Problématique

La zoologie pré-moderne est aujourd’hui un champ de recherche qui se renouvelle, permettant de croiser les domaines de chercheurs en philologie, en paléographie, en web sémantique, en archéologie, en archéozoologie… La récente mise en place de projets transdisciplinaires et internationaux comme le GDRI Zoomathia ou Ichtya (établissement d’un corpus numérique de traités ichtyologiques latins) montre la fertilité de ce sujet. L’indexation et l’identification des espèces de la faune aquatique décrites par les auteurs antiques, d’Aristote (IVème siècle avant JC) à Elien (IIIème siècle) peuvent aujourd’hui se nourrir de larges progrès en matière de recherche en biologie marine et en éthologie. Ainsi le projet Zoomathia veut permettre un accès à un Thesaurus des ichtyonymes, mais celui-ci, en ligne depuis le 26 février 2016, est encore en cours d’élaboration.

La description des espèces aquatiques connues dans le monde antique est le sujet qui occupe le livre IX (et une partie du livre XXXII, sous forme d’un récapitulatif ) de l’Histoire Naturelle de Pline l’Ancien. Publié au Ier siècle de notre ère, l’oeuvre nous a été transmise et des naturalistes de renom, comme Georges Cuvier, ont participé aux traductions et aux identifications qui sont encore essentiellement utilisées aujourd’hui. En 1944 et 1946, deux chercheurs Etienne de Saint-Denis et Henri-Jules Cotte ont actualisé les connaissances des espèces marines décrites, toujours grâce aux travaux de Cuvier mais aussi aux textes grecs et latins de référence. Ces travaux n’ont pas été repris depuis le changement de paradigme de la classification du vivant avec la classification phylogénétique. Le texte de Pline, pose un certain nombre de difficultés :

  • une classification des animaux peu compatible avec la classification moderne ou phylogénétique qui accentue les malentendus sur les espèces décrites (qu’est-ce qu’un poisson dans la zoologie antique ?);
  • une traduction latine de termes grecs empruntés à Aristote dont il faut s’assurer de la validité des textes parvenus jusqu’à Pline;
  • un langage scientifique antique qui, pour mieux décrire, utilise des comparaisons très prosaïques avec des artefacts, des outils qui ne nous sont pas parvenus ou n’ont pas été encore identifiés comme tels;
  • une description des animaux fondée à la fois sur la morphologie (question de la perception des couleurs par le monde antique, des comparaisons avec certains artefacts…); sur la physiologie (présence ou non de certains organes, fonctions de ceux-ci.

    Ceci pose une double difficulté, liée à la transmission de certaines observations et d’un certain vocabulaire d’Aristote à Pline, ainsi qu’ à l’état de la connaissance sur le fonctionnement du vivant dans le monde antique); sur l’éthologie (qui, pour les auteurs antiques s’articule autour des conduites pratiques (praxeis), du caractère (ethè), et du mode de vie (bios)) qu’il est aujourd’hui nécessaire de revoir à l’aune des recherches récentes sur le sujet, sur l’utilisation de la ressource (qualité de la chair, utilisation des différentes parties, description des pratiques).

 

Enfin, l’un des points de blocage est épistémologique : les commentateurs de Pline, confrontés à la difficulté d’identifier certaines espèces présument qu’il ne connaît pas bien son sujet et choisissent systématiquement de ne pas le prendre “au mot”. L’état de la connaissance zoologique à l’époque de Pline comme à celle de ses commentateurs sont des points de réflexion incontournables pour retravailler l’identification des espèces aquatiques du monde antique.

Pour ce projet de recherche de Master2 d’Histoire des Sciences et Techniques, humanités numériques et médiations culturelles, je vais proposer une méthodologie permettant de lever certains points de blocages du texte plinien afin de mieux identifier et classer la faune aquatique décrite par Pline. L’hypothèse que je pose est celle de la maîtrise de son sujet par Pline, qui par ce livre IX cherche bien à permettre à son public contemporain de connaître et reconnaître les espèces décrites. Au delà du compilateur maladroit décrit par ses commentateurs, je vais m’attacher à montrer que Pline est un médiateur entre le savoir ichtyologique antique et ses lecteurs. Nous ferons tout d’abord un point sur la définition du corpus et l’état de la recherche sur le livre IX de Pline ; puis nous nous pencherons sur la méthodologie proposée pour cette recherche. Nous verrons ensuite quelques résultats, sorte de « carottage » dans l’ampleur du texte plinien, à travers deux exemples d’animaux aquatiques identifiés qui nous permettrons notamment de comprendre la méthode de travail de Pline, et son utilisation des sources. Ensuite je proposerai pour deux animaux aquatiques non ou mal identifiés de nouvelles hypothèses d’identifications, et nous montrerons à travers deux autres exemples que certaines espèces restent des mystères pour le commentateur moderne. Enfin, nous allons nous attarder sur les outils numériques qui ont servi à cette recherche, et notamment comment ceux-ci vont nous permettre de proposer une « Plongée avec Pline » , numérique cette fois, qui utilisera le format XML et le logiciel Oxygen XML Editor pour une expérimentation autour des notices et des balises d’indexation permettant de partager facilement le travail, à la fois auprès des chercheurs et des publics envisagés.

Cite this article as: Julie Le Goïc, "Problématique," in Plongée avec Pline l'Ancien, 30/01/2016, ISSN 2494-3266, http://hstpline.hypotheses.org/36.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *