Le Canicula

Le canicula est la raison d’être de ce travail sur l’identification des animaux aquatiques chez Pline. En effet, c’est en lisant les passages 9,151 à 9,153 qui décrivent des plongeurs, cueilleurs d’éponges, aux prises avec cet animal, que j’ai pour la première fois eu l’intuition d’un problème d’identification dans la traduction. 

Pline nous y dit que « canicularum maxime multitudo circa eas urinantes gravi periculo infestat » (9,151)1 et le passage qui suit est épique :

« Cum caniculis atrox dimicatio. » « Contre les chiens de mer, la lutte est acharnée”
« Inguina et calces omnemque candorem corporum appetunt. » « Ils s’attaquant aux aines, aux talons, et à toutes les parties blanches du corps. »
« Salus una in aduersas eundi u<l>troque terrendi, pauet enim hominem aeque ac terret, et sors aequa in gurgite. » « Il n’y a qu’un moyen de salut, et c’est d’aller droit à eux et de prendre l’offensive, car la bête a peur de l’homme autant qu’elle lui fait peur, et dans les profondeurs la partie est égale. »
« Vt ad summaaquae uentum est, ibi periculum anceps adempta ratione contra eundi, dum conetur emergere, et salus monis in sociis » « Mais lorsqu’on est revenu à la surface de l’eau, la situation est critique, parce qu’on a plus la ressource de faire front, quand on s’efforce de sortir de l’eau, et les compagnons du plongeur peuvent seuls le sauver. »
« Funem illi religatum ab umeris eius trahunt ; hunc dimicans, ut sit periculi signum, laeua quatit, dextera adprehenso stilo in pugna est » « Ils hâlent le cordage attaché à ses épaules ; au cours de la lutte, le plongeur, pour signaler le danger, secoue ce cordage de la main gauche ; de la droite, qui a saisi le poignard, il combat »

 

Le tableau est saisissant, et on note l’absence de références à des auteurs, ou à des « on dit que ». Pline semble nous décrire une scène vue, familière en tout cas, et l’une des plus vivantes de tout son livre IX. Immédiatement, le lecteur visualise une scène angoissante d’attaque de requin.

 

Saint-Denis ne s’engage pas et traduit canicula par « chien de mer ». Interrogé, le Gaffiot nous en donne comme traduction « chien de mer, roussette ». C’est tout à fait surprenant, car, sous ce nom de roussette, on trouve deux espèces : la « grande » roussette, Scyliorhinus stellari (qui peut mesurer jusqu’à 2 mètres) et la « petite roussette », Scyliorhinus canicula, un très petit requin. Dans les deux cas, il s’agit de requins qui ne sont pas dangereux et loin de l’image de lutte acharnée pour la vie des plongeurs qui nous est décrite ici. On voit que nous nous trouvons à nouveau avec un nom scientifique, canicula, attribué en référence à un animal visiblement mal identifié, même si nos sociétés modernes appellent effectivement la roussette « chien de mer » dans différents idiomes.  Il va donc falloir chercher, « enquêter », pour proposer une autre identification que la roussette pour ce dangereux animal.

 

Tout d’abord, nous allons chercher des indices chez Pline lui-même, au livre IX et au livre XXXII. En 9, 34, à propos d’un autre animal, il nous signale que :

« Delphinorum similitudinem habent qui uocantur thursiones. » “ Aux dauphins ressemblent les animaux nommés« thyrsions »”
« Distant et tristitia quidem aspectus – abest enim illa lasciuia-, maxime tamen rostris canicularum maleficentiae adsimulati » « Ils en diffèrent toutefois par leur aspect morose -ils n’ont pas en effet leur enjouement- et leur groin rappelle tout à fait par sa malfaisance celui des chiens de mer.

 

Au livre 32, au paragraphe 137, il nous mentionne un remède fait à partir de dents de canicula (en alternative à l’utilisation de dents de dauphin, cet odontocète décidément bien utile) pour soigner les poussées dentaires des petits. Nous avons confirmation d’un animal doté de dents suffisamment remarquables pour être désignées dans la pharmacopée romaine qui propose souvent des recettes basés sur la similarité entre le remède et le mal.

 

Ces indices sont faibles,mais ils confirment bien que nous n’avons pas affaire à une roussette. H-J Cotte propose deux hypothèses : le lamie (requin-taupe, Lamna nasus) ou le grand requin blanc (Carcharodon carcharias). Le lamie est peu dangereux et le grand requin blanc, bien que vu comme mangeur d’homme, n’est pas sédentaire et ne vit pas spécialement près des récifs. Sans écarter complètement cette dernière proposition, nous allons poursuivre notre recherche.

Cette enquête est aussi l’occasion de se demander si les naturalistes et autres compilateurs du Moyen-Age, qui le citent abondamment, identifiaient mieux que nous ces animaux. Nous trouvons en effet plusieurs occurrences du canicula dans l’Historia de Gentibus Septentrionibus d’Olaus Magnus2.

«alii vivos fœtus de corpore suo edant, vt mustelæ caniculæ, ceti, delphini, phocæ, seu vituli marini. » p 761 De la reproduction du canicula comme vivipare.
« Sed caniculæ mannæ morsus maxime periculosus est in ipso attractu, quo se eximere solet, atque hominem secum attrahere in mare devorandum. » p 761 Le danger du canicula lorsqu’il faut sortir de l’eau
« Ita sub aquis cum eis atrox oritur dimicatio. Inguina enim hominum, & calces, omnemque candorem corporum hæ beluæ appetunt. Hujus caniculæ cutis in asperitate ad expolienda ligna & ossa, candem naturam cum cute raiarum habet » p765 Un passage presque entièrement repris à Pline, mais qui apporte une indication sur la peau très rugueuse de l’animal.
« Homo apparet hic natans in aquis salsis, quem piscis de Boloma piscis genere canicularum marinarum Boloma Italice, & Haafisck Norvagice dictus »( p764) Une traduction du canicula comme le boloma italien ou le haafisck norvégien.

 

Ce dernier indice est éclairant : après avoir repris Pline dans sa description de la dangerosité du canicula, Oleus Magnus nous l’identifie. Le boloma ou haafisck (en danois) est un aiguillat, appelé en France « chien de mer » et « dogfish » en anglais. Le Squalus acanthias est un petit requin, très pêché, dont la peau est effectivement très coupante. Cependant il est ovipare et non vivipare, et sa petite taille -qui le rapproche de la roussette- est incompatible avec le passage de Pline qui nous décrit l’entraînement du plongeur malchanceux par le canicula : “Modicus alias tractus; ut prope carinam uentum est, nisi preaceleri ui repente rapuit, absumi spectant. Ac saepe iam subducti e manibus auferuntur, si non trahentium opem conglobato corpore in pilae modum ispsi adiuuere3. Oleus Magnus ne semble ainsi pas mieux avancé que notre Gaffiot sur l’identification de notre canicula. Il semble que l’erreur induite par la proximité des noms vernaculaires (du « petit chien » au « chien de mer ») soit déjà ancienne.

Les informations dont nous disposons sur le canicula sont donc essentiellement liées à son habitat (lieux de vie des éponges) et à sa dangerosité (agressivité et taille devant lui permettre de happer un plongeur). Il nous faut donc explorer les espèces de requins de récifs, nombreux, de grande taille et réputées pour leurs attaques contre les plongeurs.

Le requin gris de récif ou Carcharhinus amblyrhynchos (Bleeker,1856) semble un candidat intéressant : vivipare, agressif, grégaire et sédentaire, il vit près de récifs et est présent en Méditerranée. Ce carcharhinidé est connu pour agresser les plongeurs, et sa peau est particulièrement coupante. Il n’est pas très grand (2mètres) , mais sa rapidité (jusqu’à 48 km/h) et sa puissance en font un prédateur impressionnant. On notera, avec toutes les précautions nécessaires lorsqu’il s’agit du nom scientifique des animaux, que son nom Carcharhinus amblyrhynchos vient du grec [karcharhos] = aux dents aigües, et amblyrhynchos du grec [ambly-] = émoussé et [rhyncho-] =museau de chien.

 

Notes

 

1 « C’est l’abondance des chiens de mers qui fait surtout courir de grands risques aux plongeurs en quête d’éponges ». traduction Etienne de Saint-Denis.

disponible en version numérisée : http://runeberg.org/olmagnus/

3« On le [le plongeur] tire d’abord lentement ; mais quand il s’approche de la coque du bateau, si on ne l’enlève pas brusquement à toute vitesse, on voit la bête l’engloutir ; et souvent, lorsqu’il a déjà émergé, il est arraché de leurs mains, s’il ne seconde pas lui-même l’action des haleurs en se pelotonnant »

 


Julie Le Goïc

Professeur PLP Lettres-Histoire, lycée professionnel Vauban, Brest. Doctorante de l’École Doctorale Arts, Lettres et Langues (Rennes2 / UBO / UBL), Brest.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *