Avancées et mystères persistants : la Rota

Pline décrit cet animal, toujours inconnu et souvent identifié comme une méduse (notamment par Cuvier cité dans l’édition anglaise de John Bostock en 1855), en 9,8. On va le voir, les mentions d’un ≪ moyeux ≫, des ≪ yeux ≫ et surtout sa classification comme un ≪ maximum animal ≫, peuvent nous rendre sceptiques quant à cette proposition.

Apparent et rotae appellatae a similitudine,

quaternis distinctae radiis, modiolos earum

oculis duobus utrimque claudentibus ≫

≪ On voit aussi paraître des roues, ainsi appelées

par ressemblance : elles se divisent en quatre

rayons ; leurs moyeux sont encastrés entre leurs

deux yeux ≫.

 

Nous savons que cet animal se trouve ≪ in Gaditano oceano ≫ (l’océan Atlantique qui fait face à Cadix) comme le suggère la structure du texte plinien : la rota suit en effet la mention de larbor dans cet océan. De grande taille, elle ressemble a une ≪ roue ≫, ou du moins à un levier de type cabestan. La rota est en effet  également un outil de médecine vétérinaire romaine, chargé de redresser les épaules luxées des chevaux et utilisé pour aider les juments à vêler, comme le signale Marie-Thérèse Cam dans son intervention « Nom de maladie ou terme d’anatomie ? Un problème d’identification, d’interprétation et de traduction dans le traité de médecine vétérinaire de Végèce (IVe-Ve siècle) » (in Contribution au lexique anatomique du cheval , colloque international Interprétation(s) le 16 février 2008 à l’Université de Brest, UBO). Les rayons ne sont ainsi pas nécessairement déployés en rond et à plat : on peut d’ailleurs rappeler que la corona radiata des monnaies romaines présente justement des rayons dressés de part et d’autre d’un axe.

Deux hypothèses

Une hypothèse sérieuse est celle de la baudroie, ou Lophius piscatorius . En effet, ce poisson téléostéen, très aplati, presque rond, présente un axe le long de la colonne vertébrale sur lequel se dressent plusieurs radii, et de part et d’autre duquel viennent se placer les yeux de l’animal. La baudroie peut dépasser les 20 ans de vie et atteindre alors la taille impressionnante de 2 mètres, ce qui permettrait bien de la ranger dans les animaux de taille remarquable décrits ici Pline en 9,8.

la baudroie et ses radii.

la baudroie et ses radii.

Cependant, cette espèce a jusqu’ à présent été identifiée comme la rana , la grenouille marine, de Pline, dont il décrit en 9, 143 la technique de chasse à l’aide de ses ≪ sub oculis cornicula ≫, « ses petites cornes sous les yeux ». La baudroie n’a cependant qu’un seul appendice qui lui sert d’appât, et au-dessus des yeux, justement le premier radius (voir image ci-dessus).

 

Si cette hypothèse de la baudroie semble bien à explorer plus loin, on ne peut ignorer qu’ un autre animal aquatique formidable pourrait être notre rota : la mole, ou Mola mola.

Dessin de la môle, profil.

Dessin de la môle, profil.

Ce poisson osseux géant peut atteindre les 3 mètres et peser 1 tonne. Il est doté d’un corps rond, de deux nageoires dorsales et anales, et de deux petites nageoires pectorales et ses yeux sont répartis sur chacune de ses faces. On pourrait la décrire comme une sorte de pièce de monnaie aquatique. Il est courant en Méditerranée et dans l’Océan Atlantique, mais ne semble pas décrit ailleurs dans le livre 9.

la môle, un géant.

la môle, un géant.

 

Ainsi, bien que doutant de la proposition d’identification de la rota avec une méduse, nous n’avons pas encore suffisamment d’éléments pour déterminer avec certitude si notre rota est une baudroie ou une môle, et ces deux hypothèses sont encore à explorer. Le texte plinien seul ne peut nous aider à  trancher et il faudra certainement s’intéresser à Elien ( XIII, 20) dont le « trochus » a souvent été assimilé à la rota de Pline, mais l’avancée d’autres travaux, notamment sur la rota vétérinaire pourrait également nous éclairer.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *