Lecture de la thèse de Henri-Jules Cotte : “Poissons et animaux aquatiques au temps de Pline”

 

Cet ouvrage de référence est cité à de très nombreuses reprises par E. de Saint-Denis dans ses notes de l’ Histoire Naturelle de Pline aux éditions des Belles Lettres (première édition en 1955). Il s’agit d’une thèse, soutenue le 28 janvier 1944 par Henri-Jules Cotte “devant la faculté des Lettres d’Aix” et qui porte sur le sujet qui nous occupe bien ici, à savoir “les poissons et animaux aquatiques au temps de Pline”. Publiée en 1944 également par “Louis Jean à Gap”, l’ouvrage broché a encore la plupart de ses pages intactes lorsque je l’emprunte à  la bibliothèque universitaire de Brest. Je décide de ne pas le considérer comme un artefact intact à préserver mais bien comme une source, un livre essentiel à ma recherche. Je coupe les pages…

***

Une démarche complexe et innovante

Dans son introduction, Henri-Jules Cotte nous présente sa démarche qui est, nous dit-il,  “avant tout, de mettre des noms modernes sous les anciens”. Il passe rapidement sur des exemples de traductions “faciles” : solea/sole et muraena/murène. On notera qu’il ne précise pas que l’étymologie, la traduction et l’identification des espèces sont des disciplines et des sciences bien différentes, comme nous le verrons tout au long de notre travail de recherche.

H-J. Cotte s’attarde ensuite sur les difficultés liées à l’établissement du texte. Il rappelle que les oeuvres de Pline nous parviennent grâce au travail des copistes, dont il déplore cependant les erreurs “inconcevables” parfois, extrapole- t- il, dues à “des auditions défectueuses au cours de dictées”. C’est passer un peu vite sur les nombreux aléas de la vie des manuscrits, et l’appareil para-critique de notre édition de l’ Histoire Naturelle des Belles Lettres montre bien que ceux-ci sont nombreux, parfois lacunaires, toujours sujets à controverse. On peut cependant tout à fait rejoindre H-J. Cotte sur ce sujet : identifier des espèces quand le texte est douteux (dans le sens “ qui n’est pas établi, où subsiste un doute” ), c’est faire le choix de poser des hypothèses sur des fondations forcément fragiles. Il expliquera un peu plus loin dans son introduction avoir fait le choix de s’appuyer sur l’édition Mayhoff de 1906 pour le texte latin et sur celle de Littré  de 1850 pour les traductions françaises.

Pline l’Ancien a fait l’objet de commentaires de naturalistes renommés : H-J. Cotte cite ici notamment “notre illustre Cuvier”, que l’on retrouve en effet en commentateur précis et rigoureux de la traduction d’ Ajasson de Grandsagne (édité chez Panckoucke entre 1829 et 1833) et également repris par Emile Littré en 1877 chez le même éditeur. Ces commentaires, l’auteur doit les confronter, et faire des choix, tout en tenant compte de l’évolution du classement des espèces : car si les “noms d’espèces varient peu […] pour les noms de genres il en va autrement, c’est un sport qui ne manque pas d’amateurs” (H-J. Cotte, Poissons et animaux aquatiques au temps de Pline, 1944, p7). Cette dernière mention peut surprendre, le classement des genres des espèces s’apparentant ainsi pour notre chercheur plus à un jeu qu’à une science à part entière.

Les enjeux philologiques, paléographiques et naturalistes exposés, Cotte nous ramène au texte de Pline et au choix que celui-ci fait d’utiliser dans ce livre IX des noms grecs latinisés plutôt que le nom vernaculaire des espèces décrites. Ce choix d’utiliser le grec considéré comme “langue internationale”, Cotte l’associe à l’ “orgueilleuse prétention” de Pline de produire une oeuvre qui prétend englober toute la terre. Les contextes historiques et littéraires de l’écriture de l’ Histoire Naturelle ne sont pas ici abordés. Si Cotte regrette l’absence des noms romains des espèces décrites, il signale que le livre XXXII fournit une synthèse, un inventaire des espèces citées et en propose parfois d’autres appellations. Ce livre sera donc considéré comme une annexe du livre IX. Plus loin, le chercheur explique que lui-même a fait le choix de s’intéresser autant que possible aux noms vernaculaires contemporains des espèces décrites malgré les difficultés liées aux usages populaires  qui ne distinguent pas les espèces dans une volonté naturaliste mais plus utilitariste. On pourra se pencher pour ce sujet complexe sur le travail de J-C. Quero (Noms vernaculaires des espèces marines en usage à Arcachon, en Gironde et dans les Landes de 1727 à nos jours, in Les Annales de la Société des Sciences Naturelle, 1996) et de Philippe DESCOLA (La nature domestique: symbolisme et praxis dans l’écologie des Achuar, éditions de la Maison de la Science des Hommes Paris, 1986).

La démarche de Cotte ne se limite pas à une description, une identification et un classement des espèces. Il fait le choix de compléter ses recherches par des données philologiques (notamment sur le patois provençal), religieuses, mythologiques, rituelles, totémiques… Les recherches pluridisciplinaires sont, nous dit l’auteur,  “ tout à fait à l’ordre du jour, mais n’auraient pas été parfaitement comprises il y a quelques décades d’années” (ibid., p8) . Nous avons là un aperçu épistémologique tout à fait intéressant de l’histoire des sciences “en train de se faire” et de la difficulté de penser les sciences en dehors des silos disciplinaires, même si on reste dans une vision très personnelle de la recherche : la transdisciplinarité se pense ici dans un seul chercheur et non pas à l’échelle d’un laboratoire.

 

Des contraintes difficiles à faire coexister

La classification opérée dans la thèse de Cotte répond à une double contrainte : celle liée à la classification choisie par Pline et celle de la classification linnéenne. C’est ce qui explique que des animaux ne répondant plus à la définition de la faune aquatique puissent figurer dans l’ouvrage mais, nous dit l’auteur : “je suis obligé d’adapter mon travail à ces conceptions désuètes”. La classification linnéenne étant elle-même aujourd’hui obsolète, nous verrons que je serais moi aussi contrainte d’adapter mon travail de recherche aux “conceptions désuètes” de M. Cotte. Le chercheur, qui tout au long de son ouvrage va faire preuve d’une réelle volonté de vulgarisation de son sujet, prend quelques lignes pour rappeler le principe de la classification linnéenne :

 

“Aux personnes qui n’ont pas l’habitude de la terminologie scientifique, qui est stricte dans son application, je ferai remarquer qu’un nom d’espèce commence toujours par une minuscule; mais un nom d’espèce ne doit jamais être employé seul; il doit nécessairement être précédé par un nom de genre, qui, lui, débute toujours par une majuscule. Les genres sont groupés en familles, les familles en ordres, les ordres en classes, les classes en embranchements, les embranchements en règne : le règne animal”.

Enfin, H-J. Cotte nous alerte sur une facilité qu’il convient d’éviter en abusant de la proximité orthographique entre le mot latin et le mot scientifique moderne, nuançant ainsi la facilité avec laquelle lui-même traduisait solea en sole en début d’ouvrage.

“Les systématiciens, trop souvent, en ont usé avec l’ancienne littérature comme l’ont fait les bâtisseurs de monuments quand ils ont dépouillé les temples anciens de leurs colonnes ou en ont pris les pierres, transformant en ruines ces précieux vestiges”.

(H-J. Cotte, Poissons et animaux aquatiques au temps de Pline, édition Louis Jean, Gap, 1944, p11).

Les questions de destruction/reconstruction du patrimoine matériel et immatériel nous occupent également comme toile de fond de notre master2 d’Histoire des Sciences et Techniques, et il me paraît légitime de considérer que l’oeuvre de Pline est un artefact sans cesse altéré par nos interventions (copies, éditions, traductions…)  et qu’il est nécessaire d’y revenir au plus près pour mieux comprendre de quoi l’auteur romain nous parlait il y a près de 2000 ans.

La thèse de H-J. Cotte suit ensuite un modèle de construction basé sur un système de fiches classées dans un plan linnéen et linéaire qui vous est présenté plus bas.

Un chercheur très critique avec le sujet de sa thèse…

Enfin, sa thèse achevé, H-J. Cotte dans sa conclusion propose une vision très critique de l’oeuvre gigantesque entreprise par Pline dont il nous dit qu’il “n’a jamais été un naturaliste”. Il aurait, nous dit le chercheur, “trop présumé de ses forces”. Cotte poursuit sur “le manque d’expérience personnelle”, “une extrême crédulité” et parle d’un “succès injustifié” de son oeuvre. Enfin, il va jusqu’à mettre en doute les capacités littéraires de Pline décriant “la manière plinienne de composer et donc d’écrire (…) inférieure à celle que l’on accepterait avec difficulté dans le plus faible de nos collègues”. (H-J. Cotte, Poissons et animaux aquatiques au temps de Pline, édition Louis Jean, Gap, 1944, p 254). Si les travaux de Cotte sont d’une richesse impressionnante, sa sévère critique de Pline est étonnamment anachronique et dépourvue de méthodologie historique.

 

Plan / Classement:

Classe des mammifères

ordre des cétacés

ordre des mammifères pinnipèdes

ordre des mammifères carnivores

ordre des mammifères rongeurs

ordre des mammifères ongulés

ordre des mammifères hominiens, etc.

ordre des reptiles crocodiliens (?)

ordre des reptiles ophidiens (?)

ordre des reptiles cheloniens (?)

Classe des batraciens

Classe des poissons

ordre des poissons cyclostomes

ordre des poissons acanthoptérygiens

ordre des anacanthiniens

ordre des poissons malacopterygiens

ordre des poissons apodes

ordre des poissons plectognathes

ordre des poissons lophobranches

ordre des poissons sélaciens

ordre des poissons ganoides

Classe des Tuniciers

ordre des mollusques cephalopodes octopodes

ordre des mollusques cephalopodes décapodes

Classe des mollusques gastéropodes

Classe des mollusques lamellibranches

Classe des insectes

Classe des crustacés

ordre des crustacés cirripèdes

ordre des vers annelés achètes

ordre des vers annelés chétopodes

Classe des équinidés

Classe des échinodermes holothurides

Classe des échinodermes stellerides

ordre des coelentérés acalèphes

ordre des coelentérés alcyonaires

embranchement des spongiaires

Cite this article as: Julie Le Goïc, "Lecture de la thèse de Henri-Jules Cotte : “Poissons et animaux aquatiques au temps de Pline”," in Plongée avec Pline l'Ancien, 20/11/2015, ISSN 2494-3266, http://hstpline.hypotheses.org/26.

Julie Le Goïc

Professeur PLP Lettres-Histoire, lycée professionnel Vauban, Brest. Doctorante de l’École Doctorale Arts, Lettres et Langues (Rennes2 / UBO / UBL), Brest.

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Sébastien de Valeriola dit :

    Bonjour.

    Par contre, cammarus semble bien attesté chez Apicius et donc considéré comme de la nourriture pour les humains (mais il faudrait voir précisément de qui sont et de quand datent les passages en question, c’est p-ê trop tardif pour être pertinent) : https://la.wikisource.org/wiki/De_re_coquinaria/, liv. II § 1.1 et 1.3 ; liv. IX § 1.1.
    Le terme semble proche de locusta, mais pas complètement confondu avec lui.

    Merci pour votre carnet de recherche !

    Sébastien

    • Julie Le Goïc dit :

      Bonjour,
      merci infiniment pour cette référence !
      Je me sers pour le moment du Thesaurus Linguae Graecae qui n’a qu’un fonds limité de textes latins et ne me donnait cammarus que chez Pline XXXII, Columelle De Rustica LVIII, et Juvenal Saturae, poème V, vers 84. Cette dernière citation était d’ailleurs intéressante puisqu’elle mentionne un repas de peu de valeur :
      « sed tibi dimidio constrictus cammarus ouo
      ponitur exigua feralis cena patella
      « .
      Ce qui est intéressant aussi dans votre référence, c’est qu’il s’agit d’une recette de sauce : les cammari sont décortiquées puis broyées. Cela plaide pour l’identification en crevette plus qu’en écrevisse effectivement.
      Merci encore pour vos remarques !

  2. Fathom dit :

    Cotte est « Un chercheur très critique avec le sujet de sa thèse… »
    mais il parvient aux mêmes conclusions que mes élèves de troisième…
    il avait beau habiter la baie de Naples, il n’a jamais vu de crevettes…
    car il ne les mentionne pas

    • Julie Le Goïc dit :

      Bien vu ! L’absence des crevettes est d’autant plus étonnante qu’Aristote les mentionne. Le passage sur les « crustacés » (Livre IX, XXX-XXXI) est très proche de celui d’Aristote, mais de nombreuses modifications vont dans le sens d’une lecture de celui-ci à travers les résumés de Trogue Pompée… Pline aurait ainsi non pas lu (et mal compris) Aristote dans le texte grec mais une version simplifiée et traduite par Trogue.

      Autre sujet d’étonnement à propos des crevettes : le terme qui les désigne : cammarus, est ambivalent (crevette ou écrevisse), et très peu attesté : l’absence des crevettes semble ainsi une absence généralisée dans les textes latins dont on dispose ! On le retrouve par contre chez Columelle (De Rustica, LVIII) : « Aquatilis autem cibi si sit facultas, datur cammarus et rivalis hallecula vel si qua sunt incrementi parvi fluviorum animalia. et plus loin : « Nam et hallecula modo capta et cammarus exiguusque gobio, quisquis denique est incrementi minuti piscis, maiorem alit« . Cependant dans ces passages, Columelle ne parle des crevettes qu’en tant que nourriture pour les animaux de la ferme et de la pisciculture.

      La crevette semble ainsi soit confondue/assimilée avec l’écrevisse (Pline, livre IX et XXXII), soit n’être mentionnée que comme « menu fretin » destiné à la consommation animale et pas à la consommation humaine (Columelle, De Rustica, LVIII).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *