Nouvelle identification : l’Aries.

L’Aries

En 9,10, Pline nous décrit un évènement marquant d’échouage massif en Saintonge, avec 300 animaux recensés : « in Santonum litore interque reliquas elephantos et arietes ». Ces « arietes », béliers, font partie des animaux marins nommés à partir d’animaux terrestres, ces contreparties marines du monde terrestre dont nous a parlé Jacqueline Leclerc dans son intervention « Les contreparties marines d’animaux terrestres, avant Thomas de Cantimpré. Traditions textuelles et iconographiques » lors de la journée d’étude à Caen. Les hypothèses sont nombreuses sur ces animaux (« sorte de grand dauphin », ou même « orque »…). Pour tenter d’identifier l’espèce, nous allons donc partir de ce que nous savons.

1/ c’est une espèce que l’on retrouve en côte de Saintonge, et qui s’échoue en groupe

2/ c’est un animal marin de grande taille que Pline classe dans les « beluae ».

3/ c’est un animal qui a un comportement d’espionnage des navires, et de plongée.

La « tâche blanche » simulant des cornes (« candore tantum cornibus adsimulatis » (9, 10)) peut effectivement faire penser à celle ornant les côtés de la tête des orques. Cependant identifier l’aries comme telle alors que Pline nous décrit quelques lignes plus loin (9,12) et très longuement l’orca, l’orque, serait à mon avis une erreur. Les commentateurs de Pline, lorsqu’ils sont confrontés à la difficulté d’identifier une espèce n’hésitent en effet pas à assimiler deux descriptions de Pline, arguant que celui-ci se serait « trompé » ou aurait « confondu » les espèces. Je pose au contraire comme hypothèse que si Pline distingue les espèces, à la fois dans le livre IX puis dans son récapitulatif du livre XXXII, les y citant même l’une après l’autre, c’est qu’il s’agit pour lui de deux espèces différentes quoi qu’en dise Cotte : « Mais cette liste est de Pline. Quelle importance faut-il lui accorder ? »1. Notre chercheur, tenant à son identification, va jusqu’à tordre la réalité pour faire accepter cette idée que le bélier serait l’orque : « Si l’Aries est vraiment l’Orca, c’est par antiphrase qu’une telle dénomination aura été faite. Il y aurait eu là, peut-être, une applicaiton de cette méthode demi-magique, qui interdit de prononcer le nom d’un animal ou plus généralement d’un être dangereux, ou de parler de lui autrement qu’en le désignant par des noms très bénins ou des épithètes louangeuses (…). Il y a donc de grandes probabilités pour que l’Aries redouté ait été l’épaulard ». Je tiens au contraire qu’il y a de grandes probabilités pour que l’aries ne soit pas l’orca, notamment devant une justification aussi légère, qui choisit de donner tort à celui-là même qui nous décrit l’animal. Si, au contraire de Cotte, on reprend les éléments livrés par Pline, et qu’on les compare aux données récentes des échouages dans l’actuel Golfe de Gascogne2, la Saintonge des Romains, on peut repérer deux espèces qui peuvent être, elles, des hypothèses crédibles de notre aries.

Une première hypothèse : le dauphin bleu et blanc ou Stenella coeruleoalba (Meyen 1833). Cette espèce se retrouve parmi celles qui s’échouent en grand nombre sur les côtes concernées. Elle se caractérise par une longue tâche blanche qui s’enroule sur les flancs de l’animal et peuvent faire penser aux cornes enroulées de béliers. C’est une espèce que l’on retrouve également en Méditerranée, mais de taille plus modeste3.

Dauphin bleu et blanc

Dauphin bleu et blanc

Si cette espèce me paraissait être une hypothèse des plus valables, on peut tout de même s’interroger sur le fait que cette espèce, visuellement très proche du dauphin et de taille tout de même raisonnable (dans les 2 mètres à l’âge adulte) fasse partie des belua.

Une seconde hypothèse : le globicephale noir, ou Globicephala melas (Traill 1809). C’est un cétacé, odontocète, de grande taille (« Le globicéphale noir est un des plus grands cétacés à dents (odontocètes) : les mâles mesurent de 5,5 m à 6,2 m (jusqu’à 7,2 m dans le Pacifique Nord) pour 1,5 à 3,5 tonnes, et les femelles 4,5 à 5,5 m pour 1 à 2,5 tonnes. A la naissance, les petits font déjà 70 à 80 kg pour une longueur de 1,7 à 1,8 m. » source Doris4), pouvant rentrer dans la catégorie des belua.

C’est également une espèce connue pour un échouage massif et spectaculaire sur ces mêmes côtes (96 individus en 1963). Le globicéphale noir se retrouve en Atlantique et en Méditerranée. Il se caractérise par une tâche blanche sur le ventre, simulant un W (on l’appelle « ancre ») et proche également du dessin des cornes du bélier.

Gobicephale noir, sur le dos.

Globicephale noir, sur le dos.

Il nage régulièrement sur le dos, exposant ainsi cette tâche aux regards humains. L’animal est également connu pour une attitude très particulière et correspondant exactement à celle décrite par Pline : « nunc elato extra aquam capite piscantium cumbas speculatur »5. Cette attitude est qualifiée par les zoologistes de « spy-hooping », de l’espionnage.

Spy-hooping

Spy-hooping

De plus, le globicéphale noir est un animal qu’on trouve en grand nombre, vivant en troupeau, relativement familier des eaux méditerranéennes et décrit pourtant nulle part ailleurs dans Pline (la recension des espèces est ainsi aussi significative dans ses manques : ce qui n’est pas décrit mais qui devrait l’être parce qu’il est forcément connu a peut-être simplement été mal identifié ailleurs). Toutes ces données nous amènent à penser que nous avons là un candidat sérieux pour l’aries.

Si l’aries n’est pas l’épaulard ou l’orque, il semble raisonnable de proposer une nouvelle traduction au passage décrivant son comportement (HN, 9,145). On rappelle que nous partons du texte latin tel qu’il est édité par les Belles Lettres. On notera que cette nouvelle proposition de traduction ne demande pas d’effort particulier, notamment parce que les termes sont alors à prendre au sens propre et non pas au figuré, contrairement à la traduction imposée par l’identification de l’aries par l’orque. Nous mettons ici d’abord la traduction de Saint-Denis, et ensuite (et en gras) notre proposition.

Grassatur aries ut latro Le bélier attaque comme un brigand, Le bélier rôde comme un brigand,
et nunc grandiorum nauium in salo stantium occultatus umbra, si quem nandi uoluptas inuitet, expectat, tantôt caché à l’ombre des grands vaisseaux ancrés au mouillage, il attend le baigneur que le plaisir de la natation peut tenter ; Et tantôt, caché à l’ombre des plus grands navires au mouillage, il attend que la volupté invite quelqu’un à se baigner;
nunc elato extra aquam capite piscantium cumbas speculatur occultusque adnatans mergit. tantôt la tête élevée hors de l’eau, il épie les embarcations des pêcheurs, et s’approchant en tapinois, il les coule. Tantôt la tête élevée au dessus de l’eau, il observe les barques des pêcheurs, et il plonge, nageant caché à leurs côtés.

1 op. Cit. p28

2 Voir les données nombreuses proposées par les différents observatoires des mammifères marins, par exemple : http://www.cistude.org/images/Documents/CNature/T3_Atlas_Mammiferes_bq.pdf

3 Voir le site : http://www.cetaces.org/cetaces/mediterranee/dauphin-bleu-et-blanc/

4 Voir le site : http://doris.ffessm.fr/Especes/Globicephale-noir3

5 «  tantôt la tête élevée hors de l’eau, il épie les embarcations des pêcheurs »


Julie Le Goïc

Professeur PLP Lettres-Histoire, lycée professionnel Vauban, Brest. Doctorante de l’École Doctorale Arts, Lettres et Langues (Rennes2 / UBO / UBL), Brest.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *