Mais pourquoi Pline l’Ancien ?

Depuis le Master, lorsque je tente d’expliquer le sujet de mes recherches, une question revient souvent : « mais, pourquoi Pline l’Ancien ? ».

De Pline, on ne connaît souvent que les circonstances de sa mort, grâce au mythe construit autour de l’idée d’un homme mort de sa curiosité scientifique. Beaucoup ignorent l’existence ou l’ampleur des 37 livres de son Histoire Naturelle, et presque tous méconnaissent son parcours de chevalier romain qui s’achève sur l’une des plus hautes fonctions qu’il pouvait espérer. Si l’on est encore capable de mobiliser quelques connaissances au sujet de Sénèque ou Cicéron, Pline ne fait plus partie des auteurs incontournables de notre culture commune.

L’histoire et la réception de son œuvre montrent pourtant une permanence exceptionnelle : Pline n’a jamais eu besoin d’une Renaissance, parce que son Histoire Naturelle n’a jamais été perdue ou oubliée. Il a certes été parfois méprisé, on lui a dénié tout talent littéraire ou tout sérieux scientifique, on a moqué ses successeurs : c’est peu de dire que le surnom de » Pline de Montbard » attribué à Buffon ne rendait pas gloire au naturaliste. Pourtant, ses livres ont connu la postérité et les déboires des œuvres aimées :  copiées, transmises, malmenées, « extraites », éparpillées dans les bibliothèques européennes, contaminées, complétées par les mains des correcteurs successifs, éditées, rééditées, étudiées… Le renouveau des études pliniennes a permis de remettre cet auteur majeur de l’histoire des sciences occidentales à une plus juste place : ni compilateur médiocre, ni découvreur de génie, mais un esprit savant, méthodique, attaché à transmettre non seulement les savoirs de son temps mais aussi une certaine idée de l’Empire, centre d’un monde qui vaut la peine d’être décrit et connu.

Au-delà de ces considérations universitaires, il y a une part d’histoire personnelle dans le choix de travailler sur Pline l’Ancien : enfant, j’affichais déjà une détestation franche du neveu (Pline le Jeune) et une admiration naïve de l’oncle, opposant de façon excessive le scientifique et le politicien. Et enfin, dans ce choix, il y a une réelle part de hasard : parce que ce jour-là je voulais m’offrir un Budé, que ma librairie avait en rayon ce livre IX de l’Histoire Naturelle sur les animaux aquatiques, que sa lecture m’a captivée… Mais je n’imaginais certainement pas en m’offrant ce volume que deux ans plus tard il serait mon sujet de thèse !


Julie Le Goïc

Professeur PLP Lettres-Histoire, lycée professionnel Vauban, Brest. Doctorante de l’École Doctorale Arts, Lettres et Langues (Rennes2 / UBO / UBL), Brest.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search