L’Histoire Naturelle et le Livre IX.

L’oeuvre, sa diffusion,sa  réception.

I.  l’ Histoire Naturelle de Pline.

La « naturalis historia », « enquête sur la nature » ,est une œuvre en 37 volumes, qui ne peut que rappeler le projet aristotélicien de l’Histoire des Animaux (en grec  « ή φυσικη ίστορία »qui a la même signification d’ « enquête sur la nature »). Toutefois Pline s’abstient de le citer comme exemple ou référence dans sa préface. L’ oeuvre se veut innovante et ambitieuse, à l’ image finalement de ce qu’attend Pline de celui à qui il dédie l’ouvrage, le futur empereur Titus : « praeter iter est non trita auctoribus uia nec qua peregrinari animus expetat : nemo apud nos qui idem temptauerit, nemo apud Graecos qui unus omnia ea tractauerit. […] Iam omnia attingenda quae Graeci τῆς τῆς ὲγκυκλίου παιδείας uocant, et tamen ignota aut incerta ingeniis facta ; alia uero ita multis prodita, ut in fastidium sint adducta »1. La référence aux auteurs grecs confirme le choix de placer son Histoire Naturelle dans la lignée des publications précédentes, et confirme l’ambition « pédagogique » de l’ouvrage : en effet, l’ « ὲγκυκλίου παιδείας » dont il est ici question n’est pas un encyclopédisme savant, « le vrays puys & abisme de Encyclopedie »2, mais un cycle d’études préparatoires. Aude Doody3 a en effet mis en lumière l’anachronisme du terme utilisé dans son acception actuelle, celle-ci n’apparaissant qu’à la Renaissance, lorsqu’il s’agit de qualifier l’oeuvre plinienne.

Nous connaissons le contexte de l’écriture de cette oeuvre de 37 volumes traitant de l’histoire, de la géographie, des arts et techniques, de la zoologie… grâce à ce que Pline a bien voulu nous en dire dans sa dédicace à Titus, et à ce que son neveu en raconte dans ses lettres. Pour cette oeuvre majeure, publiée après quelques ouvrages bien reçus (on se rappelle que Tacite utilisait son Histoire des Guerres Germaniques comme source), Pline affirme avoir lu et mis en fiche pas moins de 20000 textes, de qualité et d’origine variées. Lisant et écrivant la nuit, pour ne pas soustraire au jour les heures dues à sa tâche de chevalier, il ne peut qu’impressionner le lecteur d’aujourd’hui dont on connaît la fatigabilité et la difficulté à se concentrer sur un même texte pendant un certain temps.

Pline, on l’a vu, dédie son œuvre au futur empereur Titus le « uicundissime Imperator ». Son œuvre a une portée indéniablement politique, comme le montre bien Valérie Naas4 : il s’agit à la fois d’ « imposer une conception précise de la nature, qui relève moins d’un projet scientifique que d’une intention morale et idéologique » et de glorifier l’Empire Romain, qui justement possède cette « nature » qu’on étudie ici. La référence aux Grecs, qu’on retrouve au livre IX dans la volonté de latiniser des noms grecs d’animaux aquatiques plutôt que d’utiliser les noms vernaculaires romains, est à la fois un hommage aux savoirs hellénistiques mais aussi une façon d’initier par son œuvre un nouveau savoir romain.

Enfin, le processus de publication d’une œuvre veut qu’il ait tout d’abord lu son œuvre à différentes personnes de confiance, avant de proposer des lectures publiques, avant enfin, l’édition et la diffusion de ses 37 volumen. Ces différentes étapes qui ont leur importance car elles montrent bien que l’auteur joue réellement sa réputation dans cette méthode de diffusion. Cela écarte sans doute l’idée d’une écriture trop rapide ou d’un auteur peu impliqué dans son sujet.

II. le livre IX

Notre livre IX fait partie d’une trilogie consacrée au règne animal, qui comprend un livre sur les animaux terrestres, celui sur les animaux aquatiques et enfin un dernier sur les oiseaux. Le lien logique entre ces trois livres est rendu évident par le texte lui-même qui commence par « Animalium, quae terrestria appellauimus, hominum quadam consortione degentia, indicata natura est »5 (9,1) et se termine par « hinc uolucrum naturae dicentur »6 (9,186) . Pour ce volume, Pline annonce : « quam ob rem prius aequorum, amnium stagnorumque dicentur »7. Ce ne sont donc pas des animaux « marins » dont il va seulement s’agir ici, contrairement à ce que pourrait faire penser le titre l’une de nos sources principales pour ce mémoire8, mais bien de l’ensemble des animaux aquatiques.

Le livre IX sur l’ aquatilium natura est complété au livre XXXII, qui propose une recension des espèces déjà décrites, par ordre alphabétique, mais qui n’est pas l’objet de ce travail de recherche. Il sera cependant parfois mobilisé, pour confirmer ou infirmer des hypothèses. La structure du livre IX est qualifiée de « lâche » par son traducteur et commentateur Etienne de Saint-Denis. Il faut reconnaître que les notices que notre auteur propose sur les animaux sont à reconstituer pour leur donner un ensemble cohérent, tant les informations sont éparses dans le texte. On verra cependant plus loin qu’elles ne sont pas redondantes ou contradictoires, et qu’on y retrouve à une structure relativement bien définie des catégories « res », « historiae » et « observationes » (choses ; enquêtes ; témoignages »).

Ce sont plus de 150 espèces qui sont nommées – à défaut d’être, pour certaines, décrites- dans ce livre IX . Parmi elles, nous ne trouvons que quelques rares mirabilia, et plusieurs animaux non identifiés. Nous reviendrons plus loin sur ces questions.

Nous allons utiliser pour notre travail de recherche le texte latin tel qu’établi par Etienne de Saint-Denis en 1955 pour les Belles Lettres. Toutes les traductions du texte latin en notes de bas de pages de ce mémoire, sauf indication contraire, sont issues de cette édition. Il nous explique dans l’introduction qu’il n’existe pas de manuscrits antérieurs aux IX et Xe siècles, et qu’il a suivi pour l’essentiel la leçon proposée par Mayhoff (1875-1906), sauf lorsque celui-ci corrigeait le texte des manuscrits pliniens pour les rapprocher des textes d’Aristote. Saint-Denis a préféré à ce sujet signaler en commentaires les divergences entre Pline et Aristote plutôt que modifier le texte latin : « Le texte plinien ne doit pas être suspecté partout où il ne s’accorde pas avec celui d’Artistote » nous dit-il. Nous verrons plus bas, lorsque nous nous intéresserons aux sources de Pline que la prudence de Saint-Denis et son choix de commenter plutôt que de corriger est tout à fait raisonnable. En effet, la façon dont le texte d’Aristote était lui-même parvenu à Pline reste obscure et controversée. Cependant, Saint-Denis nous explique n’avoir « grâce aux corrections D2, F2, R2, E2, et aux manuscrits x, l, n, V dont j’ai dit l’intérêt, j’ai pu me contenter d’une seule correction personnelle : au §162, « squatus », au lieu de « squalus », d’après le texte d’Aristote manifestement suivi par Pline ». On voit ici qu’il est impératif de mieux connaître la méthode de travail de Pline et son utilisation des sources : en effet, modifier le texte des manuscrits pour coller au texte d’Aristote alors qu’on ignore justement comment Pline a lu ou abordé celui-ci, c’est prendre le risque d’une erreur d’édition.

Notre corpus est donc limité à un texte latin édité en 1955, et issu de manuscrits tardifs puisque postérieurs au texte original de plus de neuf siècles. Il est donc à étudier avec toutes les précautions nécessaires à l’étude des textes anciens, et dans une perspective diachronique que synchronique : décrire ce que nous savons du contexte de sa rédaction et de sa réception que nous avons vu plus haut n’est pas suffisant, nous devons également mentionner la façon dont il a traversé le temps. A ce sujet, justement, le livre IX nous fournit un bon exemple du devenir de l’oeuvre de Pline et de sa réception au cours des deux derniers millénaires.

 

III. Réception, diffusion, transmission du texte.

C’est encore une lettre de son neveu, adressée à Macer (livre III) qui nous prouve que Pline est lu, et apprécié des élites romaines : «  Pergratum est mihi quod tam diligenter libros avunculi mei lectitas, ut habere omnes velis quaerasque qui sint omnes »9.

En effet, la prégnance de l’oeuvre plinienne dans le corpus scientifique de la Rome impériale se vérifie par l’utilisation de ce livre précisément pour tous les textes qui suivirent et qui décrivent la faune aquatique : ainsi Elien le sophiste (175-235) dans son Περὶ Ζῴων Ἰδιότητος (« De la nature des animaux », une compilation de nombreuses espèces) le cite abondamment.

Pline et son livre IX, restent considérés comme une source majeure scientifique au Moyen-Age, et on peut en trouver des passages entiers dans le Liber de Natura Rerum de Thomas de Cantimpré (1201-1271), ou encore dans le Tractatus de piscibus au Livre IV du Hortus Sanitatis. Ce vaste ouvrage est en fait une compilation du livre 17 du Speculum naturale de Vincent de Beauvais (1184-1264) et du livre 24 du De animalibus d’Albert le Grand (1200-1280). La lecture de cet ouvrage, édité et annoté en ligne par l’université de Caen/CRAHAM dans le cadre du programme de recherche Ichtya10, permet de voir que l’oeuvre de Pline y est considérée avec le plus grand sérieux. On y rencontre 78 occurrences du nom de notre auteur latin et des passages entiers du livre IX sont repris.

Il est à ce propos à noter un biais d’étude intéressant. En effet, les œuvres du Moyen-Age sont caractérisées par une iconographie bien particulière qui fait la part belle aux chimères et autres figurations fantastiques ou extraordinaires des animaux décrits. Prendre ces illustrations comme une simple représentation de la connaissance des auteurs du Moyen-Age ou comme une illustration de ce qu’ils comprennent du texte latin serait une erreur. 11 On verra par la suite qu’une des explications de la dépréciation récente de l’oeuvre de Pline est peut-être justement cette assimilation avec l’iconographie des mirabilia.

C’est, d’après Aude Doody, Francis Bacon (1561-1626) qui, l’un des premiers, apporte une critique de l’Histoire Naturelle comme n’étant pas une oeuvre savante. Cependant, on ajoutera que dans son Novum Organum12, le philosophe qui veut poser les bases d’un nouveau paradigme scientifique, descend également en flamme Aristote. Il énonce ainsi dans son aphorisme 63 : « Il [Aristote] avait commencé par établir des principes généraux, sans consulter l’expérience et fonder légitimement sur elle les principes ; et, après avoir décrété à sa guise les lois de la nature, il fit de l’expérience l’esclave violentée de son système ; de telle sorte qu’à ce titre, il mérite plus de reproches encore que ses sectateurs modernes (les philosophes scolastiques), qui ont négligé complètement l’expérience ». Des savants romains il ne critique que l’absence de progrès apportés en leur temps à la science telle que la proposait Aristote. Mais c’est bien Pline, plus qu’Aristote, sans doute parce que son œuvre ne porte pas de doctrine philosophique majeure, qui verra son image de scientifique antique amoindrie au cours des siècles suivants. L’émergence d’une véritable science naturaliste, comme tout nouveau paradigme pensait devoir faire tabula rasa des méthodes anciennes, tout en en étant fortement imprégnée (comme le montre d’ailleurs les noms scientifiques des animaux aquatiques, souvent calqués sur les noms pliniens, favorisant ainsi les erreurs d’identifications).

« Pline a travaillé sur un plan bien plus grand, & peut-être trop vaste, il a voulu tout embrasser, & il semble avoir mesuré la Nature & l’avoir trouvé trop petite encore pour l’étendue de son esprit ; son Histoire Naturelle comprend, indépendamment de l’histoire des animaux, des plantes & des minéraux, l’histoire du ciel & de la terre, la médecine, le commerce, la navigation, l’histoire des arts libéraux & méchaniques, l’origine des usages, enfin toutes les sciences naturelles & tous les arts humains ; (…) non seulement il sçavoit tout ce qu’on pouvait sçavoir de son temps, mais il avoit cette facilité de penser en grand qui multiplie la science (…) c’est, si l’on veut, une compilation de tout ce qui avoit été écrit avant lui, une copie de tout ce qui avoit été fait d’excellent & d’utile à sçavoir ; mais cette copie a de si grands traits, cette compilation contient des choses rassemblées d’une manière si neuve, qu’elle est préférable à la plûpart des ouvrages originaux qui traitent des mêmes matières. », nous dit George-Louis Leclerc, Comte De Buffon, dans son Discours premier sur l’histoire naturelle13. De la querelle scientifique des Anciens et des Modernes, entre Buffon (appelé le « Pline français » ) et les naturalistes du siècle suivant, avec le dénigrement qui accompagne forcément l’opinion des vaincus, Pline est la victime collatérale. Puisqu’il est la source des écrits des naturalistes du Moyen-Age et que ceux-ci représentent l’obscurité de ces âges, alors Pline, par un glissement regrettable, devient tout aussi obscur, et des louanges peu nuancés de Buffon on arrive à la critique tout aussi caricaturale de M. de Blainville, cité par Littré dans l’introduction de l’édition de l’Histoire Naturelle de 184814 : « Pour terminer, nous dirons qu’entre les mains de Pline, si l’on veut continuer à le considérer comme un historien de la nature, quoiqu’il ne l’ait jamais observée et qu’il l’ait fort mal comprise, la zoologie ou science des animaux, conçue dans son ensemble, a perdu son caractère scientifique (…). La zooclassie ( classification des animaux) n’a pas même été sentie, quoique le nombre des espèces ait été un peu augmenté, surtout dans la classe des mammifères. La zootomie (anatomie) a été défigurée et gâtée, en comparaison de ce qu’elle était dans Aristote. La zoobie ( physiologie), quoique en général presque empiétement négligée, a été rectifiée convenablement dans un fort petit nombre de points. La zooéthique (mœurs des animaux) s’est nécessairement enrichie d’un certain nombre de faits, aussi bien pour les espèces anciennement connues que pour les nouvelles, en même temps que quelques autres faits ont été rectifiés. La zoonomie ( gouvernement des animaux) a profité des observations empiriques des agriculteurs pour le gouvernement des animaux domestiques, mais sans principes à l’appui, et par conséquent sans résultat scientifique. ».  

Cette descente en flamme du travail de Pline est à peine contrebalancée par quelques concessions du bout des lèvres. Pourtant, on pourra retenir que Pline semble bien avoir proposé des améliorations significatives des traités précédents (d’ailleurs la citation, quoique dépréciative contient de nombreux terme du champ sémantique de l’amélioration). On note un appétit pour les terminologie savantes ignorées du temps de Pline et donc nécessairement « négligées ». Heureusement, cette citation (dans le même ouvrage) du bon M. Cuvier vient pondérer cet avis : « On ne peut trop louer Pline sous ces divers rapports; et, malgré les défauts que nous sommes obligé de lui reconnaître quand nous le considérons comme naturaliste, nous ne le regardons pas moins comme l’un des auteurs les plus recommandables et les plus dignes d’être placés au nombre des classiques parmi ceux qui ont écrit après le règne d’Auguste. ».

Nous avons ainsi vu le destin de l’oeuvre de Pline, largement diffusée pendant près de 2000 ans, à la réception d’abord enthousiaste puis plus critique, au fur et à mesure de la constitution des « sciences naturelles ».

1 « Au surplus, le chemin où je me suis engagé n’est pas battu par les auteurs, ni de ceux où l’esprit souhaite de se promener. Il n’existe personne chez nous qui ait fait la même tentative, personne chez les Grecs qui ait traité à lui seul toutes les parties du sujet […]. De plus, il nous faut toucher à tous les points que les Grecs embrassent sous le nom de « culture encyclopédique » ; et cependant les uns sont ignorés ou rendus incertains par les inventions personnelles, tandis que d’autres ont été si souvent publiés qu’ils sont devenus fastidieux ». Extrait cité par Valérie Naas, traduction des éditions de Belles Lettres, CUF, Collection Guillaume Budé.

2 Rabelais, Pantagruel, XX, éd. Marty-Laveaux, I, 319.

3 Doody, Aude, Pliny’s Encyclopedia : The Reception of The Natural History, Cambridge-New York, Cambridge University Press, 2010, 194 p.

4 Naas, Valérie, « Indicare, non indagare : encyclopédisme contre histoire naturelle chez Pline l’Ancien ? », in Encyclopédire : formes de l’ambition encyclopédique dans l’Antiquité et au Moyen-Age, éd. Par Arnaud Zucker, Thurnhout, 2013, pp 145-166.

5 « Les animaux que nous avons appelés terrestres, et qui vivent dans une sorte de communauté avec les hommes, ont été décrits plus haut ».

6 « Nous allons maintenant décrire les oiseaux ».

7 « nous parlerons d’abord des animaux qui habitent les mers, les fleuves et les étangs ».

8 Saint-Denis, Etienne, Le Vocabulaire des Animaux Marins en latin classique, Paris, Klinckieck, 1946.

9 « Vous me faites un grand plaisir de lire avec tant de passion les ouvrages de mon oncle, et de vouloir les connaître tous et les avoir tous. » in Quintilien Et Pline Le Jeune. Traduit par D. Nisard. Paris: Chez Firmin Didot Frères, Fils Et Cie, 1865.

10 Hortus sanitatis : Livre IV, Les Poissons, édité par Jacquemard Catherine, Gauvin Brigitte et Lucas-Avenel Marie-Agnès.

URL : https://www.unicaen.fr/puc/sources/depiscibus/accueil

11 Leclerc, Jacqueline, « L’art médiéval. Du Xe au XIIIe siècle », dans B. Demoulin dir. , Histoire culturelle de la Wallonie, Anvers, Fonds Mercator, 2011, p. 82-99.

12 Bacon, Francis, Novum organum,nouv. trad. en français par Lorquet Alfred, Paris, Hachette, 1857.

URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k201287p/f11.image

13 Leclerc, Comte de BUFFON, HISTOIRE NATURELLE, GÉNÉRALE ET PARTICULIERE, AVEC LA DESCRIPTION DU CABINET DU ROY. Tome Premier. 1749.Directeurs de publication : Pietro Corsi (Oxford University), Thierry Hoquet (Université de Nanterre – Paris X).

URL : http://www.buffon.cnrs.fr/ice/ice_book_detail.php?lang=fr&type=text&bdd=buffon&table=buffon_hn&bookId=1&typeofbookId=1&num=0

14 op. Cit.

Cite this article as: Julie Le Goïc, "L’Histoire Naturelle et le Livre IX.," in Plongée avec Pline l'Ancien, 26/06/2016, ISSN 2494-3266, http://hstpline.hypotheses.org/66.


Julie Le Goïc

Professeur PLP Lettres-Histoire, lycée professionnel Vauban, Brest. Doctorante de l’École Doctorale Arts, Lettres et Langues (Rennes2 / UBO / UBL), Brest.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *