Résultats : du « delphinus » chez Pline.

Le Delphinus

On ne peut pas aborder la question des animaux aquatiques dans la documentation antique sans choisir de se pencher sur le « delphinus », le dauphin. Celui-ci occupe une place non négligeable dans le corpus plinien, et est cité aux paragraphes 19, 20, 30, 33, 40, 43; pour le seul livre IX de l’Histoire Naturelle.

L’identification de cet animal ne fait aucun doute, même si de nombreuses espèces se retrouvent sous le nom de « delphinus ». On suivra Cotte et Saint-Denis qui proposent le Delphinus delphis L, le dauphin commun, un odontocète très présent en Méditerranée et reconnaissable dans les descriptions et les éléments iconographiques. La permanence du terme (du δελφίς au dauphin), l’iconographie (mosaïques, fresques, vases…) et les descriptions abondantes dans la littérature antique permettent cette certitude. La littérature scientifique abonde d’ailleurs d’articles et d’ouvrages traitant du dauphin dans l’Antiquité, tant du point de vue religieux1 que du point de vue littéraire ou scientifique. Sa facilité d’approche par les humains explique sans doute la précision des détails donnés par Aristote et par Pline, ainsi que la bonne connaissance de son comportement. Cet animal est donc particulièrement intéressant pour nous puisque nous voyons dans le texte plinien une méthodologie de recherche et de transmission, entre utilisation des savoirs grecs, des savoirs locaux, de choses vues, et même de l’expérimentation scientifique (9,22).

Les sources sont principalement utilisées pour rapporter des anecdotes et en valider la teneur par une référence « scientifique ». Sur les 19 auteurs mobilisés par Pline dans ce livre IX, on en retrouve ainsi pas moins de 6 pour cette seule notice, et 2 sources probablement utilisées (Aristote et Trogue) au paragraphe 39 d’après SaintDenis.

«  Ni res Maecenatis et Fabiani et Flaui Alfi multorumque esset litteris mandata » (9,25)

Je me répugnerais à rapporter le fait, s’il n’était consigné dans les écrits de Mécène, de Fabianus, d’Alfius Falvus et de beaucoup d’autres

« In eadem urbe Iaso Hegesidemus scribit et alium puerum Hermian nomine similiter maria perequitantem … » (9,27) Dans la même ville d’Iasos, d’après Hegesidemus, un autre enfant, nommé Hermias, traversait les mers pareillement (à cheval sur un dauphin) 
« Hoc idem et Naupacti accidisse Theophrastus tradit » (9,28) Même fait à Naupacte, rapporte Théophraste.
« Quae de eodem genere piscanti in Iaso sinu Mucianus tradit » (9,33) Ce que Mucien rapporte de la même façon de pêcher dans le golfe d’Iasos

On note que ces sources, toutes savantes, sont utilisées notamment pour justifier des anecdotes les plus marquantes (enfant chevauchant un dauphin), ce qui, au rebours des commentateurs classiques de Pline, peut faire penser que celui-ci est bien conscient de la nature peu crédible des faits rapportés. Il ne se contente pas alors de les transmettre mais en appelle aux témoignages de sources jugées fiables et sérieuses. On voit même que lorsque l’anecdote sort trop de l’imaginable, il renforce sa crédibilité en mobilisant plusieurs sources : « Ni res Maecenatis et Fabiani et Flaui Alfi multorumque esset litteris mandata » (HN, 9,25)2. C’est donc logiquement pour cet animal familier, mais à la forte connotation religieuse et superstitieuse, que Pline utilise le plus de sources, essentiellement accompagnées par le verbe « [nom de l’auteur] tradit » (9, 27 ; 9,28 ; 9,33). Bien au contraire, lorsqu’il va s’agir de décrire l’animal, bien que Pline a de toute évidence travaillé son sujet, il n’en appelle pas à des sources savantes.

« Branchiae non sunt (…) delphinis. Haec duo genera fistula spirant, quae ad pulmonem pertinet, ballaenis a fronte, delphinis a dorso. » (9, 19) « [Les baleines] n’ont pas de branchies, les dauphins non plus ; ces deux espèces respirent par un conduit, qui aboutit au poumon ; les baleines l’ont au front, les dauphins sur le dos »
« ac nisi multum infra rostrum os illi foret medio paene in ventre » (9,20); « Et, s’il n’avait la gueule bien au-dessous du museau, presque au milieu du ventre »
« Adolescunt celeriter, X annis putantur ad summam magnitudinem peruenire » (9,22); « Ils grandissent vite ; ils atteignent, croit-on, en dix ans, tout leur développement »
« uiuont et tricenis » (9,22); « ils vivent jusqu’à trente ans »
« Lingua est his contra naturam aquatlium mobilis, breuis atque lata, haud differens suillae. » (9,23); « Leur langue, contrairement à la conformation des bêtes aquatiques est mobile, courte et large, peu différente de celle du porc »
« dorsum rependum, <rostrum> simum » (9,23); « Leur dos est bombé, leur groin camard ; d’où le nom de « Simon » (Camus) »
« alia corio tantum ut delphini » (9,40); « les autres de cuir seulement, comme les dauphins »
« Pilo carentium duo omnino animal pariunt, delphinus ac vipera. » (9,43). « Parmi les animaux sans poil, deux en tout et pour tout sont vivipares, le dauphin et la vipère »

On voit ici comment la méthode d’écriture de Pline permet d’avancer dans la description de l’animal : tout d’abord en 9,19 c’est une classification (« à la Linné » d’ailleurs : les dauphins sont d’abord classés en ce qu’ils n’ont pas de branchies, comme les invertébrés n’ont pas de colonne vertébrale). Puisqu’ils n’ont pas de branchies, il faut décrire l’appareil respiratoire (« Haec duo genera fistula spirant, quae ad pulmonem pertinet ») puis la bouche -que Pline situe sur le ventre, ce qui a été vu comme une hérésie par les commentateurs, voire même comme une confusion avec certains requins. Pline passe ensuite à la langue « mobile », au dos, au tégument (« cuir », et plus loin « dépourvu de poil »). Si cette description est accompagnée par d’autres éléments (notamment sur la durée de vie et de croissance) on peut tout de même remarquer que la progression est logique, suivant la ligne du dos, et qu’elle ne revient pas sur des propriétés déjà abordées. Si la reproduction des animaux est au centre de la recherche chez Aristote, on voit ici que Pline la juge moins importante, elle est ici à peine mentionnée (9,21; 9,43) et plutôt en tant que donnée comportementale sur le rapport du petit à la mère : « Vagantur fere coniugia; pariunt catulos decimos mense aestiuo tempore, interim et binos. » « Nutriunt uberibus, sicut ballaena, atque etiam gestant fetus infantia infirmos » (9,21) (voir plus bas). Ces données comportementales sont essentielles chez Pline et on se risque à peine à proposer ici les citations qui s’y rapportent tant elles sont nombreuses :

« Velocissimum omnium animalium, non solum marinorum, est delphinus » (9,20); « Le plus rapide de tous les animaux, et pas seulement des animaux marins, est le dauphin »
« quia nisi resupini atque conuersi non corripiunt, quae causa praecipue velocitatem eorum ostendit » (9,20); « car ils ne se saisissent de leur proie qu’en se mettant sur le dos ou en virant, ce qui montre particulièrement leur vélocité »
« Nam cum fame conciti fugientem in uada ima persecuti piscem diutius spiritum continuere, ut arcu missi ad respirandum emicat tantaque ui exiliunt, ut plerumque uela nauium transuolent. » (9,20); « En effet, lorsque poussés par la faim, ils ont, dans la poursuite d’un poisson fuyant au fond des eaux, longtemps retenu leur souffle, ils s’élancent pour respirer, comme flèche décochée par un arc, et ils bondissent hors de la mer avec tant de force que souvent ils survolent les voiles des navires »
« Vagantur fere coniugia; pariunt catulos decimos mense aestiuo tempore, interim et binos. » (9,21); « Généralement ils voyagent par couples ; ils mettent bas au bout de dix mois, en été, parfois deux petits à la fois »
« Nutriunt uberibus, sicut ballaena, atque etiam gestant fetus infantia infirmos » (9,21); « ils les allaitent, comme la baleine, et même les portent lorsqu’ils ont la faiblesse du premier âge »
« Abduntur tricenis diebus circa Canis ortum occultanturque incognito modo, quod eo magis mirum est, si spirare aqua non queunt » (9,22); « Ils disparaissent trente jours vers l’apparition de la Canicule, et se cachent mystérieusement ; c’est d’autant plus étonnant qu’ils sont incapables de respirer dans l’eau »
« Solent in terram erumpere » (9,22); « Ils ont l’habitude de s’échouer à terre »
« nec statim tellure tacta est moriuntur multoque ocius fistula clausa » (9, 22); « ils ne meurent pas sitôt qu’ils ont atterri, mais leur mort est beaucoup plus rapide si leur conduit respiratoire se trouve obstrué »
 » Pro uoce gemitus humano similis » (9,23); « Ils poussent en manière de cri un gémissement semblable à celui de l’homme »
 » Qua de causa nomen Simonis omnes miro modo agnoscunt maluntque ita appellari » (9,23); « d’où le nom de « Simon » (Camus) qu’ils entendent tous étonnamment et qu’ils préfèrent comme appel »
« Hominem non expauescit ut alienum » (9,24); « L’homme ne l’effraie pas comme un être hostile »
« obuiam nauigis uenit, adludit exultans, certa etiam et quamuis plena praeterit uela » (9,24) « il vient au devant des navires, bondit autour par jeu, lutte même de vitesse avec eux, et, si gonflées que soient les voiles, les devance »
« cum homine delphini societate piscantur » (9,29); « les dauphins pêchent de société avec l’homme »
«  Quin et paruos semper aliquis grandior comitatur ut custos » (9,33); « De plus les jeunes sont toujours accompagnés par un plus grand, qui leur sert de gardien »
 » conspectique iam sunt defunctum portantes, ne laceraretur a beluis » (9,33). « on a vu aussi le cadavre d’un dauphin porté par ses semblables, pour qu’il ne fût pas dépecé par les monstres marins »

Ce déséquilibre de la notice en faveur du comportement, lorsqu’on le compare au déséquilibre inverse chez Aristote (HA I, 4,1; IV, 9,4; VI,1,2; IX,35;) qui se mêle essentiellement des fonctions biologiques est marquant de la démarche de Pline : en 9,143 il nous dit ainsi « Quo magis miror quosdam existimasse aquatilibus nullum inesse sensum »3 . On remarque d’ailleurs qu’il conclue son livre justement par des paragraphes consacrés aux amitiés et inimitiés parmi les espèces aquatiques.

Enfin, sur l’usage du dauphin par l’homme, on trouve essentiellement des anecdotes de pêche non pas du dauphin comme ressource mais comme compagnon « cum homine delphini societate piscantur » (9,29) anecdotes qui se poursuivent sur plusieurs paragraphes, jusqu’en 9,34; mais aussi un détail passionnant sur une expérience faite pour connaître l’âge des dauphins : « Viuont et tricenis, quod cognitum praecisa cauda in experimentum » (9,22)4.

1 Somville, Pierre. Le dauphin dans la religion grecque. In: Revue de l’histoire des religions, tome 201, n°1, 1984. pp. 3-24.

2 « Je me répugnerais à rapporter le fait, s’il n’était consigné dans les écrits de Mécène, de Fabianus, d’Alfius Falvus et de beaucoup d’autres ».

3 « Cela augmente mon étonnement de voir que certains aient refusé aux animaux aquatiques toute intelligence »

4« ils vivent jusqu’à trente ans : on s’en est rendu compte en faisant une entaille à la queue <de certains sujets> »


Julie Le Goïc

Professeur PLP Lettres-Histoire, lycée professionnel Vauban, Brest. Doctorante de l’École Doctorale Arts, Lettres et Langues (Rennes2 / UBO / UBL), Brest.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *