Les sources de Pline au livre IX

I. les sources citées dans le sommaire : les auctores.

Soucieux d’une utilisation aisée de son œuvre, Pline débute son Histoire Naturelle par un sommaire dans lequel il intègre les auteurs de référence utilisés pour ses recherches. Si on en est pas à la bibliographie détaillée qui prévaut aujourd’hui, on ne peut que se réjouir de cette méthode de notre auteur qui nous permet de remarquer plusieurs faits. D’abord, les auteurs désignés comme « auctores » par Pline diffèrent légèrement des citations effectivement relevées dans le livre IX :

« EX AVCTORIBUS

Turranio Gracile. Trogo. Maecenate. Alfio Flauo. Cornelio Nepote. Labero mimographo. Fabiano. Fenestella. Muciano. Aleio Stilone. Seboso. Melisso. Seneca. Cicerone. Macro Aemilio. Messala Coruino. Trebio Nigro. Nigido. »

A cette liste, nous avons dû rajouter, en suivant De Saint-Denis (p17) et les occurrences rencontrées dans le texte plinien : Aristote, Hegesidemus, Apicius, Verrius, Juba, Varron, et Theophraste. Par contre, il n’est nulle trace de citation de Cicéron ou Messala Coruinus dans le texte du livre IX.

On peut poser quelques hypothèses quant à ces disparités entre les auctores et les auteurs rencontrés dans le texte. Tout d’abord, sur les ajouts à faire, on peut se demander si Pline fait la différence entre une documentation faites spécifiquement pour son oeuvre (et qu’il cite à partir de ses mises en fiches) et les auteurs consultés dans d’autres contextes mais qu’il arrive à mobiliser lorsqu’il écrit ce livre précis. Une autre hypothèse, qui n’est pas incompatible avec la première, nous amène à penser que les auteurs cités en plus de ses auctores sont des auteurs eux-même cités par les ouvrages référencés. C’est une théorie qui pourrait se vérifier avec notamment l’utilisation du De Halieuticis de Trogue : nous verrons plus bas, au moment d’aborder cette source précise, que certains1 penchent pour l’idée que ce livre serait la principale source des citations d’Aristote par Pline. Cela expliquerait pourquoi Trogue est cité dans les auctores alors qu’Aristote, dont on retrouve pourtant dans ce livre IX, beaucoup de passages latinisés, ne l’est pas.

Sur les auteurs qui manquent (cités dans les auctores mais absents du texte) on peut se demander si les passages les mentionnant sont perdus (on note plusieurs passages manquants ou corrompus dans les manuscrits), ou si Pline les a utilisés sans les mentionner : soit parce que les passages sont tellement connus qu’ils ne nécessitent pas de mention, soit parce que Pline les a simplement utilisé comme source de savoir.

Sur la façon de citer les auteurs : l’index « ex auctoribus » qui suit le sommaire du livre IX est un choix de l’éditeur, constitué à partir du livre I. Quant aux auteurs cités dans le texte, il faut en recenser les occurrences pour les mettre en lumière et mieux comprendre la façon dont Pline intègre la participation de ces auteurs à son texte. Plusieurs indicateurs sont ici relevés : le texte latin (quelles expressions ou verbe pour la citation ?), et l’objet de l’appel à un auteur extérieur : description d’un animal inconnu de Pline, anecdote, témoignage… Ces entrées sont recensées dans un tableau afin d’en faciliter l’usage. [voir l’annexe 1].

Ainsi, on remarque que si les auteurs étudiés par Pline sont nombreux, les citations effectives sont assez limitées dans le texte. On relève ainsi seulement 33 passages contenant des citations, pour 19 auteurs utilisés, sur les 186 paragraphes que compte le texte. De la même façon, si Pline mobilise 19 auteurs, on en retrouve 7 utilisés pour le seul dauphin (nous y reviendrons dans le chapitre consacré plus précisément à cet animal).

Nous allons à présent nous pencher plus précisément sur les auteurs du corpus plinien, des auctores aux références citées en cours de texte. Nous avons proposé dans l’annexe 1 une entrée qui permet de classer les auteurs en tant que témoin, source savante ou obscure, ces mentions n’étant pas exclusives.

1. Turranius Gracilis : cet auteur obscur nous est connu par les mentions qu’en fait Pline à plusieurs reprises dans son Histoire Naturelle, et ici particulièrement en 9,11. L’origine du nom est italienne, et les commentateurs plaident pour une assimilation entre le Turranius Gracilis de Pline et le C. Turranius qui fut préfet d’Egypte entre 7 et 4 avant JC2. On peut classer cet auteur dans les témoins mobilisés par Pline , dans la littérature savante puisque c’est en tant qu’expert de sa région natale que Pline l’utilise mais aussi comme source obscure car son identification n’est pas encore certaine.

2. Trogus : auteur de l’époque augustéenne, il a produit des oeuvres aussi bien historiques que scientifiques, puisant ses connaissances dans les savoirs hellénistiques. On sait qu’il a écrit une Histoire des Animaux dont Pline cite des extraits. Pline le mentionne dans ses auctores et au livre (? Instectes)[NDB] il nous dit : « Trogus, et ipse auctor severissimus »3 dans un paragraphe qui suit une critique assez sévère d’Aristote avant de citer un extrait assez long de l’oeuvre de Trogue. Ces éléments ont servi de base à des hypothèses du milieu du XIXème siècle qui voudraient que Pline ait eu essentiellement accès aux savoirs et aux textes d’Aristote à travers la médiation faite par Trogus. Ces hypothèses, fondées sur une analyses précises des textes, et notamment sur les « erreurs » pliniennes sont séduisantes mais restent invérifiables à ce jour. Le De Halieuticis  de Birt4 vise à montrer qu’à chaque emprunt de Pline à Artistote, Trogus est en fait l’artisan du passage. Nous n’avons pas le texte de ce dernier pour permettre de retrouver les éléments utilisés précisément par Pline. Dans son introduction au Livre IX, Saint-Denis pose l’hypothèse d’emprunts aux paragraphes 29, 76, 64, et 68.

3. Caius Cilnius Mæcenas, dit Mécène : personnage public et auteur ayant vécu entre -70 et 8 après J.-C., dont seulement des traces de ses écrits nous sont parvenus, raillés par Sénèque pour son manque de discipline stylistique. Les passages cités par Pline ont notamment disparu.

4. Alfius Flavus : cet auteur obscur dont nous n’avons pas d’autres traces que quelques vers cités par Priscien, et les éloges faites par Sénèque, semblerait être le Alphius Avitus, poète de la cour de Néron et Tibère5. Il est cité dans le livre IX en tant que témoin, garant du sérieux de l’anecdote.

5. Cornelius Nepos : auteur du Ier siècle avant J-C (100-29/25), connu pour un De virus illustribus et un ouvrage de géographie. Il est appelé dans le livre IX pour témoigner des usages du purpura.

6. Laberus mimographus : chevalier romain connu pour avoir, contraint par César, participé à des jeux du cirque en 46 avant J-C6. Il perd alors son rang, que César lui rend accompagné d’un anneau d’or, mais l’histoire veut que les autres chevaliers ne le laissent plus siéger à leurs côtés. Pline en appelle à celui qu’il qualifie de « poète » comme témoin des usages passés de l’asellus et du lupus. On peut penser que sa place dans les auctores montre la fin de sa disgrâce, au moins posthume.

7. Papirius Fabianus, cité aussi au livre XV, maître de Sénèque, philosophe de renom, auteur de traités d’histoire naturelle7. C’est une source savante.

8. Fenestella,  auteur du Ier siècle, il a vécu entre 52 avant J-C et 19 après J-C (on avance aussi les dates de 35 avant J-C. à 36 après J-C.). Cité par Dion Cassius ou encore Aconius, il est l’auteur d’annales qui retracent l’histoire littéraire, l’état de la science jusqu’à l’époque augustéenne. On peut le classer dans les sources savantes de Pline, et il est mentionné ici pour témoigner de l’usage des perles.

9. Gaius Licinius Mucianus, contemporain de Pline, ce consul de Syrie, est également un collecteur du corpus des textes anciens, et il est l’auteur notamment de traités sur l’histoire naturelle et la géographie de l’Asie Mineure. Il est cité ici deux fois, l’une pour rapporter une anecdote sur l’anthias, l’autre pour parfaire la description du polypus.

10. Aelius Stilo : nous avons perdu les œuvres de ce chevalier romain, grammairien (154-74 avant J-C), qui a inauguré la philologie. Pline le cite ici en source savante pour expliquer le nom de la margarita, perle.

11. Sebosus : c’est un géographe, contemporain de Pline, l’une de ses sources savantes majeures dans ses livres sur la géographie. Ainsi, Pline nomme les Canaries (jusque là « iles Fortunées) d’après cet auteur. Voyageur, il rapporte aussi des anecdotes sur ce qu’il a croisé. On note que les commentateurs8 regrettent l’imprécision des descriptions apportées par Sebosius ,avec des termes qui ne sont pas sans rappeler ceux utilisés pour la critique de l’oeuvre de Pline (« inintelligible », « fautif »…).

12. Melissus : ou Melissos, philosophe grec du Vème siècle avant J-C. Disciple de Parménide. Il fait partie des sources savantes de Pline.

13. Lucius Annaeus Seneca : Né en 4 avant J-C, mort en 62 après J-C., il est donc contemporain de Pline. Ce philosophe stoïcien, a un parcours bien différent de notre auteur : conseiller à la cour de Caligula, précepteur puis conseiller de Néron (dont on rappelle la détestation de Pline à son égard), il écrit sur le nécessaire détachement tout en étant étroitement lié au monde : on l’a vu, à la cour, mais aussi à la richesse. Il est cité comme témoin d’une anecdote sur l’âge d’un poisson d’élevage. (9, 167).

14. Cicero : l’une des phrases types qu’un collégien du XXème siècle pouvait retenir de ses cours de grammaire latine était le « Cicerone consule » (Ciceron étant consul), marquant le rôle et l’importance de ce personnage public dans l’histoire romaine. Orateur, consul, magistrat, l’auteur (qui a eu l’intelligence de faire publier ses plaidoiries et autres déclamations) nous a ainsi régalé du « Quousque tandem abutere, Catilina, patientia nostra »9 (Jusques à quand abuseras-tu, Catilina, de notre patience), lancé au sénateur factieux devenant par cette seule accroche un simple trublion. Source incontournable, savante.

15. Marcus Aemilius lepidus: homme politique du Ier siècle avant J-C. Savoir ce qu’il a apporté à l’oeuvre du livre IX est obscur, mais on retrouve son nom à plusieurs reprises dans l’ensemble de l’Histoire Naturelle, notamment à propos de l’introduction du marbre jaune à Rome.

16. Marcus Valerius Messala Coruinus : né en 64 avant J-C et mort en 8 après J-C, sénateur, écrivain, il est le créateur d’un cercle d’auteurs comprenant Ovide, Properce ou Tibulle. On ne trouve pas ici son nom dans les suites du sommaire.

17. Trebius Niger : comment l’une des sources principales de Pline s’est retrouvé confondu avec la matière même du livre IX est un exemple de la difficulté auquel sont confrontés les commentateurs et chercheurs ! Recensé par erreur comme un animal aquatique par Thomas de Cantimpré lorsqu’il utilise les travaux de Pline pour écrire son Opus de natura rerum, le « trebius »10 est en fait né de la confusion entre l’adjectif « niger » (noir) et le nom de notre source. Celui-ci est en fait un homme d’état du IIème siècle avant J-C, proconsul de l’Hispania Baetica et auteur d’une Histoire Naturelle, spécialisé dans l’icthyologie, il est cité à plusieurs reprise comme source savante dans le livre IX.

18. Publius Nigidus Figulus : auteur du Ier siècle avant J-C, mathématicien et théologien obscur, tant par la perte de ses travaux que par les témoignages de ses contemporains. Source savante utilisée ici pour décrire le comportement du lupus (le « loup »).

Ainsi, les auteurs cités dans le sommaire de Pline sont essentiellement des sources sinon savantes du moins reconnues, garantes du sérieux de l’oeuvre qui va suivre. On peut noter aussi que l’immense majorité des sources est romaine ou latine. Les sources grecques sont minorées. On trouve cependant, comme on l’a vu, d’autres sources citées dans le corps du texte.

  II. Les sources du corpus plinien, non citées comme auctores : Aristote, Hegesidemus, Apicius, Verrius, Juba, Varron, et Theophraste.

1. Aristote : je ne vais pas m’attacher ici à faire la biographie du philosophe, mais il pose dans les sources pliniennes un ensemble de questions. D’abord, bien qu’auteur majeur, il n’est pas cité dans les auctores. On a vu que l’une des hypothèses est que Pline n’aurait pas lu Aristote dans le texte mais un condensé de ses œuvres proposé par Trogue. Les erreurs de lecture (on pense notamment à certaines difficultés à propos des tortues, confondues avec le « rat ») seraient alors dues en partie à cet intermédiaire. Il n’en est pas moins cité à plusieurs reprises dans le corps du texte (voir annexe 2), toujours comme source savante, et on note, comme Saint-Denis, que Pline fait la preuve de sa démarche critique justement en proposant une controverse sur la respiration en opposition aux théories d’Aristote sur le sujet (HN, Livre IX, 9,16). Pline est régulièrement accusé d’un mauvais « recopillage » (selon le mot-valise utilisé d’abord par les libraires contre la photocopie dans les années 90) d’ Aristote, mais il faut noter une différence majeure dans leur démarche, Aristote partant des organes et fonctions des animaux pour en trouver des exemples dans les espèces aquatiques et terrestres, là où Pline s’attache à proposer des notices par animal aquatique, même si celles-ci sont parfois quelque peu éparpillées dans son œuvre. L’essence même de la méthodologie est différente, Pline ne cherchant pas à faire comprendre ou à faire comprendre la façon dont fonctionnent les animaux aquatiques, mais à dresser un catalogue précis des espèces connues à son époque11.

2. Hegesidemus : cité ici au sujet d’une anecdote sur les dauphins, certains doutent que l’Hegesidemus de Pline soit bien le philosophe grec, maître d’Hippias : « We know nothing in particular about Hippias’s alleged teacher Hegesidamos (pace C. Müller, FHG 2.59 n.**, the mysterious Hegesidemus in Pliny, Naturalis historia  9.8 (27) is certainly someone else » nous dit ainsi Marek Węcowski, dans un article sur Hippias d’Elis.

3. Marcus Gauius Apicius : auteur présumé de recettes de cuisine, au Ier siècle après J-C. Il est cité ici à propos de l’usage du mullus en cuisine.

4. Marcus Verrius Flacus : né en 55 avant J-C, mort en 20 après J-C, c’est un philologue spécialiste des auteurs anciens mais c’est aussi un précepteur renommé, qui est ici cité en tant qu’expert des « pratiques pédagogiques ».

5. Juba II (dit Juba), roi d’Egypte, né vers 52 av. J.-C. et mort vers 23 ap. J-C. Auteur du  Libuca , un traité sur son pays natal, qui en propose une géographie, avec des passages consacrés à l’histoire naturelle, à la mythologie… Auteur également d’écrits sur les Assyriens, sur l’Arabie. Naturaliste, il est à l’origine de la découverte de l’euphorbe. Passionné de géographie, il fait faire des expéditions pour trouver la sources du Nil. Sa postérité nous le décrit comme un démocrate et un scientifique.

6. Marcus Terrentius Varro : agronome et philologue du Ier siècle avant J-C, on lui connaît une liste impressionnante d’ouvrages perdus, mais on a conservé notamment son Rerum rusticarum libri III. Il est utilisé ici pour sa description et ses précisions sur l’usage de la coclea.

7. Theophrastus : philosophe, botaniste, naturaliste grec, né en 371 et mort en 288 avant J-C, élève d’Aristote. Il est repris par Pline au sujet d’anecdote sur le dauphin ainsi que pour attester de l’existence de poissons extraordinaires dans la région de Babylone.

Ces sources sont donc savantes pour la plupart mais essentiellement mobilisées pour témoigner de faits hors du commun -et donc nécessitant attestation, si possible de plusieurs noms connus (on pense à la justice romaine et à son « testis unus, testis nullus »12). On trouvera cependant dans le texte plinien de très nombreuses occurrences de type « on dit que », sous la forme essentiellement passive. L’annexe 2 qui relève ces expressions montre une prévalence de la forme passive du verbe trado, qui signifie « transmettre » (et traduit un peu légèrement par « on dit que » par Saint-Denis, qui n’a peut-être pas mesuré que l’utilisation de ce verbe précis, à côté des dicitur et autres creditur n’était pas juste une formule stylistique mais un indice de transmission). On a là un signe fort d’une tradition de savoirs locaux comme sources pour Pline en 9, 12 (périodes où on peut voir les baleines); 9, 42 (mouvements nerveux des pattes des phoques après arrachement) ; 9, 57 (périodes où certains poissons plats restent enterrés) ; 9, 70 (absence de branchie de l’exocet); 9, 100 (préscience des oursins devant la tempête); 9, 107 (reproduction des huîtres) ; 9, 111 (organisation des colonies d’huîtres) ; 9, 147 (biologie de l’ urtica, la méduse); 9, 166 (reproduction des serpents)  et 9, 182 (difficulté de pêcher les anthias). On voit ici que contrairement à une idée reçue, les sources locales de Pline sont utilisées non pas pour narrer des faits remarquables mais au contraire pour transmettre des informations concrètes et utiles.

1 Birt, Theodor. De Halieuticis Ovidio Poetae Falso Adscriptis. Berolini: Weidmann, 1878.

2 Boscs-Plateaux, Françoise Des. Un parti hispanique à Rome?: ascension des élites hispaniques et pouvoir politique d’Auguste à Hadrien, 27 av. J.-C.-138 ap. J.-C. Casa de Velázquez, 2005.

3 « Trogue et cet auteur est des plus sérieux »

4 Birt, Theodor. De Halieuticis: Ovidio Poetae Falso Adscriptis. Berolini: Weidmann, 1878.

5 Sabbathier, François. Dictionnaire pour l’intelligence des auteurs classiques, grecs et latins, tant sacrés que profanes, contenant la géographie, l’histoire, la fable, et les antiquités, 1768.

6 Bur, Clément. De La Dignité à La Célébrité. Les Aristocrates Gladiateurs De César à Tibère, Hypothèses, 2011, P. 97-111. Academia.edu. 2011. Accessed June 06, 2016. http://www.academia.edu/6609669/_De_la_dignité_à_la_célébrité._Les_aristocrates_gladiateurs_de_César_à_Tibère_Hypothèses_2011_p._97-111.

7 Lafaye, Georges. Les métamorphoses d’Ovide et leurs modèles grecs. Georg Olms Verlag, 1971.

8 Webb, Philip Barker., Sabin Berthelot, and Jean-François-Camille Montagne. Histoire Naturelle Des Iles Canaries. Paris: Bethune, 1836.

9 «  Jusques à quand abuseras-tu, Catilina, de notre patience », les Catilinaires, I, 1.

10 Voir le site du CRAHAM sur le « De Piscibus » : https://www.unicaen.fr/puc/sources/depiscibus/consult/hortus_fr/FR.hs.4.93

11 Naas, Valérie. Le projet encyclopédique de Pline l’Ancien. Rome, Italie: École française de Rome, 2002.

12 « un témoin, pas de témoin » : signifie la nécessité de produire plus d’un seul témoin pour attester d’un fait.

ANNEXES :

PlineAnnexesHypo

Cite this article as: Julie Le Goïc, "Les sources de Pline au livre IX," in Plongée avec Pline l'Ancien, 26/06/2016, ISSN 2494-3266, http://hstpline.hypotheses.org/56.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *