Méthodologie

I. le tableau

Pour ce travail de recherche, et afin d’éviter de me perdre dans le texte, il s’agit tout d’abord de recenser chaque espèce citée dans le livre IX de l’Histoire Naturelle, dans le texte établi en 1955 aux éditions des Belles Lettres, par Etienne de Saint-Denis. Les espèces sont donc relevées une à une dans le texte, puis intégrées dans un tableau comportant les entrées suivantes.

Nom latin
Classification plinienne
Chapitre et paragraphe
Traduction E. Saint-Denis (éd. Budé) et commentaires de son « Vocabulaire des animaux marins ».
Gaffiot 1934
Grand Gaffiot
Identification H.J. Cotte (1944)
nom commun
nom scientifique
Classification chez Cotte // Linné
Classification phylogénétique
localisation

 

Le nom latin est choisi comme entrée principale, car il s’agit bien ici de nous centrer sur le mot latin, et ce qu’il désigne et non pas sur une espèce et son nom dans différentes langues (ce qui sera le choix du thesaurus Zoomathia comme nous le verrons plus loin). La classification plinienne n’est pas totalement structurée mais il est intéressant de la relever quand elle existe car elle met en lumière une tentative innovante de penser les espèces animales, là où son prédécesseur Aristote partait plutôt des fonctions et des comportements dont il recherchait les expressions dans différentes espèces terrestres puis marines. Nous relevons dans ce tableaux les occurrences du terme (occurrences relevées dans le texte, confirmées par Saint Denis et par le Thesaurus de la Langue Latine). Il est important pour chaque occurrence d’en retrouver ainsi la citation car c’est bien le contexte de l’utilisation du terme qui va nous aider ensuite à confirmer une identification ou non. Là encore, nous nous différencions du travail d’openthéso qui ne relève pas ces citations pour le moment. L’entrée suivante est la traduction choisie par Saint-Denis, grande référence du vocabulaire des animaux marins en latin classique et traducteur émérite de Pline. Cette traduction est mise en regard de l’édition du Gaffiot de 1934 (qui précède donc son travail) et de celle de l’édition moderne. Il s’agit de voir si les travaux de Cotte et Saint-Denis ont retrouvé un écho dans cet ouvrage essentiel à la connaissance grand public du latin. Nous passons alors à l’identification proposée par Cotte, dans sa thèse de 1944 : cette identification s’appuie à la fois sur les remarques de Cuvier dans son commentaire du livre IX publié en 1848 , sur les autres auteurs latins et sur Aristote. Nous verrons plus loin que Cotte se pique aussi de croiser ces informations avec les langues vernaculaires et idiomes locaux, avec tout ce que cela implique de délicat comme travail scientifique. Cotte ayant structuré sa thèse selon la classification linnéenne nous reprenons ensuite celle-ci, complétée de la classification phylogénétique qui est celle admise aujourd’hui. Enfin, notre tableau localise l’espèce décrite afin de compléter les informations permettant l’identification d’une espèce mais aussi afin de permettre à terme une géolocalisation des espèces citées par Pline sur une carte type Openstreetmap.

Le choix méthodologique fait ici permet de visualiser rapidement les espèces non encore identifiées ou dont les classifications proposées sont incohérentes, grâce au code NI (Non Identifié). A ce stade, on pourrait déjà proposer une visualisation des espèces identifiées et non identifiées. On pourrait également obtenir une cartographie des espèces identifiées.

Ce recensement en forme de fiche a également été pensé pour permettre l’établissement de notices XML destinées à être mises en ligne. Nous verrons que le passage du tableau aux notices nécessitera des adaptations et que les balises du format XML ne reprennent pas toutes les entrées du tableau et en ajoutent certaines. Cela est dû à un usage différent de la notice, mais aussi à l’évolution de la recherche que j’ai menée au cours de l’année : ainsi, l’ouverture au 26 février 2016 du thesaurus du CEPAM/ CNRS1 permet d’approfondir les notices. En effet, le laboratoire du CEPAM propose un corpus d’ichtyonymes à partir des ouvrages d’ichtyologie médiévaux en langue latine. J’ajouterai donc au tableau lorsque cela est possible les éléments extraits du thesaurus (numéro de la notice).

  II.la méthode de travail

Lorsque des incohérences ou des espèces inconnues sont repérées, la méthodologie choisie est la suivante : retour au texte latin, afin de repérer le point de blocage qui a empêché l’identification par les commentateurs (ce point de blocage pouvant aller d’une ambiguïté sémantique sur un terme latin, au choix opéré entre différents manuscrits lors de l’établissement de l’édition du texte latin, en passant par une description plinienne dont nous n’avons pas le référent -comparaison avec un artefact disparu par exemple). Lorsque ce point de blocage est identifié et parfois résolu, il s’agit de reprendre le texte latin, en tenant compte : du choix logique de Pline de citer cette espèce à ce moment-là de son oeuvre (de quoi parle-t-il avant, après ? que veut-il faire voir à son lecteur ?), de la description du comportement de l’espèce décrite – en effet, si la perception sensorielle humaine -odeur, goût, couleurs…) est culturelle, l’ethos d’une espèce est relativement invariant. Lorsque la description comportementale ou physiologique est suffisamment explicite, on peut alors mobiliser les connaissances actuelles en ichtyologie. On pourra également se pencher sur les avancées de l’archéologie sur la question des artefacts qui servent de point de comparaison pour certaines espèces.

Les sources utilisées pour ce travail de recherche sont principalement le Vocabulaire des Animaux marins en latin classique d’Etienne de Saint-Denis publié en 1946, la thèse de 1944 de Henri-Jules Cotte Poissons et animaux aquatiques au temps de Pline (commentaires sur le livre IX de l’Histoire naturelle de Pline),ainsi que les ressources en ligne du DORIS (Données d’Observations pour la Reconnaissance et l’Identification de la faune et la flore Subaquatiques), du WORMS (World Register of Marine Species). J’utilise également le travail de publication (format XML) et d’annotations du Tractatus de piscibus (un traité d’ichtyologie du Moyen-Age dont l’une des sources est justement l’oeuvre de Pline) du projet Ichtya de l’université de Caen/CRAHAM. Le thesaurus et des annotations du projet Zoomathia mis en ligne à la fin du mois de février 2016, et font également partie des sources de ce projet.

1 Voir en ligne le thésaurus : http://134.59.79.250/opentheso/

Cite this article as: Julie Le Goïc, "Méthodologie," in Plongée avec Pline l'Ancien, 30/01/2016, ISSN 2494-3266, http://hstpline.hypotheses.org/38.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. DESNOUES Jean Pierre dit :

    Chère Julie,
    Juste pour vous dire que je suis bluffé par votre travail !… Au moins votre mauvaise blague m’aura t elle fait découvrir une œuvre intéressante !
    Bien à vous
    JPD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *