Résultats : le Thynnus.

Le Thynnus.

Le dauphin nous a livré un exemplaire du travail de Pline (utilisation des sources pour valider des faits extraordinaires, focalisation sur le comportement, logique linéaire dans la description…). Nous allons nous pencher à présent sur un autre animal aquatique dont l’identification n’est pas à revoir : le thynnus, le thon rouge de Méditerranée : Thynnus thynnus L. Ce « poisson » va nous amener notamment à regarder de plus près la relation qui existe entre les textes de Pline et ceux d’Aristote.

En effet, cet animal, cité par Pline en 9,5 ; 9,44, 9,47 ; 9, 49 ; 9, 53 ; 9, 54 ; est également bien décrit dans l’Histoire des Animaux d’ Aristote. On peut trouver des parallèles dans la forme même des mentions faites par Pline avec les écrits d’Aristote. On rappelle qu’on ignore encore par quel biais Pline a eu accès aux textes d’Aristote (source directe ou par l’intermédiaire des écrits de Trogue). Nous avons mis en regard les citations de Pline et d’Aristote afin de montrer leur proximité. Nous avons pour cela utilisé l’édition disponible en ligne de l’Histoire des Animaux, traduite et commentée par J. Barthélémy-Saint-Hilaire (Paris, édition Hachette, 1883).

Pline Traduction Saint Denis Aristote Traduction Saint-Hilaire
« Thynni mares sub ventre non habent pinnam » (9, 47) ; « Les thons mâles n’ont pas de nageoire sous le ventre » « Διαφέρει δ´ ὁ θύννος ὁ ἄρρην τοῦ θήλεος, ὅτι ἡ μὲν ἔχει ὁ δ´ οὐκ ἔχει ὑπὸ τῇ γαστρὶ πτερύγιον, ὃ καλοῦσιν ἀφαρέα. » (Livre V, chap9) « Le thon mâle diffère du thon femelle, en ce qu’elle a sous le ventre une nageoire que le mâle n’a pas, et qu’on nomme Apharée. »
« Intrant e magno mari Pontum uerno tempore gregatim, nec alibi fetificant » (9,47) « Ils entrent de la grande mer dans le Pont-Euxin au printemps, par bancs, et ils ne fraient pas ailleurs » « Αἱ δὲ πηλαμύδες καὶ οἱ θύννοι τίκτουσιν ἐν τῷ Πόντῳ, ἄλλοθι δ´ οὔ· »

(Livre V chap9)

« les pélamydes et les thons frayent dans le Pont-Euxin, et ils ne frayent pas ailleurs »
« Pinguescunt et in tantum, ut dehiscant. Vita longissima his bienni » (9,53) « ils s’engraissent alors au point de se fendre. Ils ne vivent pas plus de deux ans » « Διαρρήγνυνται δὲ καὶ οἱ θύννοι ὑπὸ τῆς πιμελῆς, ζῶσι δ´ ἔτη δύο » (Livre VI, chap XVI, 9) « Les thons se fendent aussi comme l’aiguille, par l’excès de graisse; ils vivent deux ans. »
« Animal est paruom scorpionis effigie, aranei magnitudine. Hoc se et thynno (…) sub pinna adfigit aculeo tantoque infestat dolore, ut <in> naues saepenumero exilian» (9,54) « Il y a un petit animal, qui a la forme d’un scorpion, la taille d’une araignée. Il s’attache au thon (…) en les piquant de son aiguillon sous la nageoire, et il les fait souffrir si cruellement que souvent ils sautent à bord des navires » « Ὁ δὲ τῶν θύννων οἶστρος γίνεται μὲν περὶ τὰ πτερύγια, ἔστι δ´ ὅμοιος τοῖς σκορπίοις, καὶ τὸ μέγεθος ἡλίκος ἀράχνης. » (Livre V chap XXV, 7) « Le taon qui pique les thons se place près de leurs nageoires ; il ressemble aux scorpions, et il est de la grosseur d’une araignée »

Le thon est un néoptérigyen (« nouvelles nageoires »), auparavant classé comme scombridé, que Pline avait classé en « piscius ». Les données actuelles montrent les erreurs de nos deux naturalistes antiques, et notamment sur le dymorphisme sexuel prétendu du thon : en effet, il n’existe pas de différences visibles, et seules l’étude des gonades permet la distinction des sexes. Cependant,toutes les publications mettent l’accent sur les différences individuelles (taille, poids, nombres de pinnules ou de rayons des nageoires…) très importantes chez le Thunnus thynnus L qui rendent non seulement l’ espèce difficile à étudier (une « espèce fascinante et assez mystérieuse qui constitue un véritable défi pour la recherche scientifique » d’après les publications de l’Ifremer)1 mais qui explique les erreurs d’observations passées. Concernant son lieu de reproduction, on sait que « Il est généralement admis que le frai du thon rouge se produit dans les eaux chaudes (> 24 °C) de certains lieux spécifiques et restreints (à proximité des îles Baléares, de la Sicile, de Malte, de Chypre et dans certains secteurs du Golfe du Mexique, Figure 2) et une seule fois par an en mai-juin (Karakulak et al. 2004 ; Mather et al. 1995 ; Nishikawa et al. 1985 ; Schaefer 2001). Contrairement aux thonidés tropicaux, le thon rouge se reproduit dans un cadre spatio-temporel limité (Fromentin et Fonteneau 2001). Ceci dit, d’autres lieux de ponte tels que la baie ibéro-marocaine et la mer Noire, ont également été cités par le passé (ex. Picinetti et Piccinetti Manfrin 1993) »2. Ainsi, le thon rouge a bien des lieux de reproduction exclusifs, comme l’avaient pressenti Aristote et Pline. On note que ces lieux ont été difficiles à identifier, des campagnes étant encore en cours pour mieux les connaître.

Concernant l’espérance de vie de 2 ans affirmée par nos auteurs, on constate qu’en fait le thon rouge vit jusqu’à 30 ans, et même que sa maturité est atteinte en Méditerranée vers 4 ans3. L’erreur est importante, mais peut-être due aux pratiques de migrations importantes et de lieux de vie très différenciés en fonction de l’âge de l’animal. C’est tout récemment seulement que l’ampleur de ces migrations a été entrevue, après que des thons marqués sur les côtés américaines aient été pêchés sur la côte basque. Pline et les Latins semblaient bien connaître la première partie de la croissance du thon : « Cordyla appellatur partus, qui fetas redeuntes in mare autumno comitatur ; limosae uere aut et luto pelamydes incipiunt uocari et, cum annuum excessere tempus, thynni »4. On peut penser que c’est l’usage alimentaire qui prévaut à la dénomination de ces différentes étapes du développement du thon et que, les plus âgés ayant des lieux de vie moins accessibles, ils ne sont pas pêchés, et donc pas connus de nos auteurs.

Elytrophora Brachyptera

Elytrophora Brachyptera

Enfin, le passage concernant le parasite qui fait souffrir les thons, la description « scorpionis effigie » nous amène à nous tourner vers des copépodes, ectoparasites du thon rouge. L’un d’eux semble particulièrement bien correspondre à notre description (comportement): «Brachiella thynni (Cuvier, 1830). This large copepod occurs worldwide on scombrids. The female seems to be adapted in body shape and size to the cavity behind the pectoral fins of bluefin tuna »5. Cependant, même si ce copépode se place effectivement derrière la nageoire du thon, son aspect ne fait pas penser à un scorpion. Un autre prétendant serait alors le Elytrophora brachyptera, décrit dans la même publication  et à l’aspect plus proche de celui exposé par Pline et Aristote.

Ainsi, l’étude du texte plinien concernant le dauphin et le thon nous ont permis de mieux cerner le propos de l’auteur, son utilisation des sources, la logique interne de ses « notices ». Nous avons aussi pu voir que lorsque ses données sont identiques à celles fournies par Aristote, elles n’en sont pas nécessairement plus justes. Cependant, les erreurs de nos auteurs antiques sont largement explicables par la difficulté d’observation de certaines espèces à plusieurs stades de leur développement et de leur vie. Ces erreurs n’empêchent d’ailleurs pas l’identification certaine de ces espèces.

2 Fromentin, J-M, Manuel de l’ICCAT (Commission Internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique) chapitre 2.1.5.

URL : https://www.iccat.int/Documents/SCRS/Manual/CH2/2_1_5_BFT-fra.pdf

3 op.cit.

4 « On appelle « cordyle » le jeune thon, qui accompagne en automne les mères qui ont frayé, lorsqu’elles regagnent la mer ; au printemps, ils prennent le nom de « limoneux », ou, d’après le nom <grec> du limon, « pélamydes » ; et lorsqu’ils ont plus d’un an, thons ».

5 Barreiro, S., Ruiz, T ; Rodriguez-Marin, E., Carbonell, E. , Metazoan ectoparasites of bluefin tuna thunnus thynnus juveniles caught in the bay of Biscay, 2014.

URL :https://www.researchgate.net/publication/237382001_METAZOAN_ECTOPARASITES_OF_BLUEFIN_TUNA_THUNNUS_THYNNUS_JUVENILES_CAUGHT_IN_THE_BAY_OF_BISCAY


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Julie Le Goïc dit :

    Merci pour ce message ! Et surtout bravo pour la plateforme Hypothèses….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *