Gaius Plinus Secundus

Je vais passer plusieurs mois en compagnie de Pline l’Ancien, à dialoguer avec le livre IX de son Histoire Naturelle, afin de mieux connaître et reconnaître cette faune aquatique qu’il veut nous décrire. Il me paraît donc nécessaire de vous en dire quelques mots, même si Wikipédia fait ça très bien (en utilisant d’ailleurs pratiquement mot pour mot – mais sans le citer – le texte d’Emile Littré, l’un des traducteurs importants de notre auteur). Je citerai également la biographie rédigée par Pierre Grimal pour l’Encyclopédie Universalis, qui est une source complète et des plus fiables.

 


Gaius Plinus Secundus, dit Pline l’Ancien, est un citoyen romain, de l’ordre équestre, né sans doute à Côme en 23 pendant le règne de Tibère (Julio-Claudien), et mort à Stabies en 79 pendant celui de Vespasien (Flavien).

Militaire, selon la coutume, il est jeune commandant d’un corps de cavalerie en Germanie lorsqu’il écrit un De jaculatione equestri, un traité sur l’usage du javelot en 48De retour à Rome, il continue son oeuvre d’écriture avec notamment l’Histoire des guerres germaniques, citée par Tacite. On sait qu’il a interrompu sa carrière lors des dernières années de règne de Néron, dont il appréciait peu la façon de gouverner.

En 69, à l’arrivée au pouvoir de Vespasien, dont il était proche,  il reprend sa carrière administrative, qui le mène procurateur des finances impériales en Gaule narbonnaise, puis en Afrique, et enfin en Espagne citérieure, avant d’être nommé commandant de la flotte de Misène après 73, l’une des plus haute fonction de son ordre.

L’Empire romain à la mort de Claude (54 AD)

Il meurt en 79, lors de la fameuse éruption du Vésuve, alors qu’il portait secours aux victimes avec sa flotte. Le récit de sa mort nous est parvenu notamment dans une lettre écrite 27 ans plus tard par Pline le Jeune, son neveu, à Tacite. L’ historien, dont l’une des sources était justement l’Histoire des guerres germaniques, souhaitait en effet pourvoir “redire cette catastrophe avec plus de vérité à la postérité” . (Pline Le Jeune, « Lettre à Tacite », Lettres, VI, traduite par Émile Littré).

A sa mort, Pline avait presque achevé son Histoire Naturelle, immense bilan du savoir de son époque, composé de 37 livres, et dédié en 77 à l’empereur Titus.

 

On le voit à cette courte biographie, de l’Italie à l’Espagne, de la Germanie à l’Afrique, Pline a “vu du pays”. Il ne semble pas être seulement le naïf homme de science mort de curiosité en allant se brûler au Vésuve qu’on veut bien nous décrire parfois. Homme de lettres et d’action, indubitablement curieux mais également aguerri, il a su naviguer aussi bien dans les eaux parfois dangereuses de l’administration romaine que sur la Méditerranée capricieuse. Il aura connu 5 empereurs, traversé de nombreuses provinces de l’Empire, connu les combats, vu une éruption volcanique… Cette prise directe de l’homme avec le monde qui l’entoure est importante à comprendre pour mieux saisir l’auteur de l’Histoire Naturelle. 

 


Julie Le Goïc

Professeur PLP Lettres-Histoire, lycée professionnel Vauban, Brest. Doctorante de l’École Doctorale Arts, Lettres et Langues (Rennes2 / UBO / UBL), Brest.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *