Aristote Traduction Saint-Hilaire
« Thynni mares sub ventre non habent pinnam » (9, 47) ; « Les thons mâles n’ont pas de nageoire sous le ventre » « Διαφέρει δ´ ὁ θύννος ὁ ἄρρην τοῦ θήλεος, ὅτι ἡ μὲν ἔχει ὁ δ´ οὐκ ἔχει ὑπὸ τῇ γαστρὶ πτερύγιον, ὃ καλοῦσιν ἀφαρέα. » (Livre V, chap9) « Le thon mâle diffère du thon femelle, en ce qu’elle a sous le ventre une nageoire que le mâle n’a pas, et qu’on nomme Apharée. »
« Intrant e magno mari Pontum uerno tempore gregatim, nec alibi fetificant » (9,47) « Ils entrent de la grande mer dans le Pont-Euxin au printemps, par bancs, et ils ne fraient pas ailleurs » « Αἱ δὲ πηλαμύδες καὶ οἱ θύννοι τίκτουσιν ἐν τῷ Πόντῳ, ἄλλοθι δ´ οὔ· »

(Livre V chap9)

« les pélamydes et les thons frayent dans le Pont-Euxin, et ils ne frayent pas ailleurs »
« Pinguescunt et in tantum, ut dehiscant. Vita longissima his bienni » (9,53) « ils s’engraissent alors au point de se fendre. Ils ne vivent pas plus de deux ans » « Διαρρήγνυνται δὲ καὶ οἱ θύννοι ὑπὸ τῆς πιμελῆς, ζῶσι δ´ ἔτη δύο » (Livre VI, chap XVI, 9) « Les thons se fendent aussi comme l’aiguille, par l’excès de graisse; ils vivent deux ans. »
« Animal est paruom scorpionis effigie, aranei magnitudine. Hoc se et thynno (…) sub pinna adfigit aculeo tantoque infestat dolore, ut <in> naues saepenumero exilian» (9,54) « Il y a un petit animal, qui a la forme d’un scorpion, la taille d’une araignée. Il s’attache au thon (…) en les piquant de son aiguillon sous la nageoire, et il les fait souffrir si cruellement que souvent ils sautent à bord des navires » « Ὁ δὲ τῶν θύννων οἶστρος γίνεται μὲν περὶ τὰ πτερύγια, ἔστι δ´ ὅμοιος τοῖς σκορπίοις, καὶ τὸ μέγεθος ἡλίκος ἀράχνης. » (Livre V chap XXV, 7) « Le taon qui pique les thons se place près de leurs nageoires ; il ressemble aux scorpions, et il est de la grosseur d’une araignée »

Le thon est un néoptérigyen (« nouvelles nageoires »), auparavant classé comme scombridé, que Pline avait classé en « piscius ». Les données actuelles montrent les erreurs de nos deux naturalistes antiques, et notamment sur le dymorphisme sexuel prétendu du thon : en effet, il n’existe pas de différences visibles, et seules l’étude des gonades permet la distinction des sexes. Cependant,toutes les publications mettent l’accent sur les différences individuelles (taille, poids, nombres de pinnules ou de rayons des nageoires…) très importantes chez le Thunnus thynnus L qui rendent non seulement l’ espèce difficile à étudier (une « espèce fascinante et assez mystérieuse qui constitue un véritable défi pour la recherche scientifique » d’après les publications de l’Ifremer)1 mais qui explique les erreurs d’observations passées. Concernant son lieu de reproduction, on sait que « Il est généralement admis que le frai du thon rouge se produit dans les eaux chaudes (> 24 °C) de certains lieux spécifiques et restreints (à proximité des îles Baléares, de la Sicile, de Malte, de Chypre et dans certains secteurs du Golfe du Mexique, Figure 2) et une seule fois par an en mai-juin (Karakulak et al. 2004 ; Mather et al. 1995 ; Nishikawa et al. 1985 ; Schaefer 2001). Contrairement aux thonidés tropicaux, le thon rouge se reproduit dans un cadre spatio-temporel limité (Fromentin et Fonteneau 2001). Ceci dit, d’autres lieux de ponte tels que la baie ibéro-marocaine et la mer Noire, ont également été cités par le passé (ex. Picinetti et Piccinetti Manfrin 1993) »2. Ainsi, le thon rouge a bien des lieux de reproduction exclusifs, comme l’avaient pressenti Aristote et Pline. On note que ces lieux ont été difficiles à identifier, des campagnes étant encore en cours pour mieux les connaître.

Concernant l’espérance de vie de 2 ans affirmée par nos auteurs, on constate qu’en fait le thon rouge vit jusqu’à 30 ans, et même que sa maturité est atteinte en Méditerranée vers 4 ans3. L’erreur est importante, mais peut-être due aux pratiques de migrations importantes et de lieux de vie très différenciés en fonction de l’âge de l’animal. C’est tout récemment seulement que l’ampleur de ces migrations a été entrevue, après que des thons marqués sur les côtés américaines aient été pêchés sur la côte basque. Pline et les Latins semblaient bien connaître la première partie de la croissance du thon : « Cordyla appellatur partus, qui fetas redeuntes in mare autumno comitatur ; limosae uere aut et luto pelamydes incipiunt uocari et, cum annuum excessere tempus, thynni »4. On peut penser que c’est l’usage alimentaire qui prévaut à la dénomination de ces différentes étapes du développement du thon et que, les plus âgés ayant des lieux de vie moins accessibles, ils ne sont pas pêchés, et donc pas connus de nos auteurs.

Elytrophora Brachyptera
Elytrophora Brachyptera

Enfin, le passage concernant le parasite qui fait souffrir les thons, la description « scorpionis effigie » nous amène à nous tourner vers des copépodes, ectoparasites du thon rouge. L’un d’eux semble particulièrement bien correspondre à notre description (comportement): «Brachiella thynni (Cuvier, 1830). This large copepod occurs worldwide on scombrids. The female seems to be adapted in body shape and size to the cavity behind the pectoral fins of bluefin tuna »5. Cependant, même si ce copépode se place effectivement derrière la nageoire du thon, son aspect ne fait pas penser à un scorpion. Un autre prétendant serait alors le Elytrophora brachyptera, décrit dans la même publication  et à l’aspect plus proche de celui exposé par Pline et Aristote.

Ainsi, l’étude du texte plinien concernant le dauphin et le thon nous ont permis de mieux cerner le propos de l’auteur, son utilisation des sources, la logique interne de ses « notices ». Nous avons aussi pu voir que lorsque ses données sont identiques à celles fournies par Aristote, elles n’en sont pas nécessairement plus justes. Cependant, les erreurs de nos auteurs antiques sont largement explicables par la difficulté d’observation de certaines espèces à plusieurs stades de leur développement et de leur vie. Ces erreurs n’empêchent d’ailleurs pas l’identification certaine de ces espèces.

2 Fromentin, J-M, Manuel de l’ICCAT (Commission Internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique) chapitre 2.1.5.

URL : https://www.iccat.int/Documents/SCRS/Manual/CH2/2_1_5_BFT-fra.pdf

3 op.cit.

4 « On appelle « cordyle » le jeune thon, qui accompagne en automne les mères qui ont frayé, lorsqu’elles regagnent la mer ; au printemps, ils prennent le nom de « limoneux », ou, d’après le nom <grec> du limon, « pélamydes » ; et lorsqu’ils ont plus d’un an, thons ».

5 Barreiro, S., Ruiz, T ; Rodriguez-Marin, E., Carbonell, E. , Metazoan ectoparasites of bluefin tuna thunnus thynnus juveniles caught in the bay of Biscay, 2014.

URL :https://www.researchgate.net/publication/237382001_METAZOAN_ECTOPARASITES_OF_BLUEFIN_TUNA_THUNNUS_THYNNUS_JUVENILES_CAUGHT_IN_THE_BAY_OF_BISCAY

Résultats : du « delphinus » chez Pline.

Le Delphinus

On ne peut pas aborder la question des animaux aquatiques dans la documentation antique sans choisir de se pencher sur le « delphinus », le dauphin. Celui-ci occupe une place non négligeable dans le corpus plinien, et est cité aux paragraphes 19, 20, 30, 33, 40, 43; pour le seul livre IX de l’Histoire Naturelle.

L’identification de cet animal ne fait aucun doute, même si de nombreuses espèces se retrouvent sous le nom de « delphinus ». On suivra Cotte et Saint-Denis qui proposent le Delphinus delphis L, le dauphin commun, un odontocète très présent en Méditerranée et reconnaissable dans les descriptions et les éléments iconographiques. La permanence du terme (du δελφίς au dauphin), l’iconographie (mosaïques, fresques, vases…) et les descriptions abondantes dans la littérature antique permettent cette certitude. La littérature scientifique abonde d’ailleurs d’articles et d’ouvrages traitant du dauphin dans l’Antiquité, tant du point de vue religieux1 que du point de vue littéraire ou scientifique. Sa facilité d’approche par les humains explique sans doute la précision des détails donnés par Aristote et par Pline, ainsi que la bonne connaissance de son comportement. Cet animal est donc particulièrement intéressant pour nous puisque nous voyons dans le texte plinien une méthodologie de recherche et de transmission, entre utilisation des savoirs grecs, des savoirs locaux, de choses vues, et même de l’expérimentation scientifique (9,22).

Les sources sont principalement utilisées pour rapporter des anecdotes et en valider la teneur par une référence « scientifique ». Sur les 19 auteurs mobilisés par Pline dans ce livre IX, on en retrouve ainsi pas moins de 6 pour cette seule notice, et 2 sources probablement utilisées (Aristote et Trogue) au paragraphe 39 d’après SaintDenis.

«  Ni res Maecenatis et Fabiani et Flaui Alfi multorumque esset litteris mandata » (9,25)

Je me répugnerais à rapporter le fait, s’il n’était consigné dans les écrits de Mécène, de Fabianus, d’Alfius Falvus et de beaucoup d’autres

« In eadem urbe Iaso Hegesidemus scribit et alium puerum Hermian nomine similiter maria perequitantem … » (9,27) Dans la même ville d’Iasos, d’après Hegesidemus, un autre enfant, nommé Hermias, traversait les mers pareillement (à cheval sur un dauphin) 
« Hoc idem et Naupacti accidisse Theophrastus tradit » (9,28) Même fait à Naupacte, rapporte Théophraste.
« Quae de eodem genere piscanti in Iaso sinu Mucianus tradit » (9,33) Ce que Mucien rapporte de la même façon de pêcher dans le golfe d’Iasos

On note que ces sources, toutes savantes, sont utilisées notamment pour justifier des anecdotes les plus marquantes (enfant chevauchant un dauphin), ce qui, au rebours des commentateurs classiques de Pline, peut faire penser que celui-ci est bien conscient de la nature peu crédible des faits rapportés. Il ne se contente pas alors de les transmettre mais en appelle aux témoignages de sources jugées fiables et sérieuses. On voit même que lorsque l’anecdote sort trop de l’imaginable, il renforce sa crédibilité en mobilisant plusieurs sources : « Ni res Maecenatis et Fabiani et Flaui Alfi multorumque esset litteris mandata » (HN, 9,25)2. C’est donc logiquement pour cet animal familier, mais à la forte connotation religieuse et superstitieuse, que Pline utilise le plus de sources, essentiellement accompagnées par le verbe « [nom de l’auteur] tradit » (9, 27 ; 9,28 ; 9,33). Bien au contraire, lorsqu’il va s’agir de décrire l’animal, bien que Pline a de toute évidence travaillé son sujet, il n’en appelle pas à des sources savantes.

« Branchiae non sunt (…) delphinis. Haec duo genera fistula spirant, quae ad pulmonem pertinet, ballaenis a fronte, delphinis a dorso. » (9, 19) « [Les baleines] n’ont pas de branchies, les dauphins non plus ; ces deux espèces respirent par un conduit, qui aboutit au poumon ; les baleines l’ont au front, les dauphins sur le dos »
« ac nisi multum infra rostrum os illi foret medio paene in ventre » (9,20); « Et, s’il n’avait la gueule bien au-dessous du museau, presque au milieu du ventre »
« Adolescunt celeriter, X annis putantur ad summam magnitudinem peruenire » (9,22); « Ils grandissent vite ; ils atteignent, croit-on, en dix ans, tout leur développement »
« uiuont et tricenis » (9,22); « ils vivent jusqu’à trente ans »
« Lingua est his contra naturam aquatlium mobilis, breuis atque lata, haud differens suillae. » (9,23); « Leur langue, contrairement à la conformation des bêtes aquatiques est mobile, courte et large, peu différente de celle du porc »
« dorsum rependum, <rostrum> simum » (9,23); « Leur dos est bombé, leur groin camard ; d’où le nom de « Simon » (Camus) »
« alia corio tantum ut delphini » (9,40); « les autres de cuir seulement, comme les dauphins »
« Pilo carentium duo omnino animal pariunt, delphinus ac vipera. » (9,43). « Parmi les animaux sans poil, deux en tout et pour tout sont vivipares, le dauphin et la vipère »

On voit ici comment la méthode d’écriture de Pline permet d’avancer dans la description de l’animal : tout d’abord en 9,19 c’est une classification (« à la Linné » d’ailleurs : les dauphins sont d’abord classés en ce qu’ils n’ont pas de branchies, comme les invertébrés n’ont pas de colonne vertébrale). Puisqu’ils n’ont pas de branchies, il faut décrire l’appareil respiratoire (« Haec duo genera fistula spirant, quae ad pulmonem pertinet ») puis la bouche -que Pline situe sur le ventre, ce qui a été vu comme une hérésie par les commentateurs, voire même comme une confusion avec certains requins. Pline passe ensuite à la langue « mobile », au dos, au tégument (« cuir », et plus loin « dépourvu de poil »). Si cette description est accompagnée par d’autres éléments (notamment sur la durée de vie et de croissance) on peut tout de même remarquer que la progression est logique, suivant la ligne du dos, et qu’elle ne revient pas sur des propriétés déjà abordées. Si la reproduction des animaux est au centre de la recherche chez Aristote, on voit ici que Pline la juge moins importante, elle est ici à peine mentionnée (9,21; 9,43) et plutôt en tant que donnée comportementale sur le rapport du petit à la mère : « Vagantur fere coniugia; pariunt catulos decimos mense aestiuo tempore, interim et binos. » « Nutriunt uberibus, sicut ballaena, atque etiam gestant fetus infantia infirmos » (9,21) (voir plus bas). Ces données comportementales sont essentielles chez Pline et on se risque à peine à proposer ici les citations qui s’y rapportent tant elles sont nombreuses :

« Velocissimum omnium animalium, non solum marinorum, est delphinus » (9,20); « Le plus rapide de tous les animaux, et pas seulement des animaux marins, est le dauphin »
« quia nisi resupini atque conuersi non corripiunt, quae causa praecipue velocitatem eorum ostendit » (9,20); « car ils ne se saisissent de leur proie qu’en se mettant sur le dos ou en virant, ce qui montre particulièrement leur vélocité »
« Nam cum fame conciti fugientem in uada ima persecuti piscem diutius spiritum continuere, ut arcu missi ad respirandum emicat tantaque ui exiliunt, ut plerumque uela nauium transuolent. » (9,20); « En effet, lorsque poussés par la faim, ils ont, dans la poursuite d’un poisson fuyant au fond des eaux, longtemps retenu leur souffle, ils s’élancent pour respirer, comme flèche décochée par un arc, et ils bondissent hors de la mer avec tant de force que souvent ils survolent les voiles des navires »
« Vagantur fere coniugia; pariunt catulos decimos mense aestiuo tempore, interim et binos. » (9,21); « Généralement ils voyagent par couples ; ils mettent bas au bout de dix mois, en été, parfois deux petits à la fois »
« Nutriunt uberibus, sicut ballaena, atque etiam gestant fetus infantia infirmos » (9,21); « ils les allaitent, comme la baleine, et même les portent lorsqu’ils ont la faiblesse du premier âge »
« Abduntur tricenis diebus circa Canis ortum occultanturque incognito modo, quod eo magis mirum est, si spirare aqua non queunt » (9,22); « Ils disparaissent trente jours vers l’apparition de la Canicule, et se cachent mystérieusement ; c’est d’autant plus étonnant qu’ils sont incapables de respirer dans l’eau »
« Solent in terram erumpere » (9,22); « Ils ont l’habitude de s’échouer à terre »
« nec statim tellure tacta est moriuntur multoque ocius fistula clausa » (9, 22); « ils ne meurent pas sitôt qu’ils ont atterri, mais leur mort est beaucoup plus rapide si leur conduit respiratoire se trouve obstrué »
 » Pro uoce gemitus humano similis » (9,23); « Ils poussent en manière de cri un gémissement semblable à celui de l’homme »
 » Qua de causa nomen Simonis omnes miro modo agnoscunt maluntque ita appellari » (9,23); « d’où le nom de « Simon » (Camus) qu’ils entendent tous étonnamment et qu’ils préfèrent comme appel »
« Hominem non expauescit ut alienum » (9,24); « L’homme ne l’effraie pas comme un être hostile »
« obuiam nauigis uenit, adludit exultans, certa etiam et quamuis plena praeterit uela » (9,24) « il vient au devant des navires, bondit autour par jeu, lutte même de vitesse avec eux, et, si gonflées que soient les voiles, les devance »
« cum homine delphini societate piscantur » (9,29); « les dauphins pêchent de société avec l’homme »
«  Quin et paruos semper aliquis grandior comitatur ut custos » (9,33); « De plus les jeunes sont toujours accompagnés par un plus grand, qui leur sert de gardien »
 » conspectique iam sunt defunctum portantes, ne laceraretur a beluis » (9,33). « on a vu aussi le cadavre d’un dauphin porté par ses semblables, pour qu’il ne fût pas dépecé par les monstres marins »

Ce déséquilibre de la notice en faveur du comportement, lorsqu’on le compare au déséquilibre inverse chez Aristote (HA I, 4,1; IV, 9,4; VI,1,2; IX,35;) qui se mêle essentiellement des fonctions biologiques est marquant de la démarche de Pline : en 9,143 il nous dit ainsi « Quo magis miror quosdam existimasse aquatilibus nullum inesse sensum »3 . On remarque d’ailleurs qu’il conclue son livre justement par des paragraphes consacrés aux amitiés et inimitiés parmi les espèces aquatiques.

Enfin, sur l’usage du dauphin par l’homme, on trouve essentiellement des anecdotes de pêche non pas du dauphin comme ressource mais comme compagnon « cum homine delphini societate piscantur » (9,29) anecdotes qui se poursuivent sur plusieurs paragraphes, jusqu’en 9,34; mais aussi un détail passionnant sur une expérience faite pour connaître l’âge des dauphins : « Viuont et tricenis, quod cognitum praecisa cauda in experimentum » (9,22)4.

1 Somville, Pierre. Le dauphin dans la religion grecque. In: Revue de l’histoire des religions, tome 201, n°1, 1984. pp. 3-24.

2 « Je me répugnerais à rapporter le fait, s’il n’était consigné dans les écrits de Mécène, de Fabianus, d’Alfius Falvus et de beaucoup d’autres ».

3 « Cela augmente mon étonnement de voir que certains aient refusé aux animaux aquatiques toute intelligence »

4« ils vivent jusqu’à trente ans : on s’en est rendu compte en faisant une entaille à la queue <de certains sujets> »

L’Histoire Naturelle et le Livre IX.

L’oeuvre, sa diffusion,sa  réception.

I.  l’ Histoire Naturelle de Pline.

La « naturalis historia », « enquête sur la nature » ,est une œuvre en 37 volumes, qui ne peut que rappeler le projet aristotélicien de l’Histoire des Animaux (en grec  « ή φυσικη ίστορία »qui a la même signification d’ « enquête sur la nature »). Toutefois Pline s’abstient de le citer comme exemple ou référence dans sa préface. L’ oeuvre se veut innovante et ambitieuse, à l’ image finalement de ce qu’attend Pline de celui à qui il dédie l’ouvrage, le futur empereur Titus : « praeter iter est non trita auctoribus uia nec qua peregrinari animus expetat : nemo apud nos qui idem temptauerit, nemo apud Graecos qui unus omnia ea tractauerit. […] Iam omnia attingenda quae Graeci τῆς τῆς ὲγκυκλίου παιδείας uocant, et tamen ignota aut incerta ingeniis facta ; alia uero ita multis prodita, ut in fastidium sint adducta »1. La référence aux auteurs grecs confirme le choix de placer son Histoire Naturelle dans la lignée des publications précédentes, et confirme l’ambition « pédagogique » de l’ouvrage : en effet, l’ « ὲγκυκλίου παιδείας » dont il est ici question n’est pas un encyclopédisme savant, « le vrays puys & abisme de Encyclopedie »2, mais un cycle d’études préparatoires. Aude Doody3 a en effet mis en lumière l’anachronisme du terme utilisé dans son acception actuelle, celle-ci n’apparaissant qu’à la Renaissance, lorsqu’il s’agit de qualifier l’oeuvre plinienne.

Nous connaissons le contexte de l’écriture de cette oeuvre de 37 volumes traitant de l’histoire, de la géographie, des arts et techniques, de la zoologie… grâce à ce que Pline a bien voulu nous en dire dans sa dédicace à Titus, et à ce que son neveu en raconte dans ses lettres. Pour cette oeuvre majeure, publiée après quelques ouvrages bien reçus (on se rappelle que Tacite utilisait son Histoire des Guerres Germaniques comme source), Pline affirme avoir lu et mis en fiche pas moins de 20000 textes, de qualité et d’origine variées. Lisant et écrivant la nuit, pour ne pas soustraire au jour les heures dues à sa tâche de chevalier, il ne peut qu’impressionner le lecteur d’aujourd’hui dont on connaît la fatigabilité et la difficulté à se concentrer sur un même texte pendant un certain temps.

Pline, on l’a vu, dédie son œuvre au futur empereur Titus le « uicundissime Imperator ». Son œuvre a une portée indéniablement politique, comme le montre bien Valérie Naas4 : il s’agit à la fois d’ « imposer une conception précise de la nature, qui relève moins d’un projet scientifique que d’une intention morale et idéologique » et de glorifier l’Empire Romain, qui justement possède cette « nature » qu’on étudie ici. La référence aux Grecs, qu’on retrouve au livre IX dans la volonté de latiniser des noms grecs d’animaux aquatiques plutôt que d’utiliser les noms vernaculaires romains, est à la fois un hommage aux savoirs hellénistiques mais aussi une façon d’initier par son œuvre un nouveau savoir romain.

Enfin, le processus de publication d’une œuvre veut qu’il ait tout d’abord lu son œuvre à différentes personnes de confiance, avant de proposer des lectures publiques, avant enfin, l’édition et la diffusion de ses 37 volumen. Ces différentes étapes qui ont leur importance car elles montrent bien que l’auteur joue réellement sa réputation dans cette méthode de diffusion. Cela écarte sans doute l’idée d’une écriture trop rapide ou d’un auteur peu impliqué dans son sujet.

II. le livre IX

Notre livre IX fait partie d’une trilogie consacrée au règne animal, qui comprend un livre sur les animaux terrestres, celui sur les animaux aquatiques et enfin un dernier sur les oiseaux. Le lien logique entre ces trois livres est rendu évident par le texte lui-même qui commence par « Animalium, quae terrestria appellauimus, hominum quadam consortione degentia, indicata natura est »5 (9,1) et se termine par « hinc uolucrum naturae dicentur »6 (9,186) . Pour ce volume, Pline annonce : « quam ob rem prius aequorum, amnium stagnorumque dicentur »7. Ce ne sont donc pas des animaux « marins » dont il va seulement s’agir ici, contrairement à ce que pourrait faire penser le titre l’une de nos sources principales pour ce mémoire8, mais bien de l’ensemble des animaux aquatiques.

Le livre IX sur l’ aquatilium natura est complété au livre XXXII, qui propose une recension des espèces déjà décrites, par ordre alphabétique, mais qui n’est pas l’objet de ce travail de recherche. Il sera cependant parfois mobilisé, pour confirmer ou infirmer des hypothèses. La structure du livre IX est qualifiée de « lâche » par son traducteur et commentateur Etienne de Saint-Denis. Il faut reconnaître que les notices que notre auteur propose sur les animaux sont à reconstituer pour leur donner un ensemble cohérent, tant les informations sont éparses dans le texte. On verra cependant plus loin qu’elles ne sont pas redondantes ou contradictoires, et qu’on y retrouve à une structure relativement bien définie des catégories « res », « historiae » et « observationes » (choses ; enquêtes ; témoignages »).

Ce sont plus de 150 espèces qui sont nommées – à défaut d’être, pour certaines, décrites- dans ce livre IX . Parmi elles, nous ne trouvons que quelques rares mirabilia, et plusieurs animaux non identifiés. Nous reviendrons plus loin sur ces questions.

Nous allons utiliser pour notre travail de recherche le texte latin tel qu’établi par Etienne de Saint-Denis en 1955 pour les Belles Lettres. Toutes les traductions du texte latin en notes de bas de pages de ce mémoire, sauf indication contraire, sont issues de cette édition. Il nous explique dans l’introduction qu’il n’existe pas de manuscrits antérieurs aux IX et Xe siècles, et qu’il a suivi pour l’essentiel la leçon proposée par Mayhoff (1875-1906), sauf lorsque celui-ci corrigeait le texte des manuscrits pliniens pour les rapprocher des textes d’Aristote. Saint-Denis a préféré à ce sujet signaler en commentaires les divergences entre Pline et Aristote plutôt que modifier le texte latin : « Le texte plinien ne doit pas être suspecté partout où il ne s’accorde pas avec celui d’Artistote » nous dit-il. Nous verrons plus bas, lorsque nous nous intéresserons aux sources de Pline que la prudence de Saint-Denis et son choix de commenter plutôt que de corriger est tout à fait raisonnable. En effet, la façon dont le texte d’Aristote était lui-même parvenu à Pline reste obscure et controversée. Cependant, Saint-Denis nous explique n’avoir « grâce aux corrections D2, F2, R2, E2, et aux manuscrits x, l, n, V dont j’ai dit l’intérêt, j’ai pu me contenter d’une seule correction personnelle : au §162, « squatus », au lieu de « squalus », d’après le texte d’Aristote manifestement suivi par Pline ». On voit ici qu’il est impératif de mieux connaître la méthode de travail de Pline et son utilisation des sources : en effet, modifier le texte des manuscrits pour coller au texte d’Aristote alors qu’on ignore justement comment Pline a lu ou abordé celui-ci, c’est prendre le risque d’une erreur d’édition.

Notre corpus est donc limité à un texte latin édité en 1955, et issu de manuscrits tardifs puisque postérieurs au texte original de plus de neuf siècles. Il est donc à étudier avec toutes les précautions nécessaires à l’étude des textes anciens, et dans une perspective diachronique que synchronique : décrire ce que nous savons du contexte de sa rédaction et de sa réception que nous avons vu plus haut n’est pas suffisant, nous devons également mentionner la façon dont il a traversé le temps. A ce sujet, justement, le livre IX nous fournit un bon exemple du devenir de l’oeuvre de Pline et de sa réception au cours des deux derniers millénaires.

 

III. Réception, diffusion, transmission du texte.

C’est encore une lettre de son neveu, adressée à Macer (livre III) qui nous prouve que Pline est lu, et apprécié des élites romaines : «  Pergratum est mihi quod tam diligenter libros avunculi mei lectitas, ut habere omnes velis quaerasque qui sint omnes »9.

En effet, la prégnance de l’oeuvre plinienne dans le corpus scientifique de la Rome impériale se vérifie par l’utilisation de ce livre précisément pour tous les textes qui suivirent et qui décrivent la faune aquatique : ainsi Elien le sophiste (175-235) dans son Περὶ Ζῴων Ἰδιότητος (« De la nature des animaux », une compilation de nombreuses espèces) le cite abondamment.

Pline et son livre IX, restent considérés comme une source majeure scientifique au Moyen-Age, et on peut en trouver des passages entiers dans le Liber de Natura Rerum de Thomas de Cantimpré (1201-1271), ou encore dans le Tractatus de piscibus au Livre IV du Hortus Sanitatis. Ce vaste ouvrage est en fait une compilation du livre 17 du Speculum naturale de Vincent de Beauvais (1184-1264) et du livre 24 du De animalibus d’Albert le Grand (1200-1280). La lecture de cet ouvrage, édité et annoté en ligne par l’université de Caen/CRAHAM dans le cadre du programme de recherche Ichtya10, permet de voir que l’oeuvre de Pline y est considérée avec le plus grand sérieux. On y rencontre 78 occurrences du nom de notre auteur latin et des passages entiers du livre IX sont repris.

Il est à ce propos à noter un biais d’étude intéressant. En effet, les œuvres du Moyen-Age sont caractérisées par une iconographie bien particulière qui fait la part belle aux chimères et autres figurations fantastiques ou extraordinaires des animaux décrits. Prendre ces illustrations comme une simple représentation de la connaissance des auteurs du Moyen-Age ou comme une illustration de ce qu’ils comprennent du texte latin serait une erreur. 11 On verra par la suite qu’une des explications de la dépréciation récente de l’oeuvre de Pline est peut-être justement cette assimilation avec l’iconographie des mirabilia.

C’est, d’après Aude Doody, Francis Bacon (1561-1626) qui, l’un des premiers, apporte une critique de l’Histoire Naturelle comme n’étant pas une oeuvre savante. Cependant, on ajoutera que dans son Novum Organum12, le philosophe qui veut poser les bases d’un nouveau paradigme scientifique, descend également en flamme Aristote. Il énonce ainsi dans son aphorisme 63 : « Il [Aristote] avait commencé par établir des principes généraux, sans consulter l’expérience et fonder légitimement sur elle les principes ; et, après avoir décrété à sa guise les lois de la nature, il fit de l’expérience l’esclave violentée de son système ; de telle sorte qu’à ce titre, il mérite plus de reproches encore que ses sectateurs modernes (les philosophes scolastiques), qui ont négligé complètement l’expérience ». Des savants romains il ne critique que l’absence de progrès apportés en leur temps à la science telle que la proposait Aristote. Mais c’est bien Pline, plus qu’Aristote, sans doute parce que son œuvre ne porte pas de doctrine philosophique majeure, qui verra son image de scientifique antique amoindrie au cours des siècles suivants. L’émergence d’une véritable science naturaliste, comme tout nouveau paradigme pensait devoir faire tabula rasa des méthodes anciennes, tout en en étant fortement imprégnée (comme le montre d’ailleurs les noms scientifiques des animaux aquatiques, souvent calqués sur les noms pliniens, favorisant ainsi les erreurs d’identifications).

« Pline a travaillé sur un plan bien plus grand, & peut-être trop vaste, il a voulu tout embrasser, & il semble avoir mesuré la Nature & l’avoir trouvé trop petite encore pour l’étendue de son esprit ; son Histoire Naturelle comprend, indépendamment de l’histoire des animaux, des plantes & des minéraux, l’histoire du ciel & de la terre, la médecine, le commerce, la navigation, l’histoire des arts libéraux & méchaniques, l’origine des usages, enfin toutes les sciences naturelles & tous les arts humains ; (…) non seulement il sçavoit tout ce qu’on pouvait sçavoir de son temps, mais il avoit cette facilité de penser en grand qui multiplie la science (…) c’est, si l’on veut, une compilation de tout ce qui avoit été écrit avant lui, une copie de tout ce qui avoit été fait d’excellent & d’utile à sçavoir ; mais cette copie a de si grands traits, cette compilation contient des choses rassemblées d’une manière si neuve, qu’elle est préférable à la plûpart des ouvrages originaux qui traitent des mêmes matières. », nous dit George-Louis Leclerc, Comte De Buffon, dans son Discours premier sur l’histoire naturelle13. De la querelle scientifique des Anciens et des Modernes, entre Buffon (appelé le « Pline français » ) et les naturalistes du siècle suivant, avec le dénigrement qui accompagne forcément l’opinion des vaincus, Pline est la victime collatérale. Puisqu’il est la source des écrits des naturalistes du Moyen-Age et que ceux-ci représentent l’obscurité de ces âges, alors Pline, par un glissement regrettable, devient tout aussi obscur, et des louanges peu nuancés de Buffon on arrive à la critique tout aussi caricaturale de M. de Blainville, cité par Littré dans l’introduction de l’édition de l’Histoire Naturelle de 184814 : « Pour terminer, nous dirons qu’entre les mains de Pline, si l’on veut continuer à le considérer comme un historien de la nature, quoiqu’il ne l’ait jamais observée et qu’il l’ait fort mal comprise, la zoologie ou science des animaux, conçue dans son ensemble, a perdu son caractère scientifique (…). La zooclassie ( classification des animaux) n’a pas même été sentie, quoique le nombre des espèces ait été un peu augmenté, surtout dans la classe des mammifères. La zootomie (anatomie) a été défigurée et gâtée, en comparaison de ce qu’elle était dans Aristote. La zoobie ( physiologie), quoique en général presque empiétement négligée, a été rectifiée convenablement dans un fort petit nombre de points. La zooéthique (mœurs des animaux) s’est nécessairement enrichie d’un certain nombre de faits, aussi bien pour les espèces anciennement connues que pour les nouvelles, en même temps que quelques autres faits ont été rectifiés. La zoonomie ( gouvernement des animaux) a profité des observations empiriques des agriculteurs pour le gouvernement des animaux domestiques, mais sans principes à l’appui, et par conséquent sans résultat scientifique. ».  

Cette descente en flamme du travail de Pline est à peine contrebalancée par quelques concessions du bout des lèvres. Pourtant, on pourra retenir que Pline semble bien avoir proposé des améliorations significatives des traités précédents (d’ailleurs la citation, quoique dépréciative contient de nombreux terme du champ sémantique de l’amélioration). On note un appétit pour les terminologie savantes ignorées du temps de Pline et donc nécessairement « négligées ». Heureusement, cette citation (dans le même ouvrage) du bon M. Cuvier vient pondérer cet avis : « On ne peut trop louer Pline sous ces divers rapports; et, malgré les défauts que nous sommes obligé de lui reconnaître quand nous le considérons comme naturaliste, nous ne le regardons pas moins comme l’un des auteurs les plus recommandables et les plus dignes d’être placés au nombre des classiques parmi ceux qui ont écrit après le règne d’Auguste. ».

Nous avons ainsi vu le destin de l’oeuvre de Pline, largement diffusée pendant près de 2000 ans, à la réception d’abord enthousiaste puis plus critique, au fur et à mesure de la constitution des « sciences naturelles ».

1 « Au surplus, le chemin où je me suis engagé n’est pas battu par les auteurs, ni de ceux où l’esprit souhaite de se promener. Il n’existe personne chez nous qui ait fait la même tentative, personne chez les Grecs qui ait traité à lui seul toutes les parties du sujet […]. De plus, il nous faut toucher à tous les points que les Grecs embrassent sous le nom de « culture encyclopédique » ; et cependant les uns sont ignorés ou rendus incertains par les inventions personnelles, tandis que d’autres ont été si souvent publiés qu’ils sont devenus fastidieux ». Extrait cité par Valérie Naas, traduction des éditions de Belles Lettres, CUF, Collection Guillaume Budé.

2 Rabelais, Pantagruel, XX, éd. Marty-Laveaux, I, 319.

3 Doody, Aude, Pliny’s Encyclopedia : The Reception of The Natural History, Cambridge-New York, Cambridge University Press, 2010, 194 p.

4 Naas, Valérie, « Indicare, non indagare : encyclopédisme contre histoire naturelle chez Pline l’Ancien ? », in Encyclopédire : formes de l’ambition encyclopédique dans l’Antiquité et au Moyen-Age, éd. Par Arnaud Zucker, Thurnhout, 2013, pp 145-166.

5 « Les animaux que nous avons appelés terrestres, et qui vivent dans une sorte de communauté avec les hommes, ont été décrits plus haut ».

6 « Nous allons maintenant décrire les oiseaux ».

7 « nous parlerons d’abord des animaux qui habitent les mers, les fleuves et les étangs ».

8 Saint-Denis, Etienne, Le Vocabulaire des Animaux Marins en latin classique, Paris, Klinckieck, 1946.

9 « Vous me faites un grand plaisir de lire avec tant de passion les ouvrages de mon oncle, et de vouloir les connaître tous et les avoir tous. » in Quintilien Et Pline Le Jeune. Traduit par D. Nisard. Paris: Chez Firmin Didot Frères, Fils Et Cie, 1865.

10 Hortus sanitatis : Livre IV, Les Poissons, édité par Jacquemard Catherine, Gauvin Brigitte et Lucas-Avenel Marie-Agnès.

URL : https://www.unicaen.fr/puc/sources/depiscibus/accueil

11 Leclerc, Jacqueline, « L’art médiéval. Du Xe au XIIIe siècle », dans B. Demoulin dir. , Histoire culturelle de la Wallonie, Anvers, Fonds Mercator, 2011, p. 82-99.

12 Bacon, Francis, Novum organum,nouv. trad. en français par Lorquet Alfred, Paris, Hachette, 1857.

URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k201287p/f11.image

13 Leclerc, Comte de BUFFON, HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIERE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROY. Tome Premier. 1749.Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre – Paris X).

URL : http://www.buffon.cnrs.fr/ice/ice_book_detail.php?lang=fr&type=text&bdd=buffon&table=buffon_hn&bookId=1&typeofbookId=1&num=0

14 op. Cit.

Cite this article as: Julie Le Goïc, "L’Histoire Naturelle et le Livre IX.," in Plongée avec Pline l'Ancien, 26/06/2016, ISSN 2494-3266, https://hstpline.hypotheses.org/66.

Les sources de Pline au livre IX

I. les sources citées dans le sommaire : les auctores.

Soucieux d’une utilisation aisée de son œuvre, Pline débute son Histoire Naturelle par un sommaire dans lequel il intègre les auteurs de référence utilisés pour ses recherches. Si on en est pas à la bibliographie détaillée qui prévaut aujourd’hui, on ne peut que se réjouir de cette méthode de notre auteur qui nous permet de remarquer plusieurs faits. D’abord, les auteurs désignés comme « auctores » par Pline diffèrent légèrement des citations effectivement relevées dans le livre IX :

« EX AVCTORIBUS

Turranio Gracile. Trogo. Maecenate. Alfio Flauo. Cornelio Nepote. Labero mimographo. Fabiano. Fenestella. Muciano. Aleio Stilone. Seboso. Melisso. Seneca. Cicerone. Macro Aemilio. Messala Coruino. Trebio Nigro. Nigido. »

A cette liste, nous avons dû rajouter, en suivant De Saint-Denis (p17) et les occurrences rencontrées dans le texte plinien : Aristote, Hegesidemus, Apicius, Verrius, Juba, Varron, et Theophraste. Par contre, il n’est nulle trace de citation de Cicéron ou Messala Coruinus dans le texte du livre IX.

On peut poser quelques hypothèses quant à ces disparités entre les auctores et les auteurs rencontrés dans le texte. Tout d’abord, sur les ajouts à faire, on peut se demander si Pline fait la différence entre une documentation faites spécifiquement pour son oeuvre (et qu’il cite à partir de ses mises en fiches) et les auteurs consultés dans d’autres contextes mais qu’il arrive à mobiliser lorsqu’il écrit ce livre précis. Une autre hypothèse, qui n’est pas incompatible avec la première, nous amène à penser que les auteurs cités en plus de ses auctores sont des auteurs eux-même cités par les ouvrages référencés. C’est une théorie qui pourrait se vérifier avec notamment l’utilisation du De Halieuticis de Trogue : nous verrons plus bas, au moment d’aborder cette source précise, que certains1 penchent pour l’idée que ce livre serait la principale source des citations d’Aristote par Pline. Cela expliquerait pourquoi Trogue est cité dans les auctores alors qu’Aristote, dont on retrouve pourtant dans ce livre IX, beaucoup de passages latinisés, ne l’est pas.

Sur les auteurs qui manquent (cités dans les auctores mais absents du texte) on peut se demander si les passages les mentionnant sont perdus (on note plusieurs passages manquants ou corrompus dans les manuscrits), ou si Pline les a utilisés sans les mentionner : soit parce que les passages sont tellement connus qu’ils ne nécessitent pas de mention, soit parce que Pline les a simplement utilisé comme source de savoir.

Sur la façon de citer les auteurs : l’index « ex auctoribus » qui suit le sommaire du livre IX est un choix de l’éditeur, constitué à partir du livre I. Quant aux auteurs cités dans le texte, il faut en recenser les occurrences pour les mettre en lumière et mieux comprendre la façon dont Pline intègre la participation de ces auteurs à son texte. Plusieurs indicateurs sont ici relevés : le texte latin (quelles expressions ou verbe pour la citation ?), et l’objet de l’appel à un auteur extérieur : description d’un animal inconnu de Pline, anecdote, témoignage… Ces entrées sont recensées dans un tableau afin d’en faciliter l’usage. [voir l’annexe 1].

Ainsi, on remarque que si les auteurs étudiés par Pline sont nombreux, les citations effectives sont assez limitées dans le texte. On relève ainsi seulement 33 passages contenant des citations, pour 19 auteurs utilisés, sur les 186 paragraphes que compte le texte. De la même façon, si Pline mobilise 19 auteurs, on en retrouve 7 utilisés pour le seul dauphin (nous y reviendrons dans le chapitre consacré plus précisément à cet animal).

Nous allons à présent nous pencher plus précisément sur les auteurs du corpus plinien, des auctores aux références citées en cours de texte. Nous avons proposé dans l’annexe 1 une entrée qui permet de classer les auteurs en tant que témoin, source savante ou obscure, ces mentions n’étant pas exclusives.

1. Turranius Gracilis : cet auteur obscur nous est connu par les mentions qu’en fait Pline à plusieurs reprises dans son Histoire Naturelle, et ici particulièrement en 9,11. L’origine du nom est italienne, et les commentateurs plaident pour une assimilation entre le Turranius Gracilis de Pline et le C. Turranius qui fut préfet d’Egypte entre 7 et 4 avant JC2. On peut classer cet auteur dans les témoins mobilisés par Pline , dans la littérature savante puisque c’est en tant qu’expert de sa région natale que Pline l’utilise mais aussi comme source obscure car son identification n’est pas encore certaine.

2. Trogus : auteur de l’époque augustéenne, il a produit des oeuvres aussi bien historiques que scientifiques, puisant ses connaissances dans les savoirs hellénistiques. On sait qu’il a écrit une Histoire des Animaux dont Pline cite des extraits. Pline le mentionne dans ses auctores et au livre (? Instectes)[NDB] il nous dit : « Trogus, et ipse auctor severissimus »3 dans un paragraphe qui suit une critique assez sévère d’Aristote avant de citer un extrait assez long de l’oeuvre de Trogue. Ces éléments ont servi de base à des hypothèses du milieu du XIXème siècle qui voudraient que Pline ait eu essentiellement accès aux savoirs et aux textes d’Aristote à travers la médiation faite par Trogus. Ces hypothèses, fondées sur une analyses précises des textes, et notamment sur les « erreurs » pliniennes sont séduisantes mais restent invérifiables à ce jour. Le De Halieuticis  de Birt4 vise à montrer qu’à chaque emprunt de Pline à Artistote, Trogus est en fait l’artisan du passage. Nous n’avons pas le texte de ce dernier pour permettre de retrouver les éléments utilisés précisément par Pline. Dans son introduction au Livre IX, Saint-Denis pose l’hypothèse d’emprunts aux paragraphes 29, 76, 64, et 68.

3. Caius Cilnius Mæcenas, dit Mécène : personnage public et auteur ayant vécu entre -70 et 8 après J.-C., dont seulement des traces de ses écrits nous sont parvenus, raillés par Sénèque pour son manque de discipline stylistique. Les passages cités par Pline ont notamment disparu.

4. Alfius Flavus : cet auteur obscur dont nous n’avons pas d’autres traces que quelques vers cités par Priscien, et les éloges faites par Sénèque, semblerait être le Alphius Avitus, poète de la cour de Néron et Tibère5. Il est cité dans le livre IX en tant que témoin, garant du sérieux de l’anecdote.

5. Cornelius Nepos : auteur du Ier siècle avant J-C (100-29/25), connu pour un De virus illustribus et un ouvrage de géographie. Il est appelé dans le livre IX pour témoigner des usages du purpura.

6. Laberus mimographus : chevalier romain connu pour avoir, contraint par César, participé à des jeux du cirque en 46 avant J-C6. Il perd alors son rang, que César lui rend accompagné d’un anneau d’or, mais l’histoire veut que les autres chevaliers ne le laissent plus siéger à leurs côtés. Pline en appelle à celui qu’il qualifie de « poète » comme témoin des usages passés de l’asellus et du lupus. On peut penser que sa place dans les auctores montre la fin de sa disgrâce, au moins posthume.

7. Papirius Fabianus, cité aussi au livre XV, maître de Sénèque, philosophe de renom, auteur de traités d’histoire naturelle7. C’est une source savante.

8. Fenestella,  auteur du Ier siècle, il a vécu entre 52 avant J-C et 19 après J-C (on avance aussi les dates de 35 avant J-C. à 36 après J-C.). Cité par Dion Cassius ou encore Aconius, il est l’auteur d’annales qui retracent l’histoire littéraire, l’état de la science jusqu’à l’époque augustéenne. On peut le classer dans les sources savantes de Pline, et il est mentionné ici pour témoigner de l’usage des perles.

9. Gaius Licinius Mucianus, contemporain de Pline, ce consul de Syrie, est également un collecteur du corpus des textes anciens, et il est l’auteur notamment de traités sur l’histoire naturelle et la géographie de l’Asie Mineure. Il est cité ici deux fois, l’une pour rapporter une anecdote sur l’anthias, l’autre pour parfaire la description du polypus.

10. Aelius Stilo : nous avons perdu les œuvres de ce chevalier romain, grammairien (154-74 avant J-C), qui a inauguré la philologie. Pline le cite ici en source savante pour expliquer le nom de la margarita, perle.

11. Sebosus : c’est un géographe, contemporain de Pline, l’une de ses sources savantes majeures dans ses livres sur la géographie. Ainsi, Pline nomme les Canaries (jusque là « iles Fortunées) d’après cet auteur. Voyageur, il rapporte aussi des anecdotes sur ce qu’il a croisé. On note que les commentateurs8 regrettent l’imprécision des descriptions apportées par Sebosius ,avec des termes qui ne sont pas sans rappeler ceux utilisés pour la critique de l’oeuvre de Pline (« inintelligible », « fautif »…).

12. Melissus : ou Melissos, philosophe grec du Vème siècle avant J-C. Disciple de Parménide. Il fait partie des sources savantes de Pline.

13. Lucius Annaeus Seneca : Né en 4 avant J-C, mort en 62 après J-C., il est donc contemporain de Pline. Ce philosophe stoïcien, a un parcours bien différent de notre auteur : conseiller à la cour de Caligula, précepteur puis conseiller de Néron (dont on rappelle la détestation de Pline à son égard), il écrit sur le nécessaire détachement tout en étant étroitement lié au monde : on l’a vu, à la cour, mais aussi à la richesse. Il est cité comme témoin d’une anecdote sur l’âge d’un poisson d’élevage. (9, 167).

14. Cicero : l’une des phrases types qu’un collégien du XXème siècle pouvait retenir de ses cours de grammaire latine était le « Cicerone consule » (Ciceron étant consul), marquant le rôle et l’importance de ce personnage public dans l’histoire romaine. Orateur, consul, magistrat, l’auteur (qui a eu l’intelligence de faire publier ses plaidoiries et autres déclamations) nous a ainsi régalé du « Quousque tandem abutere, Catilina, patientia nostra »9 (Jusques à quand abuseras-tu, Catilina, de notre patience), lancé au sénateur factieux devenant par cette seule accroche un simple trublion. Source incontournable, savante.

15. Marcus Aemilius lepidus: homme politique du Ier siècle avant J-C. Savoir ce qu’il a apporté à l’oeuvre du livre IX est obscur, mais on retrouve son nom à plusieurs reprises dans l’ensemble de l’Histoire Naturelle, notamment à propos de l’introduction du marbre jaune à Rome.

16. Marcus Valerius Messala Coruinus : né en 64 avant J-C et mort en 8 après J-C, sénateur, écrivain, il est le créateur d’un cercle d’auteurs comprenant Ovide, Properce ou Tibulle. On ne trouve pas ici son nom dans les suites du sommaire.

17. Trebius Niger : comment l’une des sources principales de Pline s’est retrouvé confondu avec la matière même du livre IX est un exemple de la difficulté auquel sont confrontés les commentateurs et chercheurs ! Recensé par erreur comme un animal aquatique par Thomas de Cantimpré lorsqu’il utilise les travaux de Pline pour écrire son Opus de natura rerum, le « trebius »10 est en fait né de la confusion entre l’adjectif « niger » (noir) et le nom de notre source. Celui-ci est en fait un homme d’état du IIème siècle avant J-C, proconsul de l’Hispania Baetica et auteur d’une Histoire Naturelle, spécialisé dans l’icthyologie, il est cité à plusieurs reprise comme source savante dans le livre IX.

18. Publius Nigidus Figulus : auteur du Ier siècle avant J-C, mathématicien et théologien obscur, tant par la perte de ses travaux que par les témoignages de ses contemporains. Source savante utilisée ici pour décrire le comportement du lupus (le « loup »).

Ainsi, les auteurs cités dans le sommaire de Pline sont essentiellement des sources sinon savantes du moins reconnues, garantes du sérieux de l’oeuvre qui va suivre. On peut noter aussi que l’immense majorité des sources est romaine ou latine. Les sources grecques sont minorées. On trouve cependant, comme on l’a vu, d’autres sources citées dans le corps du texte.

  II. Les sources du corpus plinien, non citées comme auctores : Aristote, Hegesidemus, Apicius, Verrius, Juba, Varron, et Theophraste.

1. Aristote : je ne vais pas m’attacher ici à faire la biographie du philosophe, mais il pose dans les sources pliniennes un ensemble de questions. D’abord, bien qu’auteur majeur, il n’est pas cité dans les auctores. On a vu que l’une des hypothèses est que Pline n’aurait pas lu Aristote dans le texte mais un condensé de ses œuvres proposé par Trogue. Les erreurs de lecture (on pense notamment à certaines difficultés à propos des tortues, confondues avec le « rat ») seraient alors dues en partie à cet intermédiaire. Il n’en est pas moins cité à plusieurs reprises dans le corps du texte (voir annexe 2), toujours comme source savante, et on note, comme Saint-Denis, que Pline fait la preuve de sa démarche critique justement en proposant une controverse sur la respiration en opposition aux théories d’Aristote sur le sujet (HN, Livre IX, 9,16). Pline est régulièrement accusé d’un mauvais « recopillage » (selon le mot-valise utilisé d’abord par les libraires contre la photocopie dans les années 90) d’ Aristote, mais il faut noter une différence majeure dans leur démarche, Aristote partant des organes et fonctions des animaux pour en trouver des exemples dans les espèces aquatiques et terrestres, là où Pline s’attache à proposer des notices par animal aquatique, même si celles-ci sont parfois quelque peu éparpillées dans son œuvre. L’essence même de la méthodologie est différente, Pline ne cherchant pas à faire comprendre ou à faire comprendre la façon dont fonctionnent les animaux aquatiques, mais à dresser un catalogue précis des espèces connues à son époque11.

2. Hegesidemus : cité ici au sujet d’une anecdote sur les dauphins, certains doutent que l’Hegesidemus de Pline soit bien le philosophe grec, maître d’Hippias : « We know nothing in particular about Hippias’s alleged teacher Hegesidamos (pace C. Müller, FHG 2.59 n.**, the mysterious Hegesidemus in Pliny, Naturalis historia  9.8 (27) is certainly someone else » nous dit ainsi Marek Węcowski, dans un article sur Hippias d’Elis.

3. Marcus Gauius Apicius : auteur présumé de recettes de cuisine, au Ier siècle après J-C. Il est cité ici à propos de l’usage du mullus en cuisine.

4. Marcus Verrius Flacus : né en 55 avant J-C, mort en 20 après J-C, c’est un philologue spécialiste des auteurs anciens mais c’est aussi un précepteur renommé, qui est ici cité en tant qu’expert des « pratiques pédagogiques ».

5. Juba II (dit Juba), roi d’Egypte, né vers 52 av. J.-C. et mort vers 23 ap. J-C. Auteur du  Libuca , un traité sur son pays natal, qui en propose une géographie, avec des passages consacrés à l’histoire naturelle, à la mythologie… Auteur également d’écrits sur les Assyriens, sur l’Arabie. Naturaliste, il est à l’origine de la découverte de l’euphorbe. Passionné de géographie, il fait faire des expéditions pour trouver la sources du Nil. Sa postérité nous le décrit comme un démocrate et un scientifique.

6. Marcus Terrentius Varro : agronome et philologue du Ier siècle avant J-C, on lui connaît une liste impressionnante d’ouvrages perdus, mais on a conservé notamment son Rerum rusticarum libri III. Il est utilisé ici pour sa description et ses précisions sur l’usage de la coclea.

7. Theophrastus : philosophe, botaniste, naturaliste grec, né en 371 et mort en 288 avant J-C, élève d’Aristote. Il est repris par Pline au sujet d’anecdote sur le dauphin ainsi que pour attester de l’existence de poissons extraordinaires dans la région de Babylone.

Ces sources sont donc savantes pour la plupart mais essentiellement mobilisées pour témoigner de faits hors du commun -et donc nécessitant attestation, si possible de plusieurs noms connus (on pense à la justice romaine et à son « testis unus, testis nullus »12). On trouvera cependant dans le texte plinien de très nombreuses occurrences de type « on dit que », sous la forme essentiellement passive. L’annexe 2 qui relève ces expressions montre une prévalence de la forme passive du verbe trado, qui signifie « transmettre » (et traduit un peu légèrement par « on dit que » par Saint-Denis, qui n’a peut-être pas mesuré que l’utilisation de ce verbe précis, à côté des dicitur et autres creditur n’était pas juste une formule stylistique mais un indice de transmission). On a là un signe fort d’une tradition de savoirs locaux comme sources pour Pline en 9, 12 (périodes où on peut voir les baleines); 9, 42 (mouvements nerveux des pattes des phoques après arrachement) ; 9, 57 (périodes où certains poissons plats restent enterrés) ; 9, 70 (absence de branchie de l’exocet); 9, 100 (préscience des oursins devant la tempête); 9, 107 (reproduction des huîtres) ; 9, 111 (organisation des colonies d’huîtres) ; 9, 147 (biologie de l’ urtica, la méduse); 9, 166 (reproduction des serpents)  et 9, 182 (difficulté de pêcher les anthias). On voit ici que contrairement à une idée reçue, les sources locales de Pline sont utilisées non pas pour narrer des faits remarquables mais au contraire pour transmettre des informations concrètes et utiles.

1 Birt, Theodor. De Halieuticis Ovidio Poetae Falso Adscriptis. Berolini: Weidmann, 1878.

2 Boscs-Plateaux, Françoise Des. Un parti hispanique à Rome?: ascension des élites hispaniques et pouvoir politique d’Auguste à Hadrien, 27 av. J.-C.-138 ap. J.-C. Casa de Velázquez, 2005.

3 « Trogue et cet auteur est des plus sérieux »

4 Birt, Theodor. De Halieuticis: Ovidio Poetae Falso Adscriptis. Berolini: Weidmann, 1878.

5 Sabbathier, François. Dictionnaire pour l’intelligence des auteurs classiques, grecs et latins, tant sacrés que profanes, contenant la géographie, l’histoire, la fable, et les antiquités, 1768.

6 Bur, Clément. De La Dignité à La Célébrité. Les Aristocrates Gladiateurs De César à Tibère, Hypothèses, 2011, P. 97-111. Academia.edu. 2011. Accessed June 06, 2016. http://www.academia.edu/6609669/_De_la_dignité_à_la_célébrité._Les_aristocrates_gladiateurs_de_César_à_Tibère_Hypothèses_2011_p._97-111.

7 Lafaye, Georges. Les métamorphoses d’Ovide et leurs modèles grecs. Georg Olms Verlag, 1971.

8 Webb, Philip Barker., Sabin Berthelot, and Jean-François-Camille Montagne. Histoire Naturelle Des Iles Canaries. Paris: Bethune, 1836.

9 «  Jusques à quand abuseras-tu, Catilina, de notre patience », les Catilinaires, I, 1.

10 Voir le site du CRAHAM sur le « De Piscibus » : https://www.unicaen.fr/puc/sources/depiscibus/consult/hortus_fr/FR.hs.4.93

11 Naas, Valérie. Le projet encyclopédique de Pline l’Ancien. Rome, Italie: École française de Rome, 2002.

12 « un témoin, pas de témoin » : signifie la nécessité de produire plus d’un seul témoin pour attester d’un fait.

ANNEXES :

PlineAnnexesHypo

Cite this article as: Julie Le Goïc, "Les sources de Pline au livre IX," in Plongée avec Pline l'Ancien, 26/06/2016, ISSN 2494-3266, https://hstpline.hypotheses.org/56.

Expérimentation en XML

La journée d’étude organisée le 25 mars par le CRAHAM sur « Identifier et décrire les animaux aquatiques au Moyen-Age » a été l’occasion pour moi de découvrir le formidable travail de Marie Bisson (Unicaen, Centre Michel de Boüard-Craham), et sa façon d’envisager un travail d’indexation dans le cadre d’une recherche sur des ichtyonymes. Sa communication intitulée « Indexer le corpus Ichtya et constituer des thésauri partagés : expérimentation sur les textes de Peter Artedi » nous présentait notamment la problématique posée par le choix de ce sur quoi on centre l’indexation. Ainsi,  Zoomathia et son thésaurus OpenTheso fait du concept « animal » la base de ses notices alors que Marie Bisson propose de se baser plutôt sur l’ichtyonyme pour le travail mené par Icthya. Sa proposition et le choix des balises qu’elle suggérait m’ont particulièrement enthousiasmée.

Marie Bisson nous a également présenté les outils utilisés pour créer des notices en XML-TEI. Ce format standard, partageable, facilite notamment la recherche pluridisciplinaire, et d’ajouter de la connaissance à ce qui pourrait n’être que de la simple numérisation ou indexation d’oeuvres. Marie Bisson nous a indiqué travailler avec un éditeur XML appelé XML Mind XML Editor et nous a présenté ses expérimentations et propositions pour des notices XML du corpus Ichtya.

Grâce à cette communication, j’ai pu avancer dans mon propre travail sur la création de notices sur les animaux aquatiques décrits par Pline l’Ancien dans son livre IX de l’Histoire Naturelle. Je me suis lancée, avec le logiciel Oxygen XML Editor dans l’établissement de notices xml, complétées d’un fichier DTD et d’une mise en page XSL pour une visualisation dans un navigateur.

Je suis donc partie de mon tableur décrit dans l’article « Méthodologie » :

tableurOldSchool
tableurOldSchool

Pour créer une notice xml plus complète :

dauphin

Notice qui est ainsi visible dans mon navigateur :

NoticeDelphinus

Cette expérimentation suscite plusieurs réflexions. D’abord, mon tableur trouve aujourd’hui pleinement son utilité, car son établissement (fastidieux) me permet de bien identifier ce que je veux voir apparaître dans une notice, et m’aide grandement à naviguer dans le texte plinien. Ensuite, le choix des balises est crucial pour ce travail si on veut le rendre inter-opérable avec d’autres travaux. J’ai fait le choix de faire une notice comportant un grand nombre de balises,  mais on peut noter que l’outil permet non seulement de rajouter très facilement des entrées, mais aussi d’en masquer certaines pour la visualisation finale. On pourrait ainsi imaginer des outils de médiation basés sur ces notices XML mais comportant moins d’entrées, ou des entrées modulables en fonction des besoins et des publics.

Cite this article as: Julie Le Goïc, "Expérimentation en XML," in Plongée avec Pline l'Ancien, 27/03/2016, ISSN 2494-3266, https://hstpline.hypotheses.org/46.

Méthodologie

I. le tableau

Pour ce travail de recherche, et afin d’éviter de me perdre dans le texte, il s’agit tout d’abord de recenser chaque espèce citée dans le livre IX de l’Histoire Naturelle, dans le texte établi en 1955 aux éditions des Belles Lettres, par Etienne de Saint-Denis. Les espèces sont donc relevées une à une dans le texte, puis intégrées dans un tableau comportant les entrées suivantes.

Nom latin
Classification plinienne
Chapitre et paragraphe
Traduction E. Saint-Denis (éd. Budé) et commentaires de son « Vocabulaire des animaux marins ».
Gaffiot 1934
Grand Gaffiot
Identification H.J. Cotte (1944)
nom commun
nom scientifique
Classification chez Cotte // Linné
Classification phylogénétique
localisation

 

Le nom latin est choisi comme entrée principale, car il s’agit bien ici de nous centrer sur le mot latin, et ce qu’il désigne et non pas sur une espèce et son nom dans différentes langues (ce qui sera le choix du thesaurus Zoomathia comme nous le verrons plus loin). La classification plinienne n’est pas totalement structurée mais il est intéressant de la relever quand elle existe car elle met en lumière une tentative innovante de penser les espèces animales, là où son prédécesseur Aristote partait plutôt des fonctions et des comportements dont il recherchait les expressions dans différentes espèces terrestres puis marines. Nous relevons dans ce tableaux les occurrences du terme (occurrences relevées dans le texte, confirmées par Saint Denis et par le Thesaurus de la Langue Latine). Il est important pour chaque occurrence d’en retrouver ainsi la citation car c’est bien le contexte de l’utilisation du terme qui va nous aider ensuite à confirmer une identification ou non. Là encore, nous nous différencions du travail d’openthéso qui ne relève pas ces citations pour le moment. L’entrée suivante est la traduction choisie par Saint-Denis, grande référence du vocabulaire des animaux marins en latin classique et traducteur émérite de Pline. Cette traduction est mise en regard de l’édition du Gaffiot de 1934 (qui précède donc son travail) et de celle de l’édition moderne. Il s’agit de voir si les travaux de Cotte et Saint-Denis ont retrouvé un écho dans cet ouvrage essentiel à la connaissance grand public du latin. Nous passons alors à l’identification proposée par Cotte, dans sa thèse de 1944 : cette identification s’appuie à la fois sur les remarques de Cuvier dans son commentaire du livre IX publié en 1848 , sur les autres auteurs latins et sur Aristote. Nous verrons plus loin que Cotte se pique aussi de croiser ces informations avec les langues vernaculaires et idiomes locaux, avec tout ce que cela implique de délicat comme travail scientifique. Cotte ayant structuré sa thèse selon la classification linnéenne nous reprenons ensuite celle-ci, complétée de la classification phylogénétique qui est celle admise aujourd’hui. Enfin, notre tableau localise l’espèce décrite afin de compléter les informations permettant l’identification d’une espèce mais aussi afin de permettre à terme une géolocalisation des espèces citées par Pline sur une carte type Openstreetmap.

Le choix méthodologique fait ici permet de visualiser rapidement les espèces non encore identifiées ou dont les classifications proposées sont incohérentes, grâce au code NI (Non Identifié). A ce stade, on pourrait déjà proposer une visualisation des espèces identifiées et non identifiées. On pourrait également obtenir une cartographie des espèces identifiées.

Ce recensement en forme de fiche a également été pensé pour permettre l’établissement de notices XML destinées à être mises en ligne. Nous verrons que le passage du tableau aux notices nécessitera des adaptations et que les balises du format XML ne reprennent pas toutes les entrées du tableau et en ajoutent certaines. Cela est dû à un usage différent de la notice, mais aussi à l’évolution de la recherche que j’ai menée au cours de l’année : ainsi, l’ouverture au 26 février 2016 du thesaurus du CEPAM/ CNRS1 permet d’approfondir les notices. En effet, le laboratoire du CEPAM propose un corpus d’ichtyonymes à partir des ouvrages d’ichtyologie médiévaux en langue latine. J’ajouterai donc au tableau lorsque cela est possible les éléments extraits du thesaurus (numéro de la notice).

  II.la méthode de travail

Lorsque des incohérences ou des espèces inconnues sont repérées, la méthodologie choisie est la suivante : retour au texte latin, afin de repérer le point de blocage qui a empêché l’identification par les commentateurs (ce point de blocage pouvant aller d’une ambiguïté sémantique sur un terme latin, au choix opéré entre différents manuscrits lors de l’établissement de l’édition du texte latin, en passant par une description plinienne dont nous n’avons pas le référent -comparaison avec un artefact disparu par exemple). Lorsque ce point de blocage est identifié et parfois résolu, il s’agit de reprendre le texte latin, en tenant compte : du choix logique de Pline de citer cette espèce à ce moment-là de son oeuvre (de quoi parle-t-il avant, après ? que veut-il faire voir à son lecteur ?), de la description du comportement de l’espèce décrite – en effet, si la perception sensorielle humaine -odeur, goût, couleurs…) est culturelle, l’ethos d’une espèce est relativement invariant. Lorsque la description comportementale ou physiologique est suffisamment explicite, on peut alors mobiliser les connaissances actuelles en ichtyologie. On pourra également se pencher sur les avancées de l’archéologie sur la question des artefacts qui servent de point de comparaison pour certaines espèces.

Les sources utilisées pour ce travail de recherche sont principalement le Vocabulaire des Animaux marins en latin classique d’Etienne de Saint-Denis publié en 1946, la thèse de 1944 de Henri-Jules Cotte Poissons et animaux aquatiques au temps de Pline (commentaires sur le livre IX de l’Histoire naturelle de Pline),ainsi que les ressources en ligne du DORIS (Données d’Observations pour la Reconnaissance et l’Identification de la faune et la flore Subaquatiques), du WORMS (World Register of Marine Species). J’utilise également le travail de publication (format XML) et d’annotations du Tractatus de piscibus (un traité d’ichtyologie du Moyen-Age dont l’une des sources est justement l’oeuvre de Pline) du projet Ichtya de l’université de Caen/CRAHAM. Le thesaurus et des annotations du projet Zoomathia mis en ligne à la fin du mois de février 2016, et font également partie des sources de ce projet.

1 Voir en ligne le thésaurus : http://134.59.79.250/opentheso/

Cite this article as: Julie Le Goïc, "Méthodologie," in Plongée avec Pline l'Ancien, 30/01/2016, ISSN 2494-3266, https://hstpline.hypotheses.org/38.

Problématique

La zoologie pré-moderne est aujourd’hui un champ de recherche qui se renouvelle, permettant de croiser les domaines de chercheurs en philologie, en paléographie, en web sémantique, en archéologie, en archéozoologie… La récente mise en place de projets transdisciplinaires et internationaux comme le GDRI Zoomathia ou Ichtya (établissement d’un corpus numérique de traités ichtyologiques latins) montre la fertilité de ce sujet. L’indexation et l’identification des espèces de la faune aquatique décrites par les auteurs antiques, d’Aristote (IVème siècle avant JC) à Elien (IIIème siècle) peuvent aujourd’hui se nourrir de larges progrès en matière de recherche en biologie marine et en éthologie. Ainsi le projet Zoomathia veut permettre un accès à un Thesaurus des ichtyonymes, mais celui-ci, en ligne depuis le 26 février 2016, est encore en cours d’élaboration.

La description des espèces aquatiques connues dans le monde antique est le sujet qui occupe le livre IX (et une partie du livre XXXII, sous forme d’un récapitulatif ) de l’Histoire Naturelle de Pline l’Ancien. Publié au Ier siècle de notre ère, l’oeuvre nous a été transmise et des naturalistes de renom, comme Georges Cuvier, ont participé aux traductions et aux identifications qui sont encore essentiellement utilisées aujourd’hui. En 1944 et 1946, deux chercheurs Etienne de Saint-Denis et Henri-Jules Cotte ont actualisé les connaissances des espèces marines décrites, toujours grâce aux travaux de Cuvier mais aussi aux textes grecs et latins de référence. Ces travaux n’ont pas été repris depuis le changement de paradigme de la classification du vivant avec la classification phylogénétique. Le texte de Pline, pose un certain nombre de difficultés :

  • une classification des animaux peu compatible avec la classification moderne ou phylogénétique qui accentue les malentendus sur les espèces décrites (qu’est-ce qu’un poisson dans la zoologie antique ?);
  • une traduction latine de termes grecs empruntés à Aristote dont il faut s’assurer de la validité des textes parvenus jusqu’à Pline;
  • un langage scientifique antique qui, pour mieux décrire, utilise des comparaisons très prosaïques avec des artefacts, des outils qui ne nous sont pas parvenus ou n’ont pas été encore identifiés comme tels;
  • une description des animaux fondée à la fois sur la morphologie (question de la perception des couleurs par le monde antique, des comparaisons avec certains artefacts…); sur la physiologie (présence ou non de certains organes, fonctions de ceux-ci.

    Ceci pose une double difficulté, liée à la transmission de certaines observations et d’un certain vocabulaire d’Aristote à Pline, ainsi qu’ à l’état de la connaissance sur le fonctionnement du vivant dans le monde antique); sur l’éthologie (qui, pour les auteurs antiques s’articule autour des conduites pratiques (praxeis), du caractère (ethè), et du mode de vie (bios)) qu’il est aujourd’hui nécessaire de revoir à l’aune des recherches récentes sur le sujet, sur l’utilisation de la ressource (qualité de la chair, utilisation des différentes parties, description des pratiques).

 

Enfin, l’un des points de blocage est épistémologique : les commentateurs de Pline, confrontés à la difficulté d’identifier certaines espèces présument qu’il ne connaît pas bien son sujet et choisissent systématiquement de ne pas le prendre “au mot”. L’état de la connaissance zoologique à l’époque de Pline comme à celle de ses commentateurs sont des points de réflexion incontournables pour retravailler l’identification des espèces aquatiques du monde antique.

Pour ce projet de recherche de Master2 d’Histoire des Sciences et Techniques, humanités numériques et médiations culturelles, je vais proposer une méthodologie permettant de lever certains points de blocages du texte plinien afin de mieux identifier et classer la faune aquatique décrite par Pline. L’hypothèse que je pose est celle de la maîtrise de son sujet par Pline, qui par ce livre IX cherche bien à permettre à son public contemporain de connaître et reconnaître les espèces décrites. Au delà du compilateur maladroit décrit par ses commentateurs, je vais m’attacher à montrer que Pline est un médiateur entre le savoir ichtyologique antique et ses lecteurs. Nous ferons tout d’abord un point sur la définition du corpus et l’état de la recherche sur le livre IX de Pline ; puis nous nous pencherons sur la méthodologie proposée pour cette recherche. Nous verrons ensuite quelques résultats, sorte de « carottage » dans l’ampleur du texte plinien, à travers deux exemples d’animaux aquatiques identifiés qui nous permettrons notamment de comprendre la méthode de travail de Pline, et son utilisation des sources. Ensuite je proposerai pour deux animaux aquatiques non ou mal identifiés de nouvelles hypothèses d’identifications, et nous montrerons à travers deux autres exemples que certaines espèces restent des mystères pour le commentateur moderne. Enfin, nous allons nous attarder sur les outils numériques qui ont servi à cette recherche, et notamment comment ceux-ci vont nous permettre de proposer une « Plongée avec Pline » , numérique cette fois, qui utilisera le format XML et le logiciel Oxygen XML Editor pour une expérimentation autour des notices et des balises d’indexation permettant de partager facilement le travail, à la fois auprès des chercheurs et des publics envisagés.

Cite this article as: Julie Le Goïc, "Problématique," in Plongée avec Pline l'Ancien, 30/01/2016, ISSN 2494-3266, https://hstpline.hypotheses.org/36.

Lecture de la thèse de Henri-Jules Cotte : “Poissons et animaux aquatiques au temps de Pline”

 

Cet ouvrage de référence est cité à de très nombreuses reprises par E. de Saint-Denis dans ses notes de l’ Histoire Naturelle de Pline aux éditions des Belles Lettres (première édition en 1955). Il s’agit d’une thèse, soutenue le 28 janvier 1944 par Henri-Jules Cotte “devant la faculté des Lettres d’Aix” et qui porte sur le sujet qui nous occupe bien ici, à savoir “les poissons et animaux aquatiques au temps de Pline”. Publiée en 1944 également par “Louis Jean à Gap”, l’ouvrage broché a encore la plupart de ses pages intactes lorsque je l’emprunte à  la bibliothèque universitaire de Brest. Je décide de ne pas le considérer comme un artefact intact à préserver mais bien comme une source, un livre essentiel à ma recherche. Je coupe les pages…

***

Une démarche complexe et innovante

Dans son introduction, Henri-Jules Cotte nous présente sa démarche qui est, nous dit-il,  “avant tout, de mettre des noms modernes sous les anciens”. Il passe rapidement sur des exemples de traductions “faciles” : solea/sole et muraena/murène. On notera qu’il ne précise pas que l’étymologie, la traduction et l’identification des espèces sont des disciplines et des sciences bien différentes, comme nous le verrons tout au long de notre travail de recherche.

H-J. Cotte s’attarde ensuite sur les difficultés liées à l’établissement du texte. Il rappelle que les oeuvres de Pline nous parviennent grâce au travail des copistes, dont il déplore cependant les erreurs “inconcevables” parfois, extrapole- t- il, dues à “des auditions défectueuses au cours de dictées”. C’est passer un peu vite sur les nombreux aléas de la vie des manuscrits, et l’appareil para-critique de notre édition de l’ Histoire Naturelle des Belles Lettres montre bien que ceux-ci sont nombreux, parfois lacunaires, toujours sujets à controverse. On peut cependant tout à fait rejoindre H-J. Cotte sur ce sujet : identifier des espèces quand le texte est douteux (dans le sens “ qui n’est pas établi, où subsiste un doute” ), c’est faire le choix de poser des hypothèses sur des fondations forcément fragiles. Il expliquera un peu plus loin dans son introduction avoir fait le choix de s’appuyer sur l’édition Mayhoff de 1906 pour le texte latin et sur celle de Littré  de 1850 pour les traductions françaises.

Pline l’Ancien a fait l’objet de commentaires de naturalistes renommés : H-J. Cotte cite ici notamment “notre illustre Cuvier”, que l’on retrouve en effet en commentateur précis et rigoureux de la traduction d’ Ajasson de Grandsagne (édité chez Panckoucke entre 1829 et 1833) et également repris par Emile Littré en 1877 chez le même éditeur. Ces commentaires, l’auteur doit les confronter, et faire des choix, tout en tenant compte de l’évolution du classement des espèces : car si les “noms d’espèces varient peu […] pour les noms de genres il en va autrement, c’est un sport qui ne manque pas d’amateurs” (H-J. Cotte, Poissons et animaux aquatiques au temps de Pline, 1944, p7). Cette dernière mention peut surprendre, le classement des genres des espèces s’apparentant ainsi pour notre chercheur plus à un jeu qu’à une science à part entière.

Les enjeux philologiques, paléographiques et naturalistes exposés, Cotte nous ramène au texte de Pline et au choix que celui-ci fait d’utiliser dans ce livre IX des noms grecs latinisés plutôt que le nom vernaculaire des espèces décrites. Ce choix d’utiliser le grec considéré comme “langue internationale”, Cotte l’associe à l’ “orgueilleuse prétention” de Pline de produire une oeuvre qui prétend englober toute la terre. Les contextes historiques et littéraires de l’écriture de l’ Histoire Naturelle ne sont pas ici abordés. Si Cotte regrette l’absence des noms romains des espèces décrites, il signale que le livre XXXII fournit une synthèse, un inventaire des espèces citées et en propose parfois d’autres appellations. Ce livre sera donc considéré comme une annexe du livre IX. Plus loin, le chercheur explique que lui-même a fait le choix de s’intéresser autant que possible aux noms vernaculaires contemporains des espèces décrites malgré les difficultés liées aux usages populaires  qui ne distinguent pas les espèces dans une volonté naturaliste mais plus utilitariste. On pourra se pencher pour ce sujet complexe sur le travail de J-C. Quero (Noms vernaculaires des espèces marines en usage à Arcachon, en Gironde et dans les Landes de 1727 à nos jours, in Les Annales de la Société des Sciences Naturelle, 1996) et de Philippe DESCOLA (La nature domestique: symbolisme et praxis dans l’écologie des Achuar, éditions de la Maison de la Science des Hommes Paris, 1986).

La démarche de Cotte ne se limite pas à une description, une identification et un classement des espèces. Il fait le choix de compléter ses recherches par des données philologiques (notamment sur le patois provençal), religieuses, mythologiques, rituelles, totémiques… Les recherches pluridisciplinaires sont, nous dit l’auteur,  “ tout à fait à l’ordre du jour, mais n’auraient pas été parfaitement comprises il y a quelques décades d’années” (ibid., p8) . Nous avons là un aperçu épistémologique tout à fait intéressant de l’histoire des sciences “en train de se faire” et de la difficulté de penser les sciences en dehors des silos disciplinaires, même si on reste dans une vision très personnelle de la recherche : la transdisciplinarité se pense ici dans un seul chercheur et non pas à l’échelle d’un laboratoire.

 

Des contraintes difficiles à faire coexister

La classification opérée dans la thèse de Cotte répond à une double contrainte : celle liée à la classification choisie par Pline et celle de la classification linnéenne. C’est ce qui explique que des animaux ne répondant plus à la définition de la faune aquatique puissent figurer dans l’ouvrage mais, nous dit l’auteur : “je suis obligé d’adapter mon travail à ces conceptions désuètes”. La classification linnéenne étant elle-même aujourd’hui obsolète, nous verrons que je serais moi aussi contrainte d’adapter mon travail de recherche aux “conceptions désuètes” de M. Cotte. Le chercheur, qui tout au long de son ouvrage va faire preuve d’une réelle volonté de vulgarisation de son sujet, prend quelques lignes pour rappeler le principe de la classification linnéenne :

 

“Aux personnes qui n’ont pas l’habitude de la terminologie scientifique, qui est stricte dans son application, je ferai remarquer qu’un nom d’espèce commence toujours par une minuscule; mais un nom d’espèce ne doit jamais être employé seul; il doit nécessairement être précédé par un nom de genre, qui, lui, débute toujours par une majuscule. Les genres sont groupés en familles, les familles en ordres, les ordres en classes, les classes en embranchements, les embranchements en règne : le règne animal”.

Enfin, H-J. Cotte nous alerte sur une facilité qu’il convient d’éviter en abusant de la proximité orthographique entre le mot latin et le mot scientifique moderne, nuançant ainsi la facilité avec laquelle lui-même traduisait solea en sole en début d’ouvrage.

“Les systématiciens, trop souvent, en ont usé avec l’ancienne littérature comme l’ont fait les bâtisseurs de monuments quand ils ont dépouillé les temples anciens de leurs colonnes ou en ont pris les pierres, transformant en ruines ces précieux vestiges”.

(H-J. Cotte, Poissons et animaux aquatiques au temps de Pline, édition Louis Jean, Gap, 1944, p11).

Les questions de destruction/reconstruction du patrimoine matériel et immatériel nous occupent également comme toile de fond de notre master2 d’Histoire des Sciences et Techniques, et il me paraît légitime de considérer que l’oeuvre de Pline est un artefact sans cesse altéré par nos interventions (copies, éditions, traductions…)  et qu’il est nécessaire d’y revenir au plus près pour mieux comprendre de quoi l’auteur romain nous parlait il y a près de 2000 ans.

La thèse de H-J. Cotte suit ensuite un modèle de construction basé sur un système de fiches classées dans un plan linnéen et linéaire qui vous est présenté plus bas.

Un chercheur très critique avec le sujet de sa thèse…

Enfin, sa thèse achevé, H-J. Cotte dans sa conclusion propose une vision très critique de l’oeuvre gigantesque entreprise par Pline dont il nous dit qu’il “n’a jamais été un naturaliste”. Il aurait, nous dit le chercheur, “trop présumé de ses forces”. Cotte poursuit sur “le manque d’expérience personnelle”, “une extrême crédulité” et parle d’un “succès injustifié” de son oeuvre. Enfin, il va jusqu’à mettre en doute les capacités littéraires de Pline décriant “la manière plinienne de composer et donc d’écrire (…) inférieure à celle que l’on accepterait avec difficulté dans le plus faible de nos collègues”. (H-J. Cotte, Poissons et animaux aquatiques au temps de Pline, édition Louis Jean, Gap, 1944, p 254). Si les travaux de Cotte sont d’une richesse impressionnante, sa sévère critique de Pline est étonnamment anachronique et dépourvue de méthodologie historique.

 

Plan / Classement:

Classe des mammifères

ordre des cétacés

ordre des mammifères pinnipèdes

ordre des mammifères carnivores

ordre des mammifères rongeurs

ordre des mammifères ongulés

ordre des mammifères hominiens, etc.

ordre des reptiles crocodiliens (?)

ordre des reptiles ophidiens (?)

ordre des reptiles cheloniens (?)

Classe des batraciens

Classe des poissons

ordre des poissons cyclostomes

ordre des poissons acanthoptérygiens

ordre des anacanthiniens

ordre des poissons malacopterygiens

ordre des poissons apodes

ordre des poissons plectognathes

ordre des poissons lophobranches

ordre des poissons sélaciens

ordre des poissons ganoides

Classe des Tuniciers

ordre des mollusques cephalopodes octopodes

ordre des mollusques cephalopodes décapodes

Classe des mollusques gastéropodes

Classe des mollusques lamellibranches

Classe des insectes

Classe des crustacés

ordre des crustacés cirripèdes

ordre des vers annelés achètes

ordre des vers annelés chétopodes

Classe des équinidés

Classe des échinodermes holothurides

Classe des échinodermes stellerides

ordre des coelentérés acalèphes

ordre des coelentérés alcyonaires

embranchement des spongiaires

Cite this article as: Julie Le Goïc, "Lecture de la thèse de Henri-Jules Cotte : “Poissons et animaux aquatiques au temps de Pline”," in Plongée avec Pline l'Ancien, 20/11/2015, ISSN 2494-3266, https://hstpline.hypotheses.org/26.

Gaius Plinus Secundus

Je vais passer plusieurs mois en compagnie de Pline l’Ancien, à dialoguer avec le livre IX de son Histoire Naturelle, afin de mieux connaître et reconnaître cette faune aquatique qu’il veut nous décrire. Il me paraît donc nécessaire de vous en dire quelques mots, même si Wikipédia fait ça très bien (en utilisant d’ailleurs pratiquement mot pour mot – mais sans le citer – le texte d’Emile Littré, l’un des traducteurs importants de notre auteur). Je citerai également la biographie rédigée par Pierre Grimal pour l’Encyclopédie Universalis, qui est une source complète et des plus fiables.

 


Gaius Plinus Secundus, dit Pline l’Ancien, est un citoyen romain, de l’ordre équestre, né sans doute à Côme en 23 pendant le règne de Tibère (Julio-Claudien), et mort à Stabies en 79 pendant celui de Vespasien (Flavien).

Militaire, selon la coutume, il est jeune commandant d’un corps de cavalerie en Germanie lorsqu’il écrit un De jaculatione equestri, un traité sur l’usage du javelot en 48De retour à Rome, il continue son oeuvre d’écriture avec notamment l’Histoire des guerres germaniques, citée par Tacite. On sait qu’il a interrompu sa carrière lors des dernières années de règne de Néron, dont il appréciait peu la façon de gouverner.

En 69, à l’arrivée au pouvoir de Vespasien, dont il était proche,  il reprend sa carrière administrative, qui le mène procurateur des finances impériales en Gaule narbonnaise, puis en Afrique, et enfin en Espagne citérieure, avant d’être nommé commandant de la flotte de Misène après 73, l’une des plus haute fonction de son ordre.

L’Empire romain à la mort de Claude (54 AD)

Il meurt en 79, lors de la fameuse éruption du Vésuve, alors qu’il portait secours aux victimes avec sa flotte. Le récit de sa mort nous est parvenu notamment dans une lettre écrite 27 ans plus tard par Pline le Jeune, son neveu, à Tacite. L’ historien, dont l’une des sources était justement l’Histoire des guerres germaniques, souhaitait en effet pourvoir “redire cette catastrophe avec plus de vérité à la postérité” . (Pline Le Jeune, « Lettre à Tacite », Lettres, VI, traduite par Émile Littré).

A sa mort, Pline avait presque achevé son Histoire Naturelle, immense bilan du savoir de son époque, composé de 37 livres, et dédié en 77 à l’empereur Titus.

 

On le voit à cette courte biographie, de l’Italie à l’Espagne, de la Germanie à l’Afrique, Pline a “vu du pays”. Il ne semble pas être seulement le naïf homme de science mort de curiosité en allant se brûler au Vésuve qu’on veut bien nous décrire parfois. Homme de lettres et d’action, indubitablement curieux mais également aguerri, il a su naviguer aussi bien dans les eaux parfois dangereuses de l’administration romaine que sur la Méditerranée capricieuse. Il aura connu 5 empereurs, traversé de nombreuses provinces de l’Empire, connu les combats, vu une éruption volcanique… Cette prise directe de l’homme avec le monde qui l’entoure est importante à comprendre pour mieux saisir l’auteur de l’Histoire Naturelle.